English English English                               page plus lisible                     😀?!NO COOKIES!?😇     

Introduction à l'Épistémologie Générale

Flèches permettant de naviguer de page en page. Une image map donne les liens pour chaque flèche. Index de cette histoire. Recul rapide de plusieurs histoires. Histoire précédente.

 

Introduction à l'Épistémologie Générale
Huitième partie: la vie extraterrestre

 

VIII-1 But de cette partie

(Permalien)

Le but de cette partie est d'évaluer la probabilité de rencontrer des civilisations extraterrestres, peut-être plus avancées que nous, avec des estimations plus précises de l'équation de Drake.

Toutes les évaluations sérieuses de cette probabilité montrent obstinément qu'«ils» seraient nombreux, avec une évolution beaucoup plus longue que nous, de sorte que leur présence devrait être évidente. Or nous n'avons jusqu'à présent rien détecté, même avec les programmes SETI les plus sensibles.

Cette situation est généralement appelée le Paradoxe de Fermi: «SI ils sont si nombreux, pourquoi ne les voyons-nous pas»?

Les résultats actuels du projet SETI semblent réfuter l'existence d'une civilisation de type StarWars. Cependant, le projet SETI est encore très loin de réfuter l'existence de civilisations plus petites.

Ces résultats expérimentaux montrent clairement qu'il existe un élément que nous ne comprenons pas.

Cette partie va donc passer en revue les termes de l'équation de Drake, facteur par facteur.

Nous allons voir plusieurs solutions possibles au paradoxe de Fermi, sans chercher à classer les hypothèses entre «raisonnables» ou non. Tout simplement parce que nous n'avons strictement aucun critère pour déterminer ce qui est «raisonnable» dans ce domaine.

Rappel: la formule de Drake.

Ma contribution à la formule de Drake est de classer ses facteurs en fonction de leur nature: astronomique, biologique ou spirituelle. En effet, il s'agit de trois domaines totalement différents, impliquant des problématiques et des conclusions totalement différentes.

VIII-2 Formation des étoiles et des planètes

(Permalien) Ce chapitre aborde le premier facteur de l'équation de Drake: la formation de planètes, qui est la toute première condition de la vie. Puisque nous avons maintenant des confirmations expérimentales de l'existence d'exoplanètes, il ne fait plus guère de doute qu'au moins une bonne partie des étoiles en possèdent.

Mais j'ai une autre raison spécifique pour ce chapitre: Je ne suis pas d'accord avec plusieurs théories actuelles (discussion dans le texte lié):

-les planétésimaux,

-le système Terre-Lune résultant d'une collision,

-les planètes spiralant autour de leur soleil,

-que les résonances des orbites planétaires apparaissent après leur formation.

Pour expliquer pourquoi je ne suis pas d'accord, nous devons discuter de la formation des étoiles et des planètes.

Modèle simple d'un nuage sphérique non rotatif.

J'ai fait une petite simulation (éléments finis, une dimension) d'un nuage interstellaire. Elle révèle un fait intéressant: l'effondrement ne part pas du bord, mais de quelque part entre le centre et le bord. Ainsi, une quantité significative tombe plus tard. Nous verrons que cette chute tardive peut jouer un rôle important.

Modèle de nuage en rotation

Un véritable nuage interstellaire a des mouvements chaotiques. Ils ont tendance à tous disparaître, à cause des frottements.

Or la rotation globale n'a rien pour la freiner. Et, du fait de la conservation du moment de rotation, à mesure que le nuage s'effondre, il tourne de plus en plus vite.

Et à un moment, il tourne si vite que son équateur est à la vitesse orbitale. À ce stade, un anneau à l'équateur sera simplement laissé en orbite. Et la protoétoile va se rétrécir et se contracter, laissant un disque semblable à Saturne en orbite autour d'elle. Lorsque la compression prend fin, nous avons maintenant un système d'anneaux autour d'une étoile. Et chaque annelet est nécessairement circulaire, et similaire au précédent, mais à une échelle plus petite.

Nous voyons clairement ici que plusieurs caractéristiques d'un système planétaire sont déjà en place: des orbites circulaires, dans le même plan, à une échelle exponentielle de type Titus-Bode. Appelons ce disque le disque d'accrétion primaire.

Le problème de l'excès de moment de rotation et des jets

Avec ce qui précède, toutes les étoiles devraient être des ellipses plates, avec leur équateur tournant à la vitesse orbitale. Pour les étoiles réelles, l'hypothèse la plus courante est la formation de jets polaires, dont l'énergie cinétique évacuerait le moment de rotation de la proto-étoile.

Ces jets sont observés et connus sous le nom d'objets de Herbig-Haro. L'explication la plus acceptée est un phénomène magnétique, convertissant l'énergie de rotation en énergie linéaire. See ici and ici.

Le rôle de la chute tardive.

L'explication habituelle d'un disque d'accrétion est différente de la précédente: la matière tombant vers l'étoile se rassemble également en un disque régulier, avec des orbites circulaires et une loi de Titus-Bode.

La chute tardive vue ci-dessus peut le faire.

Cependant, la chute tardive est composée d'amas arrivant de toutes les directions, et frappant le disque d'accrétion primaire. Ce qui peut le perturber, voire le détruire.

Peu de chute tardive laissera un disque non perturbé, comme le nôtre, ou comme l'étoile Trappist, avec des orbites circulaires et une loi de Titus-Bode. Mais beaucoup de chute tardive peut détruire le disque, créant des bizarreries comme des orbites elliptiques ou hors-plan, des anneaux contrarotatifs, voire des «Jupiters chauds».

Composition du disque d'accrétion

Le modèle classique de différenciation thermique explique que la chaleur du soleil chasse les éléments volatils (gaz, eau) des planètes les plus proches, tandis que les planètes plus éloignées conservent leurs gaz et leur glace. Ce modèle fonctionne bien pour notre système solaire.

Les écarts par rapport à ce modèle peuvent facilement résulter de la chute tardive d'amas de matière de compositions très différentes, y compris des éjections pures d'une supernova proche.

Dynamique du disque d'accrétion brut

Lorsque l'accrétion s'arrête, le disque présente déjà tous les traits du futur système solaire.

Et tous les anneaux destinés à devenir des planètes ont encore une interaction beaucoup plus forte qu'aujourd'hui: les anneaux sont beaucoup plus grands qu'une planète condensée, de sorte qu'ils peuvent encore se rencontrer, alors que les planètes ne le font pas. Par exemple, un anneau proto-Pluton peut traverser un flux proto-Neptune, déformant le disque d'accrétion de Neptune, lui donnant sa lune rétrograde unique.

Du disque d'accrétion à un anneau par future planète

Je vois trois processus très différents pour l'effondrement d'un disque en anneaux formeurs de planètes.

Astrodynamique: la gravitation pousse la matière sur certaines orbites et l'éloigne d'autres.

Convectif: L'anneau est un objet hydrodynamique, soumis à la thermodynamique des gaz. Et le centre est chaud, tandis que l'extérieur est froid. Nous avons donc des courants de convection, qui vont former une circulation zonale. Cela fera que certains annelets tourneront plus vite ou plus lentement que leur vitesse orbitale. Avec la mécanique orbitale, cela comprime certains annelets et en appauvrit d'autres.

La magnétohydrodynamique, fonctionne comme l'hydrodynamique, mais avec des forces magnétiques.

 

Le fait intéressant avec le mécanisme convectif qui brise le disque en annelets, est qu'il implique l'ensemble du disque d'accrétion, avec toutes les parties liées et interagissant fortement les unes avec les autres. Cela peut facilement causer les résonances trouvées dans les orbites planétaires, comme celles de Mercure et de la Terre.

Les solutions instables sont éliminées, par «collision» (mélange) des flux, sans explosions catastrophiques.

Il est donc clair maintenant que les mouvements des planètes sont déjà organisés en un système stable où les collisions sont peu probables, et même pas les changements d'orbite.

D'un annelet vers un nuage avec une symétrie sphérique

Il est clair qu'il doit y avoir un mécanisme fort impliquant l'ensemble de l'anneau, car on ne trouve jamais de couples de planètes sur la même orbite.

Même si l'anneau dans sa totalité est en apesanteur par rapport à son étoile, ses différentes parties continuent de s'attirer les unes les autres. Ainsi, la moindre irrégularité déclenche un flux vers elle, tout au long de l'orbite, dans un processus d'emballement.

La loi de Titus-Bode

C'est la progression géométrique souvent observée dans le diamètre des orbites planétaires. Chacun des trois processus décrits ci-dessus fournit une explication satisfaisante à la loi de Titus-Bode. Des exceptions plus ou moins importantes, comme Pluton ou des Jupiters chauds, se produiraient lorsque le disque a été endommagé par la chute tardive.

Du nuage à la planète

La compression finale d'une planète rejoue toutes les étapes de la formation d'une étoile: disque d'accrétion, avec toutes les bizarreries conduisant à des systèmes lunaires irréguliers. Et la formation des planètes nécessite aussi des jets, pour arrêter la rotation folle.

Dernières touches

Ce modèle relativement complexe explique très bien tous les systèmes solaires que nous connaissons, avec une loi de Titus-Bode régulière ou non, avec des différences de composition, et probablement beaucoup d'autres bizarreries qui attendent d'être découvertes.

Pas de planétésimaux.

Pour les scientifiques, l'erreur a été de raisonner en termes d'orbites pour chaque grain de poussière, ce qui conduit à des collisions hiérarchiques. Or, le raisonnement correct est celui d'un «gaz» thermodynamique de grains de poussière.

L'accrétion finale du système Terre-Lune

Une première transition, la compression hydrodynamique quasi-statique d'un anneau en un nuage sphérique, conduit nécessairement à un objet qui est verrouillé par les marées, tournant un tour par an, dans le même sens que l'orbite.

Cependant, lorsque le nuage devient sphérique, ce freinage par les marées cesse de fonctionner, et la rotation résiduelle augmente à nouveau. Voici l'explication de ces propriétés communes des planètes: axe de rotation parallèle à l'axe de l'étoile, dans le même sens, mais plus rapide que la rotation annuelle.

La deuxième transition concerne les processus physico-chimiques qui commencent à se produire dans le nuage lorsqu'il devient suffisamment chaud.

Des simulations ont montré que, dans un corps sphérique entièrement gazeux, la convection se produit sous forme de vortex, dont l'axe est parallèle à l'axe de rotation de la planète.

Sans noyau solide, nous aurons une seule tornade sur l'axe de rotation. Elle pourra alors séparer les grains de fer les plus lourds et les rassembler en un noyau, de sorte que la différenciation pourra être amorcée bien avant que la planète ne devienne liquide ou solide! Ainsi, lors de la séparation du système Terre-Lune, ce fer n'était logiquement pas disponible pour former la Lune. C'est l'une des explications possibles de la différence entre la Terre et la Lune.

Une troisième transition se produit à ce stade de compression rapide: la proto-Terre prend la forme d'une ellipse aplatie. Cette forme étant instable, elle se transforme en une cacahuète dont les deux centres se comprimeront séparément, formant deux objets distincts.

Le freinage final par les jets

De nombreuses planètes ont des lunes, preuve qu'elles tournaient autrefois beaucoup plus vite qu'aujourd'hui. Si c'est le cas, leur équateur devrait être toujours à la vitesse orbitale. Cependant, leur vitesse de rotation actuelle est toujours dix à cent fois plus lente. C'est une preuve évidente qu'un processus final a annulé efficacement la plupart de la vitesse de rotation restante.

Il est probable que ce processus soit magnétique, produisant des jets polaires et un freinage.

Synthèse

Pour des planètes de taille croissante, le processus en cacahuète se produira de plus en plus tôt, par rapport à la fin de l'effondrement. Ce qui permet de prédire que les plus grosses planètes ont de plus de lunes, comme observé.

Les chondres

Non inclus dans ce résumé

Preuves observationnelles

Non incluses dans ce résumé, mais nombreuses.

Conclusions

Une conclusion pratique de ce chapitre est que nous n'avons pas besoin d'événements extraordinaires pour expliquer toutes les caractéristiques des planètes et des orbites. Et aussi, la plupart des étoiles ont des planètes, même les étoiles de population II.

Premier terme de l'équation de Drake

Nous sommes maintenant à peu près sûrs d'avoir des planètes stables dans la grande majorité des étoiles. Disons de 80%, à 98%.

Nous ne sommes pas sûrs d'avoir des planètes autour des étoiles doubles. Cela donne une valeur très prudente de 0,4 pour fp.

VIII-3 Les conditions connues pour la vie sur une planète

(Permalien) Une fois que des planètes existent dans un système, nous devons savoir s'il y en a qui présentent des conditions appropriées à leur surface: température, présence d'eau, d'énergie, conditions chimiques, etc.

Epoque de la formation de l'étoile

Des planètes ont été observées autour d'étoiles à faible métallicité (Kepler-444), ce qui signifie que des étoiles de tout âge et de toute composition peuvent en avoir.

Type d'étoile

Comme toutes les étoiles de la séquence principale ont une «zone Goldilock», leur taille n'est pas pertinente. Seules les étoiles bleues et blanches ont une durée de vie courte. Mais nous pouvons les écarter, puisqu'elles ne représentent que 4% .

-La lumière rougeâtre des naines rouges permet-elle la photosynthèse? J'ai fait l'expérience: Cultiver des plantes terrestres à la lumière de Trappist, et ça a marché.

Place par rapport au Soleil

La plupart des systèmes qui suivent la loi de Titus-Bode ont une planète dans la zone Goldilock.

Taille des planètes

Les quelques observations montrent des tailles très diverses, souvent ne suivant pas les modèles de notre système. 0,2 > ne > 0,002.

Champ magnétique de la planète

Le champ magnétique d'une planète est censé protéger la vie des radiations cosmiques. En fait, température, eau et champ magnétique sont probablement liés, de sorte que la contribution du champ magnétique est incluse dans le sous-chapitre température.

Composition du sol

On suppose généralement que toutes les planètes rocheuses ont une composition similaire: des roches silicatées, avec d'autres éléments en plus petites proportions. Ce facteur devrait donc compter pour un.

Niveau d'eau

Notre système solaire compte de nombreuses planètes contenant de l'eau, mais glacées. Dans la zone Goldilock, un tel corps apparaît comme une planète océanique. Si la Terre avait seulement trois fois plus d'eau, il n'y aurait pas de place pour les créatures humaines. Si la Terre avait beaucoup moins d'eau, elle n'aurait probablement pas de tectonique des plaques. 1 > ne > 0.2.

Composition de l'atmosphère

Il est très difficile d'évaluer une quelconque valeur pour ce sous-facteur. Cependant, des conditions inadaptées ont déjà été comptabilisées (atmosphère épaisse rendant la photosynthèse impossible).

Niveau d'oxygène

Nombre de planètes, en fonction de la teneur en oxygène, montrant les différentes atmosphères possibles

Puisque sur les planètes dotées de continents et de forêts, le taux d'oxygène est bridé à 20%, trouver un pic à cette valeur, même statistiquement, donnera immédiatement une indication globale et précise du produit des premiers termes de l'équation de Drake, fp, ne et fl.

Les risques cosmiques

Leur probabilité dépend largement de la place dans la galaxie: plus grande dans les endroits denses, plus petite dans le halo, et intermédiaire dans notre position. 1 > ne > 0.1.

Risques géologiques

Il s'agit de grands événements volcaniques, de variations climatiques et de grands impacts de météorites. Il est difficile d'évaluer une probabilité, 1 > ne > 0.1.

Évaluation de ne dans l'équation de Drake

En multipliant toutes les valeurs partielles trouvées ci-dessus, on trouve 0.1 > ne > 0.0000032. Mais les valeurs interdisant la vie ne peuvent pas être toutes ensemble optimistes ou pessimistes, puisqu'il s'agit de phénomènes indépendants. On trouve donc 0.0075 > ne > 0.0002.

Multiplié avec les derniers résultats du chapitre précédent sur les fp, cela fait 0.003 > x > 0.00008 pour notre voisin et 0,0008 pour le halo de galaxie.

Traduit en termes de distance, cela fait de notre plus proche voisine entre 30 et 100 années-lumière.

Note: ceci est à propos de planètes capables d'héberger une civilisation. Les planètes avec seulement des bactéries pourraient être bien plus nombreuses.

VIII-4 L'apparition de la vie sur une planète

(Permalien)

Chronologie de l'apparition de la vie

Ce chapitre cherche à déterminer la probabilité d'apparition de la vie sur une planète présentant des conditions propices à la vie. Le suivant cherchera à déterminer la probabilité que celle-ci évolue vers une civilisation, mais les deux études sont quelque peu liées.

Sur Terre, 600 millions d'années ont été nécessaires pour créer l'ADN, conduisant aux premières bactéries procariotes. Cette époque est appelée l'âge Hadéen.

Il existe aujourd'hui plusieurs théories scientifiques sur l'apparition de la vie. La principale théorie est que la matière organique s'est accumulée dans les océans.

Comment les premières cellules ont pu se former

Les expériences de type Stanley Miller sur les phospholipides ont montré que ceux-ci peuvent former des liposomes, qui peuvent contenir certaines des molécules variées de l'eau environnante. Si une molécule catalytique apparaît au hasard, produisant une meilleure membrane, alors un liposome devient plus stable que les autres. Il peut donc se «reproduire», avec un processus de sélection naturelle, en formant des systèmes auto-catalytiques. On obtient ainsi quelque chose qui ressemble à une bactérie, mais toujours sans ADN.

L'ADN est apparu plus tard, très probablement au cours d'un processus en plusieurs étapes:

- Des molécules catalytiques incluant des acides nucléiques

- ARN existant sous forme de nombreux brins courts et flottants, s'exprimant plus ou moins au hasard.

- La dernière étape étant probablement le passage de l'ARN à deux codons à l'ADN à trois codons.

L'évolution de la vie à ADN sur Terre

Une fois que l'ADN existe, il semble évoluer naturellement vers un riche écosystème avec des êtres de plus en plus complexes et variés:

-Première bactérie ADN, il y a 3,9 milliards d'années

-Première photosynthèse, il y a 3,5 milliards d'années

-Eucaryotes il y a environ 2 à 2,7 milliards d'années,

-Les êtres multicellulaires, il y a environ 1,5 milliards d'années.

-Système nerveux, il y a environ 500 millions d'années.

-L'intelligence, il y a quelques centaines de milliers d'années.

Ce qui est frappant avec ces dates, c'est l'énorme temps nécessaire pour que chaque étape se produise.

La température de la Terre

L'un des défis de l'évolution de la vie est que la production de chaleur des étoiles augmente avec leur âge. Heureusement, il existe une régulation de la température par effet de serre, le dioxyde de carbone réagissant avec les carbonates. Ainsi, lorsque les statistiques sur la température des planètes seront disponibles, nous pourrions trouver un excès de températures semblables à celles de la Terre.

La teneur en oxygène de l'atmosphère terrestre

Comme nos neurones ont besoin de beaucoup d'oxygène, l'oxygène produit par les plantes est un facteur indispensable à l'apparition de la conscience, de l'intelligence, de la technologie, de la spiritualité.

Problème, sur Terre, l'oxygène en quantité suffisante est apparu il y a seulement 600 millions d'années!

Cela fait deux chaînes de conditions pour que la civilisation se produise:

- L'évolution de la vie elle-même

- La modification de la planète vers des conditions plus adaptées (oxygène, eau propre, nourriture, régulation du climat...).

Les civilisations ne peuvent alors apparaître que lorsque les deux chaînes de conditions sont réunies.

Solidification de la croûte terrestre

On a souvent dit que, pendant l'âge Hadéen, les 600 millions d'années après la formation de la Terre, la surface était de la lave en fusion.

Des considérations simples montrent que la Terre de l'âge Hadéen a rapidement pris son apparence actuelle de planète océanique froide, avec des volcans basaltiques ici et là.

Alors pourquoi n'avons-nous pas de roches de l'âge de Hadéen?

Les plus anciens minéraux connus à ce jour sont des zircons vieux de 4,35 milliards d'années, dans des granites qui se forment à partir de magmas de subduction, eux-mêmes formés à partir de limons océaniques imbibés d'eau, tout comme aujourd'hui.

La date des plus anciennes roches connues aujourd'hui (4,35 milliards d'années) ne marque donc pas la solidification de la croûte terrestre, qui s'est produite bien plus tôt.

La conclusion intéressante de ceci est que près de la totalité des 600 millions d'années de l'Hadéen ont été disponibles pour l'évolution de la vie, de la matière brute aux cellules à ADN.

Évaluation des valeurs de l'équation de Drake

Nous pouvons maintenant évaluer le 4ème facteur fl (fraction de planètes appropriées où la vie apparaît effectivement). La valeur est assez proche de 1, puisque, une fois les conditions réunies, les processus chimiques qui conduisent aux cellules primitives semblent obligatoires. Et cela se produit en un temps relativement court (moins de 600 millions d'années sur la Terre).

VIII-5 Un modèle simulant l'évolution

(Permalien) Maintenant que nous avons la vie, ce chapitre cherche à déterminer la probabilité de cette vie d'évoluer vers la civilisation.

Nous constatons que d'énormes délais ont été nécessaires pour certaines étapes de l'évolution de la vie. Cela est dû, bien sûr, au fait que les mutations nécessaires ont très peu de chances de se produire. Cette série de mutations très improbables a incité beaucoup de gens à penser que nous étions simplement extrêmement chanceux, comme si nous avions gagné plusieurs fois de suite à la loterie, et que la vie intelligente serait rare. Je dis qu'au contraire, ces mutations étaient obligatoires, mécaniquement forcées de se produire, et dans à peu près la même séquence et les mêmes délais sur toute autre planète présentant des conditions appropriées. Et je le démontre, dans ce chapitre, grâce à un modèle biologique d'évolution que nous avons à portée de main.

Nous avons un modèle d'évolution à portée de main

Ce modèle n'est pas agréable, mais il est très pertinent pour notre analyse: l'évolution d'un cancer.

En effet, pour devenir dangereux, un cancer doit passer par plusieurs mutations. En résumant beaucoup, si une mutation donnée a une chance sur un milliard de se produire, on pense qu'elle ne se produira jamais. Au contraire, cette mutation devient obligatoire, dès que la tumeur compte plus d'un milliard de cellules.

C'est ainsi que les cancers évoluent, mutation par mutation.

Ce ne sont que des lois standard des probabilités, appliquées au processus de sélection naturelle.

Je veux dire que l'évolution de la vie sur une planète obéit à des lois statistiques très similaires.

 

La conclusion intéressante de ce modèle est que nous pouvons ramener les délais nécessaires aux différentes étapes de l'évolution à une probabilité pour que cette étape ait lieu. Ainsi, tous les événements qui se sont effectivement produits sur Terre ont été forcés de se produire, et ce dans les délais observés. Et ils feront de même sur d'autres planètes.

Temps requis pour les étapes de l'évolution

Je pense que nous pouvons compléter la théorie darwinienne de l'évolution par ce principe: tout événement se produira, même les plus improbables. C'est juste une question de temps suffisant.

C'est pourquoi l'évolution sur Terre a progressé à un rythme relativement régulier.

L'étape la plus longue, celle du passage de la vie monocellulaire à la vie pluricellulaire, a été plus longue parce qu'elle a nécessité plusieurs étapes invisibles.

Conclusions

Le processus d'évolution-sélection transforme une série d'événements très improbables en une série d'événements obligatoires, conduisant à des résultats obligatoires.

Ainsi, non seulement la civilisation apparaît sur toutes les planètes présentant des conditions appropriées, mais en plus elle le fait dans des délais similaires.

Ces considérations statistiques montrent que la Terre est très loin d'être une exception, ou même un cas très chanceux.

Évaluation de la valeur de l'équation de Drake

Le 5ème facteur fi est la fraction de planètes avec de la vie, où l'intelligence apparaît.

La conclusion de cette analyse de l'évolution est que l'intelligence va forcément apparaître. Cependant, cette étape prend beaucoup de temps. La conclusion pratique est que nous pouvons commencer à chercher une vie intelligente dans des systèmes plus vieux que 3 milliards d'années.

Pour cela, je fais une estimation grossière: fi = 0.5 (1 dans le halo)

VIII-6 Civilisation: le facteur spirituel

(Permalien) La probabilité de l'apparition d'êtres intelligents capables d'une civilisation a été évaluée dans les chapitres précédents, à propos des facteurs astronomiques et biologiques. Il s'agit maintenant de voir combien de temps une civilisation peut durer, et comment elle évolue.

L'équation traditionnelle de Drake prend en compte deux facteurs:

fc, la fraction de la capacité précédente d'émettre des signaux radio (ou des signaux laser)

L, la durée moyenne d'une civilisation, en années.

Aujourd'hui, nous avons deux points de vue:

Masochiste: certains veulent que toutes les civilisations se fassent sauter, afin que nous n'en trouvions aucune.

Naïfs: d'autres veulent un progrès technologique perpétuel. Mais si c'était le cas, ils auraient visité la Terre il y a des milliards d'années.

Je dis que les deux hypothèses sont fausses, la pessimiste et la naïve aussi, car aucune ne rend compte de la spiritualité.

Le rôle de la spiritualité

La façon dont la spiritualité entre dans l'équation de Drake est très simple: la spiritualité permet la psychoéducation: la maîtrise de l'égo et des névroses. Une telle faculté est précisément ce qui va permettre à une civilisation de durer, en maîtrisant et éradiquant les comportements dangereux ou irresponsables. Si bien qu'avec la psychoéducation, le facteur L peut être de plusieurs milliards d'années. Mais sans psychoéducation, il peut être aussi bas que quelques dizaines d'années.

Mais il y a une autre conséquence: les civilisations spirituelles peuvent choisir de prendre des directions très différentes du scénario naïf. Elles peuvent abandonner la technologie, ou même ne pas passer par cette étape. Dans ce cas, L pourrait être très élevé, mais fc très faible.

C'est pourquoi j'ai prévenu dès le début de cette étude: le développement de la psychoéducation est LA question cruciale. Et c'est peut-être aussi la clé pour comprendre tout le problème du paradoxe de Fermi: si les civilisations sont si nombreuses, pourquoi... ne sommes-nous pas l'une d'entre elles?

Probabilité de développer la psychoéducation

Tout d'abord, nous ne pouvons pas évaluer cette probabilité. En effet, la psychoéducation n'est pas quelque chose qui arrive, mais quelque chose que nous faisons.

D'ailleurs, elle a clairement commencé actuellement sur Terre, avec l'avènement de la démocratie et des Droits de l'Humain. De sorte qu'elle ne peut que se produire comme les autres étapes de l'évolution, et même beaucoup plus rapidement.

Différents types de civilisations: les civilisations animales

Les civilisations animales seraient des civilisations spirituellement évoluées, simplement dépourvues de mains et de technologie. fc est nul, mais L peut être quelconque.

Différents types de civilisations: les civilisations technologiques

La technologie ne permet pas la psychoéducation, qui relève de la spiritualité. Mais elle peut la sécuriser, avec des cerveaux génétiquement modifiés, ou avec des cerveaux imprimés en 3D, psychoéduqués nativement.

La technologie permet également une meilleure adaptation aux conditions astronomiques variables, ce qui autorise des valeurs de L plus élevées.

Et les civilisations dotées de technologie découvriront la communication radio et laser, rendant fc égal à un.

Différents types de civilisations: les civilisations de robots

Les robots ne sont pas conscients, même s'ils peuvent être beaucoup plus intelligents que les humains. Ils peuvent être programmés pour le contact.

Différents types de civilisations: les civilisations spirituelles

Une civilisation maîtrisant des moyens spirituels élevés peut vivre de manière beaucoup plus confortable, sans technologie. Elle peut tout de même maintenir sa planète, mais uniquement pour la reproduction.

Une valeur élevée pour L, mais une valeur faible pour fc.

Différents types de civilisations: les civilisations immatérielles

Les civilisations immatérielles sont les mêmes que les précédentes, mais elles ont abandonné leur planète natale, ou cette planète est morte naturellement. Mais ayant rompu tout lien avec le monde matériel, leur fc est nul. Bien que leur L soit infini.

Différents types de civilisations: physique spéculative

De telles civilisations pourraient être à l'origine de phénomènes inexpliqués comme les ovnis. D'où l'intérêt de les étudier sérieusement.

Différents types de civilisations: les civilisations interstellaires

Les civilisations interstellaires sont des civilisations technologiques ayant colonisé plusieurs planètes, en utilisant le voyage interstellaire.

De telles civilisations ont une valeur proche de 1 pour fc, et une valeur infinie pour L.

VIII-7 Le voyage interstellaire

(Permalien) L'étude de ce chapitre est réalisée en utilisant la physique connue aujourd'hui, mais la physique spéculative est également envisagée à la fin.

Transporter des personnes

Transporter des personnes est un effort énorme, car il faut lancer un vaste système de survie, où les personnes doivent vivre pendant des millénaires. La fiabilité constitue un terrible défi technologique. Mais le pire défi est humain: les gens doivent être des saints pour supporter de telles conditions de voyage. Enfin, ils peuvent apporter des graines, mais pas de «graines d'animaux».

Sondes inséminatrices ©

(note 93 sur l'utilisation de ©) Les sondes inséminatrices ne transportent que des mémoires d'ordinateur, contenant les génomes de nombreuses espèces. Elles ont également besoin d'une machine de réanimation, capable de reconvertir ces génomes en cellules vivantes. (Précédence demandée ici, à partir de 2013).

Elles sont beaucoup plus simples, et beaucoup plus petites aussi, ce qui les met à notre portée dès maintenant. L'absence de personnes vivantes, et même de pièces mobiles, fait qu'elles peuvent naviguer beaucoup plus longtemps, et donc aller beaucoup plus loin.

Cependant, un ovule humain n'est pas suffisant pour recréer un Humain. Un Humain a besoin... de parents. Une solution est apparue récemment (2015-2016): L'impression 3D de corps vivants (Précédence demndée ici, le 16 Mars 2016). Les avantage sont phénoménaux:

- La personne nouvellement imprimée est capable de travailler en quelques jours, sans un long processus d'éducation.

- Construire un cerveau avec un connectome déjà existant peut rendre la personne nouvellement créée déjà éduquée.

- Mais surtout, les personnes nouvellement imprimées peuvent être nativement psychoéduquées.

Auto-stop stellaire

À l'occasion d'une rencontre rapprochée de notre soleil avec une autre étoile, le voyage interstellaire pourrait être beaucoup plus facile. Cela permettrait d'envoyer d'abord des sondes automatisées, puis des vaisseaux habités, qui trouveraient ensuite un monde déjà habitable.

Il est à noter que de telles rencontres d'étoiles se produiront certainement, dans les trois milliards d'années dont dispose l'humanité.

Surfer sur les étoiles

Il s'agit d'utiliser des étoiles comme assistance gravitationnelle pour en atteindre d'autres. Les candidats les plus appropriés pour cela sont... les naines blanches, car elles peuvent être approchées de beaucoup plus près.

Planètes cibles et plans de colonisation

Une planète doit avoir des conditions physiques et chimiques correctes. Mais si c'est le cas, elle peut avoir déjà développé une vie propre... Il ne faut donc pas que la vie ait déjà commencé sur la planète. Outre le problème éthique évident d'envahir un monde et de détruire sa propre évolution, il existe une raison pratique impérative: une fois que la vie est présente sur une planète, il est impossible de l'éradiquer. De sorte que les colons vivraient en fait dans un monde rongé par des maladies, des plantes vénéneuses ou des matières puantes. Cette seule raison peut expliquer pourquoi la Terre n'ait jamais été colonisée, même si des civilisations immorales ont eu l'occasion de le faire.

Une autre solution est qu'ils colonisent des planètes de grosses étoiles, sans évolution future. Ce qui en fait des cibles pour le SETI.

Le défi de l'énergie

La seule chose que nous savons faire est la fission nucléaire. Mais un réacteur à fission est très dangereux pour un vaisseau spatial.

Cela rend tout de même possible une sonde d'exploration à fission, avec les technologies que nous connaissons aujourd'hui. L'uranium peut être extrait des mines qui ont été découvertes sur la Lune. Les technologies proposées sont:

- La fusée au sel de Zubrin.

- Réacteurs à plasma de poussière.

La fusion nucléaire est aussi théoriquement possible, mais nous n'avons pas encore pu la faire fonctionner.

Si cela n'existe pas du tout, alors nous ne pouvons pas nous attendre à trouver une sonde de Bracewell, ni un paléo-artifact et autres. Mais quand même beaucoup d'émissions électromagnétiques pour le SETI.

Voyage interstellaire avec une physique inconnue

Cette possibilité crée un paradoxe de Fermi très fort: une activité aussi intense serait remarquée sur Terre.

Voyages interstellaires utilisant les OVNIs

A l'inverse de ce qui précède, des OVNIs ont été remarqués...

Cependant l'hypothèse que nous avons privilégiée dans le chapitre VII-2, est qu'il ne s'agirait pas de machines, mais d'interférences accidentelles du monde de la conscience dans le monde physique (hypothèse psychique). Des contacts pourraient tout de même se produire de cette manière.

VIII-8 La civilisation universelle

(Permalien) Ce chapitre fait référence à une éventuelle civilisation galactique créée par un réseau de plusieurs civilisations planétaires communiquant par des messages, des voyages, ou par des moyens psychiques.

Le rôle de la psychoéducation

Nous avons vu au chapitre VIII-6 que nous pouvons sûrement penser que les civilisations sont largement psychoéduquées, sinon elles s'autodétruiraient. Les planètes psychoéduquées sont pacifiques, et il ne peut y avoir de guerres interstellaires. C'est un résultat très sûr, même si c'est le seul: s'il existait de telles planètes psychoprimitives, elles auraient agressé la Terre depuis des milliards d'années.

De même, la démocratie immédiate et la liberté sont des résultats obligatoires de la psychoéducation.

Une civilisation psychoéduquée n'a pas besoin non plus d'idéologies, ni de système de pensée commun (chapitre I-9). Donc, même si des planètes ont des objectifs ou une philosophie différents, elles n'agiront pas les unes contre les autres.

Enfin, un point très important est que les personnes psychoéduquées ne sont pas limitées par leur ego. Ce qui leur permet d'entreprendre des travaux à l'échelle de millénaires et même de million d'années.

La communication avec radio ou laser

En l'espace de milliards d'années, les civilisations ont largement le temps d'établir des canaux de communication, en utilisant les méthodes décrites au chapitre VIII-9. Il se peut même que plusieurs de ces canaux soient déjà dirigés vers la Terre.

Ce mode de communication permet des échanges scientifiques. Mais une confirmation de l'existence de civilisations spirituelles apporterait un air frais fort bienvenu sur Terre.

Communication par voyage interstellaire

Nous avons étudié dans le chapitre VIII-7 comment une civilisation peut se répandre, en utilisant des sondes inséminatrices. Étant donné que des planètes psychoéduquées peuvent exister depuis au moins 5 milliards d'années dans notre galaxie, il est très probable que plusieurs réseaux de planètes existent.

Sinon, sans technologie de voyage spatial du genre de StarsWars, il n'y a pas beaucoup d'intérêt à voyager entre ces mondes, car le voyage spatial est beaucoup plus long que la vie d'un individu.

Donc le SETI ne trouve pas de civilisation de type III de Kardashev.

Sondes repositoires de connaissance

Elles contiennent d'énormes bibliothèques de connaissances: chroniques du début de notre galaxie, patrimoine culturel vieux de plusieurs milliards d'années, génomes, créations artistiques, témoignages de personnes ayant assisté à la création de notre soleil, romans, films, musique, etc.

S'il en existe dans notre système, le meilleur endroit connu aujourd'hui est la Lune. Ils peuvent manifester leur présence par un champ magnétique. Comme dans Rainer gamma sur la Lune, et Olympus Maculae sur Mars. Sur Terre, aujourd'hui le meilleur candidat est le Moonshaft.

D'où l'intérêt de vérifier l'existence de toute anomalie signalée. La censure est certainement la pire des choses: les gens étaient parfaitement prêts à accepter le Spoutnik, l'alunissage ou le premier chirp du Ligo, sans pour autant «devenir homosexuels».

Planètes technologiques

Les personnes psychoéduquées ne déifient pas la technologie. Cependant, elles peuvent avoir de nombreuses façons différentes de la gérer.

Côté low tech, le mélange le plus probable est de vivre dans la nature, mais en utilisant certaines hautes technologies spécifiques de manière discrète et respectueuse de l'environnement.

Côté haute technologie, nous pouvons avoir des planètes modifiées, des essaims Dyson, des parasols ou des miroirs planétaires, des orbites planétaires modifiées (chapitre VIII-10), des corps génétiquement modifiés, des imprimantes corporelles 3D, des connectomes cérébraux imprimés, des corps robotiques (dans lesquels vit une conscience), vivre dans des mondes virtuels, etc.

Tout cela augmente le facteur L, il est donc très probable que nous ayons une culture galactique.

Civilisations animales ©

(note 93 sur l'utilisation de ©) Les animaux et leur environnement peuvent s'adapter lentement les uns aux autres.

Les civilisations animales peuvent être détectées par le SETI astronomique ou par des sondes d'exploration. Même les sondes de colonisation, si elles atterrissent sur une telle planète, peuvent enseigner leur science ou construire des moyens de communication. C'est ainsi que même les civilisations animales et les civilisations de basse technologie peuvent être connectées au réseau des civilisations galactiques!

Les moyens psy

Lorsque les gens deviennent psychoéduqués, ils deviennent rapidement capables de maîtriser les moyens psi.

Et les réalisations possibles des hautes technologies ne sont rien comparées aux réalisations des civilisations psi:

-Aménager une meilleure planète physique. Il peut y avoir un grand nombre d'entre elles, mais avec un faible fc.

-Construire des mondes spirituels paradisiaques. Ils peuvent bientôt perdre tout contact avec le monde matériel, fc est nul.

-Mondes nurseries ©. (note 93 sur l'utilisation de ©) Les civilisations psi ont besoin de conserver leur planète d'origine, pour créer de nouvelles consciences (chapitre V-2). Ces planètes peuvent ressembler à la nôtre, mais avec une sorte de forte religion qui ne s'intéresse pas à la longue vie ni à la haute technologie. Les planètes nurseries peuvent être nombreuses, et elles peuvent quand même être reliées à la civilisation galactique par les différents moyens mentionnés dans ce chapitre.

Vaisseaux spatiaux psi ©

(note 93 sur l'utilisation de ©) (Rappelons que l'existence physique des ovnis a été scientifiquement démontrée, chapitre VII-2). L'hypothèse la plus intéressante sur les ovnis est celle de John E. Mack: des interférences psychiques dans le monde matériel. Je propose un cadre théorique dans les chapitres VII-3 et chapitre VII-4.

Les personnes ayant de forts pouvoirs psi peuvent avoir la capacité de les utiliser pour des vaisseaux spatiaux psi.

Si une telle chose existe, alors nous pourrions trouver des traces de telles interférences sur Terre.

VIII-9 Discussion sur les solutions possibles au paradoxe de Fermi.

(Permalien) Le Paradoxe de Fermi pointe nécessairement vers quelque chose que nous ne comprenons pas dans ce problème. Les solutions simples peuvent être juste des estimations erronées de l'un ou l'autre facteur, les solutions plus complexes font appel à des paramètres ou des caractéristiques encore inconnues (comme le fait qu'ils se soient déplacés vers des mondes spirituels).

Non seulement nos estimations les plus pessimistes ont confirmé qu'«ils» sont nombreux, mais elles ont également mis en évidence d'autres moyens de contact possibles que les scientifiques n'ont fait que supposer, voire même pas imaginé: communication laser, sondes de Bracewell, repositoires de connaissances, paléo-artifacts, contacts psi, vaisseaux spatiaux psi, etc.

Cela rend malheureusement la situation générale encore plus inconfortable, avec un fort paradoxe de Fermi. Tout semble se passer comme si le point de blocage se trouvait dans notre propre tête. Mais avant de s'interroger sur de telles choses, évaluons la situation au cas par cas.

SETI astronomique

C'est la recherche d'exoplanètes habitées, par l'utilisation des méthodes de l'astronomie classique. Si l'existence de nombreuses exoplanètes potentiellement habitables est désormais certaine, nous sommes encore loin de les voir avec suffisamment de détails pour évaluer si elles sont habitées ou non. De sorte que nous ne sommes pas encore en présence d'un paradoxe de Fermi.

SETI radio

L'absence de toute détection claire jusqu'à présent n'est pas si troublante: Le SETI radio serait incapable de trouver les signaux non intentionnels de la Terre à plus de... une année-lumière!

Cependant les signaux intentionnels devraient être déjà détectés maintenant. A moins qu'ils n'utilisent des lasers:

SETI laser

Les lasers sont beaucoup plus directifs que la radio. Ils sont donc probablement la méthode de communication préférée entre les civilisations, et un bien meilleur choix que la radio. Il existe quelques projets SETI de recherche de faisceaux laser, mais peu sont déjà mis en œuvre, de sorte que nous n'avons pas de résultats.

La suite de ce sous-chapitre est ma contribution originale, de sorte que je revendique l'antécédence pour avril 2016. Plus de détails dans le chapitre lié:

Les étoiles ont des raies d'absorption, des bandes de fréquences étroites où leur lumière est beaucoup moins intense, de sorte qu'un laser est beaucoup plus détectable.

Ainsi que nous avons besoin de:

-Je pense qu'il est totalement inutile de rechercher des variations de la lumière globale des étoiles.

-Rechercher des raies d'émission inexpliqués dans les creux les plus profonds du spectre d'une étoile, sans étalement Doppler thermique, ou avec un Doppler planétaire.

-Rechercher des modulations.

-Un spectromètre à prisme ne serait pas assez discriminant en fréquence. Je propose un récepteur superhétérodyne, basé sur un cristal optique non linéaire, transposant le signal en fréquences radio, où un récepteur radio classique peut le détecter et le filtrer.

 

Comme le laser SETI n'est pas encore opérationnel, nous ne pouvons pas tirer de conclusions.

SETI des paléo-artifacts

Les paléo-artifacts sont des objets ou des traces qui pourraient être trouvés sur Terre, provenant de visites extraterrestres actuelles ou passées. Le candidat le plus prometteur est le Moonshaft.

Là encore, le moins que l'on puisse dire est que ces objets ne sont pas aussi nombreux que ce que l'on pourrait attendre d'une situation où de nombreuses civilisations tentent d'entrer en contact.

SETI des légendes anciennes

Parfois les légendes anciennes sont des souvenirs d'événements réels, comme cela a été vérifié dans plusieurs cas.

SETI à propos de vaisseaux spatiaux utilisant la physique connue (à l'exclusion des OVNI)

La physique connue permet à une grande puissance industrielle d'atteindre la Terre avec des sondes à propulsion nucléaire, mais pas de voyager facilement dans l'espace comme dans la science-fiction.

Les astronomes professionnels ont déjà essayé de trouver des sondes Bracewell, sans succès jusqu'à présent. C'est inquiétant, et cela entraîne un fort paradoxe de Fermi.

SETI à propos de vaisseaux spatiaux utilisant une physique inconnue (à l'exclusion des OVNI)

Cela suppose principalement qu'une physique encore inconnue permette de construire des machines voyageant facilement dans l'espace, comme dans les histoires de science-fiction. Cela conduirait obligatoirement à une civilisation de type 3 de Kardashev. Pourtant, aucune n'a été détectée.

L'absence de telles visites ne soulève pas un fort paradoxe de Fermi: qu'aucune physique inconnue n'existe suffit à l'expliquer.

SETI Ovni

Dans le chapitre VII-2 nous voyons que nous pouvons scientifiquement les considérer comme réels.

L'hypothèse la plus intéressante, de feu John E. Mack, est que les apparitions d'OVNIs seraient des interférences des mondes spirituels dans le monde matériel. Ce livre fournit un cadre théorique permettant à de telles interactions d'avoir lieu (part III et part VII).

Des extraterrestres maîtrisant les mondes spirituels pourraient utiliser ce phénomène pour un contact réel.

SETI psi

Dans cette hypothèse, les extraterrestres maîtrisant les mondes psychiques peuvent tenter de contacter les Humains en utilisant des méthodes psi, comme la télépathie.

Pour l'instant, il ne peut y avoir beaucoup de résultats observables, pour une raison très simple: les Humains réceptifs sont encore très rares.

De toute façon, en raison du grand nombre de faux, un vrai contacté devrait donner des preuves concrètes de la réalité de ses contacts, comme une annonce préalable d'un événement astronomique. Ce qui n'est pas simple non plus.

SETI à propos de censure

Il s'agit de trouver des contacts, des détections ou des objets qui seraient déjà connus, mais censurés. Nous n'avons pas encore d'histoires crédibles, mais certaines déclarations troublantes font qu'on aurait bien besoin d'une sorte de SetiIeak.

Évaluation de l'équation de Drake

Pour les facteurs spirituels de l'équation de Drake, les considérations statistiques du chapitre VIII-5 conduisent à des valeurs très élevées pour L (durée moyenne d'une civilisation, en années), et à des valeurs également élevées pour fc (fraction des précédents capables d'émettre des signaux radio). Ce qui implique de un million et des milliards de planètes civilisées dans notre galaxie (voisin le plus proche entre 30 et 100 années-lumière).

Cependant, une analyse approfondie des cas ci-dessus dans ce chapitre, montre que le paradoxe affecte beaucoup plus les signaux intentionnels, alors que le manque de détection des signaux non intentionnels peut être expliqué naturellement.

Ceci suggère fortement que la clé du Paradoxe de Fermi se trouve dans la façon dont les civilisations se comportent.

En fait, il existe plusieurs hypothèses:

1 L'hypothèse du zoo

C'est l'hypothèse préférée des scientifiques: Les ETs sont capables de contacter la Terre, mais ils évitent de le faire, voire cachent des preuves. Il y a plusieurs raisons possibles, principalement l'impact négatif possible de ce qui serait ressenti comme une colonisation. Mais cette attitude dure depuis le début de la Terre, il y a 4,5 milliards d'années!

2 Les vaisseaux spatiaux seraient trop difficiles ou impossibles.

Il n'y a pas de paradoxe de Fermi dans ce cas.

3 L'hypothèse du nid de fourmis

L'idée ici est que nous n'avons aucun moyen pratique de mettre fin à la violence, à la dictature, etc. qui pourraient se produire dans une fourmilière.

De même, les ET n'auraient aucun moyen pratique, ou il leur serait trop difficile, de nous aider à évoluer. De sorte qu'ils n'essaieraient pas, et même ne se préoccuperaient pas de nous.

4 Le grand filtre

De nombreuses civilisations pourraient apparaître, mais quelque chose les détruirait aussitôt: découverte inattendue en physique, changement de société, etc. Ou bien elles passeraient rapidement de la technologie aux moyens psychiques:

5 Supériorité du psi sur la technologie

Comme nous l'avons vu, les pouvoirs psi, et même des choses fantastiques comme passer du monde matériel au monde spirituel, surviennent peu après l'obtention d'une psychoéducation de base. Cela rend caduc tout le développement technologique, y compris la communication, les lasers, les vaisseaux spatiaux.

Pire encore, les personnes vivant dans les mondes spirituels, seraient tout simplement incapables de nous contacter en utilisant leurs méthodes.

De sorte que, si il y a des contacts, ils apparaîtront comme une sorte de gouvernement spirituel mondial secret.

Évaluation du paradoxe de Fermi

Les cinq points ci-dessus sont intéressants, car ils peuvent fournir, chacun ou en combinaison, plusieurs solutions crédibles au paradoxe de Fermi.

Je vais cependant encore tenter une synthèse:

- Il n'y aurait pas de signaux radio intentionnels.

- Les signaux radio non intentionnels sont encore trop difficiles à détecter.

- Les signaux laser non intentionnels sont rares, car nous devons nous trouver sur leur trajectoire très étroite.

- La détection de signaux laser intentionnels résoudra le problème.

- La non-détection de signaux laser indiquerait une combinaison de l'hypothèse du nid de fourmis et de l'hypothèse psi.

Directives pour le SETI

- Développer le SETI laser en priorité, en utilisant la méthode décrite ci-dessus (raies d'absorption des étoiles). Sélectionner un petit ensemble des meilleures fréquences par étoile, et rechercher des raies d'émission variables ou inexpliquées. Surveiller leur modulation plusieurs fois par jour à des intervalles aléatoires, à la recherche d'impulsions, ou de modulations de type modem à basse fréquence.

- D'autres fréquences électromagnétiques, comme les maser millimétriques, devraient être étudiées.

- S'appuyer sur la recherche d'astéroïdes dangereux, pour trouver des sondes de Bracewell.

- Rechercher des signaux artistiques, et pas seulement des nombres premiers ou des formules mathématiques.

- Évaluer les méthodes pour le SETI OVNI et le SETI psi. Ce livre devrait aider.

- Le SETI psi implique probablement une sorte de demande de notre part.

- Profiter des financements universitaires ou des financements publics quand ils arrivent, mais ne pas compter sur eux pour le travail de base, car ils peuvent être supprimés par caprice.

VIII-10 Colonisation et Terraformation des planètes

(Permalien) Ce chapitre non essentiel est fortement résumé. Après s'être demandé si nous avons le droit de terraformer des planètes, nous envisageons comment le faire et pour quel résultat possible.

La terraformation de Mars semble très difficile (absence de ressources essentielles) et inutile, si c'est pour vivre dans des boîtes. Quel que soit le but que nous poursuivrions là-bas, les robots sont tout simplement meilleurs.

Pour les mines, les astéroïdes sont beaucoup plus faciles.

La terraformation de Vénus pourrait être plus facile, car de nombreux éléments sont déjà sur place. Commencer par un pare-soleil fait d'un astéroïde de fer découpé en tôles. Mais il faudra beaucoup de temps pour que la température baisse et que le CO2 soit neutralisé en carbonates.

Modifier les orbites des planètes peut sembler impossible. Cependant, nous pouvons manœuvrer des astéroïdes de manière à ce que chaque approche apporte un peu d'énergie à la planète (la source étant Jupiter). Cela prendrait des millions d'années et plus, mais des personnes psychoéduquées et sans ego peuvent le faire. Cela sera utile au moins pour éloigner la Terre du Soleil au fur et à mesure de son gonflement au cours de son évolution.

Exploitation minière de la Lune: En supposant qu'elle ne soit pas mise en réserve, c'est la seule planète où l'exploitation minière peut valoir la peine. En effet, la faible gravité permet d'utiliser un simple canon électromagnétique pour envoyer les métaux extraits sur Terre, en utilisant l'abondante électricité solaire.

Le voyage interstellaire et la colonisation de l'espace sont pratiquement impossibles pour transporter des personnes vivantes. Le voyage interstellaire automatique est possible avec les technologies de fission que nous avons en main, mais seule la fusion permettrait de passer à l'échelle supérieure.

Ma contribution est que nous pouvons envoyer du code ADN, pour recréer à partir de zéro un écosystème parfait, exempt de toute maladie, de choses toxiques, de prédateurs, d'espèces envahissantes, un monde sans une seule épine, où nous pouvons vivres nus et marcher pieds nus partout... Cependant, pour que les gens puissent respecter la merveille, nous devons également envoyer des connectomes.

Une mission Europa pourrait fonctionner en utilisant un simple obus comme vaisseau spatial, qui s'enfouirait dans une plaque de glace rose. J'avais proposé que la sonde Juno serve de relais, mais personne ne m'a écouté, si bien qu'il est trop tard maintenant.

Un atterrisseur sur Vénus est parfaitement réalisable. Cette partie est une étude entière à ce sujet. Principalement, si nous utilisons des semi-conducteurs à haute température, nous n'avons pas besoin de refroidir l'électronique. En outre, il pourrait facilement voler avec un petit volume de gaz de ballon, de sorte qu'un seul atterrisseur serait en mesure d'explorer toute la planète. En particulier les montagnes, car c'est le seul endroit où nous pourrions trouver des traces de vie, le cas échéant.

Un retour d'échantillon de Vénus est très difficile, en raison de la forte gravité et de l'atmosphère épaisse. Un lancement de ballon pourrait aider, pour faire monter une très petite capsule.

Un retour d'échantillons martiens est beaucoup plus facile, mais dangereux, car s'il y a des bactéries, elles peuvent contaminer la Terre et causer des ravages. Ma contribution est que lorsque la capsule arrive sur Terre, elle se satellise elle-même, avec l'aide de la Lune. Elle est alors plus facile à attraper et à étudier en orbite, jusqu'à ce que nous confirmions qu'elle n'est pas dangereuse.

Un rover lunaire peut être beaucoup plus grand que les rovers martiens. En outre, il peut être télécommandé en temps réel, ce qui permettrait de parcourir toute la Lune. Il faut un lidar pour détecter tous les nids de poule là-haut avant d'y rouler. Avec quelques précautions de conception, comme de clipser les différentes parties, celles qui seraient endommagées pourraient être réparées par télécommande. En fait, le pire défi est la poussière lunaire, collante et très abrasive.

Protection contre les astéroïdes dangereux. L'idée de les percuter est mauvaise, car elle nécessite des années de préavis et un vaisseau spatial coûteux. C'est encore pire avec l'idée d'utiliser des bombes atomiques: tous les débris de météorites, plus les déchets radioactifs, continueraient simplement leur chemin vers la Terre, remplaçant une seule menace par une rafale de menaces.

Ce que je propose, est le projet VishvaKunta © (note 93 sur l'utilisation de ©). Il s'agirait d'une grande station spatiale dotée de nombreux panneaux solaires, en orbite près du Soleil, et tirant un laser vers une menace signalée. L'impact du laser vaporise la roche (ou la glace), fournissant à la fois la masse de réaction et son accélération. De cette façon, nous pouvons agir avec moins d'une heure de délai, et autant de fois que nécessaire.

Si nous avions eu VishvaKunta, nous aurions pu «échantillonner» 'oumuamua.

 

 

Introduction à l'Épistémologie Générale

Flèches permettant de naviguer de page en page. Une image map donne les liens pour chaque flèche. Index de cette histoire. Recul rapide de plusieurs histoires. Histoire précédente.

 

 

 

Scénario, dessins, couleurs, réalisation: Richard Trigaux (Sauf indication contraire).

Comme tous les auteurs indépendants, j'ai besoin de votre soutient pour que je puisse continuer à travailler à ce site et que puisse exister une expression libre sur le net:

Notice légale et copyright.

Modified in 2024

1) Sauf indication contraire, tous les textes, dessins, personnages, noms, animations, sons, mélodies, programmations, curseurs, symboles de ce site sont copyright de leur auteur et propriétaire, Richard Trigaux. Merci de ne pas en faire d'usage commercial, ni à de mauvaises fins.

2) Vous pouvez utiliser les expressions marquées d'un signe copyright ©, à conditions toutefois 2-1) d'indiquer que l'auteur est Richard Trigaux, 2-2) de faire un lien vers la définition, et 2-3) de ne pas en déformer le sens.

3) Si ce site disparaissait, vous serez alors libre d'en faire un miroir, de tout ou partie, aux conditions de: 3-1) indiquer Que Richard Trigaux est l'auteur, 3-2) seuls les ayant-droit peuvent faire les bénéfices garantis par la loi, mais je leur interdit de s'opposer à la publication 3-3) ne pas déformer ou dénigrer mon propos. Ce point vaut aussi pour les médias, Intelligences artificielles et systèmes de crowd-sourcing.

CopyrightDepot.com cliquer pour verifier

00035455

Official Seal of CopyrightDepot.com