Pour le Bonheur de tous les Etres -- L'auteur -- Motivation -- Soutenir ce site

Spiritualité:  En ce 21eme siècle spirituel -- Une présentation du Bouddhisme 3D

Université Shédrupling 3D : Epistémologie Générale ( News ) -- L'Abduction ( News ) -- La Vraie Economie ( publi1 ) -- Lumière de Trappist ( publi2 )

Ressources pour un Monde Meilleur: Écologie, bonheur, vie, art, esprit, livres, musiques, films...

Livres et Romans: Le monde merveilleux des Eolis -- Science fiction actuelle: Dumria 3D -- Araukan -- Typheren -- Ken -- Pourquoi Papa -- Tolkien: Rêve Elfique -- Les Elfes du Dauriath (index) -- Un gros projet 3D -- Manifeste des mondes virtuels -- Vivons notre idéal dans les mondes virtuels 3D! -- Elf Dream, l'idéal elfique -- Tableaux

Réagir: L'heure d'été ( forum1 ) -- Droits de l'enfant violés en France -- Tabac et alcool sont des drogues -- Internet et liberté No cookies!! Logiciels buggués -- Epidémies nouvelles et hygiène de base -- Racisme et sexisme à rebours -- Une bonne constitution pour l'Europe? -- Devoir de mémoire -- Génération plombée? -- Comment devenir végé! -- Arnaques avec l'E85

        English English English                               page plus lisible                     😀?!NO COOKIES!?:😇     

Les Elfes du Dauriath

L'histoire de Naëreen et Nimly-Neriel dans l'au-delà

Par Yichard Muni, barde Elfe

 

Rencontrons-nous en vrai! Mon nom: Richard Trigaux. Nom d'artiste: Yichard Muni
Tous les vendredis à 12pm SLT (Heure de Californie, PT ou PDT) (France: 21h), rencontres elfiques et histoires

Dans notre region virtuelle Lysaer (Comment entrer)

Dans notre region virtuelle Daur Anarie dans Alternate Metaverse! (Comment entrer)

Elf Dream a son site, il est actif dans dans les mondes virtuels Sovaria, Alternate Metaverse, et présent dans Blue Sky Web, Discord, Facebook. Mewe, Second Life,

 

Soutenir ce site

Ce texte s'insère dans une intrigue plus vaste. Il vaut donc mieux lire d'abord «Le Baiser des Mondes».

Index des histoires: ordre chronologique, ou par ordre de création

 

 

Voir la version audio et toutes les informations sur l'audio

Importante musique de fond pour cette histoire: Ancestral Stargate ou Talisman de Max Corbacho.

Cette histoire est différente des autres, car elle ne se passe pas dans le monde physique (Nyidiath et Dauriath) mais dans l'après-vie, dans le paradis elfique de Shelenaë. C'est donc une ambiance totalement différente, qui se traduit par une couleur de fond de page différente.On y retrouve certains personnages, mais dans un cadre beaucoup plus libre.

C'est la suite de l'histoire de Naëreen et Nimly. Ils vivaient il y a très longtemps, dans le monde du Nyidiath des Humains, bien avant que le Dauriath, le monde des Elfes, ne soit accessible.

Nimly était le fils d'un père abusif, propriétaire et tyran de leur petite île. Au cours d'un voyage, Nimly rencontra une merveilleuse Elve, Naëreen, et ils tombèrent amoureux l'un de l'autre. Mais le père s'opposa à cet amour et fit massacrer toute la tribu elfique. Voyant cela, Nimly se suicida pour échapper aux moqueries et au bizutage continuels des habitants stupides de leur île. Cette histoire serait bien triste, s'il n'y avait pas la suite: Nimly a retrouvé Naëreen dans le paradis de l'après-vie des Elfes, où ils seront à tout jamais heureux et libres de s'aimer.

 

Je sais que les conditions de vie dans l'au-delà sont encore spéculatives, avec très peu de points de données. Nous disposons néanmoins de quelques éléments intéressants:

1) L'étude scientifique des NDE avancées, au-delà de la «lumière», en particulier dans la Dutch study.

2) Le Bardo Thödöl, ou livre des morts tibétain, qui semble être un témoignage de yogis avancés ayant exploré l'après-vie.

3) La première théorie scientifique de la conscience, la théorie de l'auto-génération logique. Cette théorie prédit que la conscience survit à la mort. Mais surtout, elle donne des indications sur l'aspect de l'après-vie, les ressemblances et les différences avec la vie physique. Cette théorie aborde également une question épineuse: si notre conscience est semblable à un rêve, comment pouvons-nous partager ce rêve avec d'autres personnes, au point de créer un univers entier dans lequel vivrait une communauté.

 

Mais passons maintenant à l'histoire.

 

La tribu de Nimly et Naëreen est arrivée dans le paradis de l'après-vie créé par Shelenaë. Ils atterrirent dans une sorte de zone d'accueil, avec des mentors prêts à les aider à s'habituer à leur nouveau mode de vie.

Nimly voulut changer son nom, qui lui rappelait bien trop les nombreuses fois où il avait été appelé pour être houspillé. Avec Naëreen, ils choisirent Neriel, un aimable ange blond flottant, aux cheveux frisés et à la robe blanche! Naëreen est restée telle qu'elle était dans le monde physique: une Elve blonde dansant joyeusement, vêtue d'une robe blanche brillante.

Ils apprirent bientôt à se téléporter dans d'autres lieux, grâce à une méditation spéciale. Au début, c'était difficile, et la tribu fut envoyée dans un endroit réservé aux débutants. Neriel y resta coincé pendant des années, obligé de n'utiliser que les séances de méditation collective pour se déplacer avec toute la tribu, avant de pouvoir se téléporter seul en toute sécurité.

Leur tribu a réussi à créer son propre village de petites maisons en bois dans un joli jardin vert parsemé de fleurs. C'était encore simple et un peu standardisé, mais ils savaient maintenant comment faire mieux. Plus tard, Neriel a appris à construire des paysages, des plantes, des maisons, des temples, des bateaux, et bien d'autres choses étranges qu'il a découvertes petit à petit. Il y avait aussi des créateurs de vêtements, des créateurs de cheveux, et d'autres, capables d'arranger les formes corporelles et les peaux au goût de celui qui les porte. Mais ce que Neriel et Naëreen préféraient, c'était créer des plantes, des rochers, des jardins et des petites maisons. Construire dans l'après-vie est assez simple, puisqu'il suffit de visualiser quelque chose pour que cela devienne «réel». Mais pour le faire avec précision et obtenir des résultats stables, il faut beaucoup de concentration et de méditation! Une fois qu'ils ont appris, les grands bâtisseurs étaient capables de créer eux-mêmes des objets magiques, et même des mondes entiers, comme l'avaient fait les Elfes fondateurs.

Lorsqu'ils ont su gérer leur nouvelle vie, notamment la téléportation, ils ont quitté le lieu des débutants. Grâce à leur nouvel entraînement, ils téléportèrent tout leur village d'un seul bloc, dans un endroit plus grand, au pied d'un rocher rougeâtre avec des grottes. Il était entouré d'un labyrinthe de bosquets et de petites prairies, parsemées d'une incroyable variété de fleurs et de champignons colorés. D'autres tribus vivaient un peu plus loin, de sorte qu'ils n'avaient pas besoin de se téléporter pour se rendre visite.  Cet endroit ressemblait à une grande vallée, entre de fantastiques montagnes qui s'étendaient sur des centaines de kilomètres sans vraiment d'habitants. C'étaient de pures créations de l'imagination, avec des gorges profondes, des falaises, des grottes bizarres, des créatures étranges, des antres magiques et des mines mystérieuses, accumulées au fil des siècles pour le simple plaisir de créer des paysages stupéfiants!

Plus tard, Neriel a réussi à se téléporter tout seul, et à atterrir précisément là où il le souhaitait. Il prit alors beaucoup de plaisir à explorer de nombreux endroits dans l'après-vie, qui sont tous d'une beauté stupéfiante, mais aussi d'une incroyable variété: palais de cristal, cathédrales de sucre aux couleurs de l'arc-en-ciel, forêts merveilleuses avec des plateformes, sensuels vallons fleuris, incroyables fleurs sous-marines...

 

Un jour toutefois, Neriel reçut la visite du... philosophe! Son ancien mentor dans sa vie physique, qu'il connaissait sous le nom de Maître Eyquem. Il avait également changé de nom: Maître Shaun Rang. Et il avait pris une apparence totalement différente de celle de sa vie matérielle: l'ancien petit homme replet était devenu un grand sage élancé, tout vêtu d'une robe de mage bleu foncé, avec un chapeau pointu, une impressionnante masse de longs cheveux noirs et une barbe massive. Il portait un col en fourrure et des broderies, avec des étoiles brillantes qui se déplaçaient autour de son chapeau. Son pouvoir de concentration avait fait de lui un grand bâtisseur, comme nous le verrons.

En fait, il avait du revoir entièrement sa philosophie, qui était intéressante, mais entachée de plusieurs erreurs subtiles. Il y parvint, et il était maintenant respecté par les anciens Elfes. Nous devinons que son immense connaissance des Humains sera en effet d'une grande utilité lorsque les Elfes seront à nouveau acceptés dans le Nyidiath, et que les Humains devront reconstruire leur monde détruit et pollué. Il acceptera de renaître en tant que scientifique! Mais pour une courte période seulement.

 

En fait, dans l'après-vie, «connaître» se passe très différemment de dans le monde physique. Dans le monde matériel, il nous faut utiliser des messages physiques pour apprendre et échanger: la parole, les livres, etc. Dans l'au-delà, les idées et les informations viennent spontanément, lorsque nous avons des idées ou des émotions similaires. Ainsi, les personnes qui n'étaient pas spécialement dans le genre d'ésotérisme romanesque bleu foncé de Maître Rang ne peuvent jamais le trouver, et même ne pas entendre parler de son existence. Mais le fait d'avoir des pensées similaires amène tôt ou tard la connexion, même si on ne la cherche pas. De leur côté, Naëreen et Neriel ont d'abord dû parler ensemble pour échanger de nouvelles idées. Mais rapidement, ils sont devenus télépathes, comme c'est la norme dans l'après-vie: ils partageaient tant que leurs pensées avaient créé un espace commun. Un couple intime devient vite plus que la somme des deux: un seul être, avec deux composantes. Ils peuvent ainsi échanger des émotions de cette façon, et même du plaisir. C'est pourquoi la vie au lit dans le Grand Au-delà est finalement très différente, et beaucoup plus intéressante.

Ainsi, ni Naëreen ni Neriel n'avaient pu soupçonner l'existence de Maître Rang. C'est lui qui s'est enquis du sort de son ancien élève, qu'il aimait toujours comme Nimly. Mais il n'avait aucune idée de ce qui l'entourait, si bien qu'en atterrissant devant sa maison, il découvrit Naëreen, son nouveau nom Neriel, la tribu, et tout leur joyeux village de chants et de bonheur. Il fut vraiment ravi de découvrir que Neriel était enfin heureux avec une merveilleuse Elve!

 

Naëreen n'avait aucun lien avec Maître Rang, mais ce lien s'est établi petit à petit, par l'intermédiaire de Neriel. C'est ainsi qu'un jour, ils décidèrent de partir à la recherche de son mystérieux antre de savoir et de magie, haut dans une grotte de montagne!

Dans le monde matériel, il est totalement irréaliste d'essayer de trouver un endroit caché dans une étendue de montagnes de plusieurs milliers de kilomètres, sans la moindre piste ou indice. Pas dans l'après-vie: là, c'est la manière normale de faire. Neriel et Naëreen se contentèrent donc de s'asseoir ensemble, comme ils en avaient l'habitude, pour leur méditation. Mais retrouver Maître Rang n'était pas si simple: en quelques années seulement, il avait mis en place tout un labyrinthe initiatique autour de sa demeure. Et inutile d'essayer de prendre des repères ou un quelconque indice visuel: les différentes étapes n'avaient tout simplement pas de lieu défini, de sorte qu'il n'y avait aucun moyen de marcher de l'un à l'autre. Il fallait se téléporter, et pour cela suivre la subtile piste de vibrations qu'il avait créée.

Et aussi, souvenez-vous d'une caractéristique très importante de la vie après la mort. Dans le monde physique, les licornes n'existent pas, même si vous le souhaitez ardemment. Mais dans l'au-delà, il suffit de penser à une licorne pour la faire apparaître. Et bien d'autres choses encore. Attention aux surprises!

La première séance de méditation de Naëreen et Neriel a donc échoué.  Ils essayèrent une seconde fois quelques jours plus tard, et cette fois la téléportation les projeta dans ce qui semblait être une vallée de montagne. Mais celle-ci était entièrement sauvage, avec d'énormes cèdres et rochers. C'était aussi une ambiance très différente de celle de leur propre vallée. Dans l'après-vie, nous ne pouvons pas être tués ou blessés, mais la peur peut toujours nous mettre dans de terribles situations, comme être coincés dans des endroits désagréables, incapables de s'échapper, avec des monstres grimaçants qui nous tripotent. Le premier jour, Naëreen et Neriel ont donc échoué à nouveau, préférant se serrer l'une contre l'autre, de sorte que la vibration de leur amour les a ramenés dans leur lit. Pour ne rien arranger, ils ont clairement entendu Maître Rang rigoler! Si bien qu'ils se sentirent un peu stupides. Ce sacré humain les battait!

 

La troisième tentative les a ramenés dans la vallée. En fait, l'ambiance y était plus majestueuse qu'effrayante, d'une nature fantastique inviolée, comme l'étaient les montagnes Rocheuses avant que des colons ne s'y installent. Et c'était en effet un paysage extraordinaire. Le fond de la vallée était parsemé d'énormes rochers, avec un ruisseau cascadant ici et là. De grands cèdres étaient éparpillés tout autour, entrecoupés de prairies où poussaient toutes sortes de plantes médicinales étranges. Puis, de chaque côté, de formidables falaises verticales s'élevaient à une hauteur impossible, avec toujours un ou plusieurs nuages qui en cachaient le sommet. Dans l'après-vie, les nuages ne sont pas le fruit de la météorologie, ils sont placés à dessein, en l'occurrence, pour créer une sensation de grandeur démesurée. Encore au-dessus de ces falaises se dressaient des montagnes enneigées. Dans le silence virginal de la nature, le grondement sourd des cascades se répercutait tout le long des falaises, de sorte que chacune murmurait d'étranges mantras, comme des choeurs de moines. Les différentes falaises se répondaient même, en plus aigu du côté proche, et plus bas pour les endroits plus éloignés. Pour Naëreen et Neriel qui, de toute leur vie corporelle, n'avaient jamais dépassé dix mètres au-dessus du niveau de la mer, c'était une vue fantastique, et assez intimidante. Ils commencèrent à méditer l'acceptation cette ambiance sauvage, indomptée et impressionnante, quand soudain un gigantesque hurlement d'animal sauvage retentit tout le long de la vallée! Effrayés jusqu'aux os, ils furent à nouveau projetés dans leur lit!

Cette fois, Maître Rang eut le tact de ne pas venir rire. Mais dès que Neriel et Naëreen entamèrent leur quatrième tentative de méditation, ils entendirent clairement sa voix: «Vous devez détruire le paradigme». Ils n'avaient aucune idée de ce qu'était un paradigme, et encore moins de la manière de le détruire. Tout au plus Neriel se souvenait-il d'avoir entendu ce mot de la bouche de l'ancien Maître Eyquem, lorsque tous deux étaient encore Humains dans l'île de son père. Nimly avait du lancer un regard totalement décourageant, car Maître Eyquem avait baissé les épaules, soupiré, et il n'avait plus jamais utilisé de tels mots.

Ces deux-là se sont donc retrouvés dans la même vallée, avec même leurs traces de pieds de la tentative précédente, commençant et finissant en quelques mètres. Dans l'après-vie, nous ne laissons pas de traces de pas. Si nous en laissons, c'est à dessein. Comme pour leur rappeler leur première tentative ratée. Bon, des traces de pieds qui commencent et qui finissent au beau milieu d'une plage de sable, comme dans quelque étrange histoire d'OVNI, c'est remarquable.

Mais cette fois-ci, ils n'étaient pas seuls.

Ils s'assirent, fermèrent les yeux et commencèrent à méditer. Méditer pour ne pas entendre à nouveau le cri de l'énorme animal. Ils ont médité pour contrecarrer la peur qui grandissait dans leurs cœurs. Une peur insidieuse qui enflait et reculait par vagues, sans cause apparente et se nourrissant d'elle-même. Sans qu'ils s'en rendissent compte, ces vagues se transforment en une respiration. Puis en un énorme grondement rythmique de feu, de lumière rouge et de chaleur... Inutile d'essayer de ne pas ouvrir les yeux: dans le rêve partagé de l'après-vie, on voit de toute façon, car il n'y a pas de distinction entre la scène extérieure et notre vision intérieure.

Un énorme dragon rouge foncé les attendait, laissant nonchalamment échapper de bruyantes bouffées de flammes de ses naseaux. Vous pouvez dire, amis lecteurs, que les dragons n'existent pas, et invoquer toute la science, la rationalité et wikipedia pour leur interdire d'apparaître. Cela fonctionne bien dans le monde Moldu, mais ça n'est d'absolument aucune aide dans l'après-vie: non seulement rencontrer un dragon est parfaitement possible, mais c'est même un risque sérieux à envisager, si vous les craignez. Pire, ce n'est pas comme dans les films, c'est vraiment comme un haut-fourneau rugissant à pleine puissance qui vous regarde, crachant une fumée fuligineuse et des gouttes de fer fondu chauffé à blanc. Un haut-fourneau avec des intentions, marchant vers vous pour vous incinérer avec son feu infernal!

Cette fois, Neriel et Naëreen étaient paralysées de terreur, et totalement incapables de se recentrer sur leur tendre vibration! Si bien qu'ils ne pouvaient plus se replier en téléportation, et qu'il leur fallait vivre cette terrible expérience jusqu'au bout. Si fin il y avait: ils savaient très bien que l'au-delà peut se transformer en enfer, littéralement, et c'est ce qui arrive aux personnes malveillantes: souffrir l'horreur de brûler vives, pendant des milliers d'années, sans mort pour s'en échapper.

Ils ont donc essayé de méditer à nouveau, pour contrer les vibrations terrifiantes du dragon. Mais cela ne fit que l'enhardir: il s'approcha, les yeux brillants et un rire énorme se répercutant dans toutes les falaises alentour. Des gouttes de fer étincelaient sur le sol et enflammaient l'herbe, c'était d'un réalisme effrayant. Neriel et Naëreen étaient sûrs qu'il s'agissait du paradigme, et qu'ils devaient le détruire. Mais comment? Le combattre ne faisait que le rapprocher, et ils ressentaient maintenant la chaleur de ses flammes!

Agrippant un peu de lucidité, ils se mirent à méditer sur l'acceptation, comme ils l'avaient fait avec les vibrations sauvages et impressionnantes du lieu.

Bientôt, le dragon cessa d'émettre de la fumée, et son sourire moqueur se transforma en admiration. Il pencha la tête sur le côté, comme un chien suppliant. Il s'accroupit et tendit sa patte avant vers eux. Cela faisait un escalier très pratique, et ils se sentirent encouragés à grimper, jusqu'à ce qu'ils trouvent un endroit sur son cou, où ils pouvaient s'asseoir et s'accrocher aux pointes pour se sécuriser. Dès que ce fut fait, le dragon s'éleva à nouveau et commença à voler, avec le vent qui hurlait autour de lui et qui tonnait dans ses ailes. C'était une chevauchée grisante et une sensation extraordinaire, que de s'élever soudain le long des immenses falaises et de voir les grands cèdres aussi petits que de l'herbe.

Pendant ce qui leur a semblé des heures, ils ont survolé une chaîne de montagnes enneigées apparemment illimitée, avec des vallées habitées ici et là. Chacune d'entre elles avait une ambiance différente, selon les personnes qui y vivaient. Puis ils entrèrent dans un nuage. Dans l'après-vie, les nuages sont aussi un moyen pratique de faire une transition sans raccord entre différents endroits. Ce qui en fait aussi des lieux étranges, incertains et un peu inquiétants, où on ne sait jamais ce que l'on va trouver.

Ils atterrirent finalement sur une petite terrasse de terre battue, au sommet d'un monticule herbeux. Le dragon disparut, avec un dernier rire et un énorme pet, dont la fumée noire se dissipa lentement.

Ils étaient dans un autre lieu encore, silencieux et mystérieux. Le brouillard les entourait, ne laissant entrevoir qu'un chemin. Pendant une seconde, ils entendirent Maître Rang rire, et expliquer «le paradigme n'est pas une chose qui existe dans le monde, c'est une idée que vous avez. Détruire un paradigme, c'est simplement abandonner cette idée, de sorte que la situation réelle puisse se dérouler. Vous aviez l'idée que le dragon avait de mauvaises intentions, et vous avez détruit cette idée. Cela a rendu la situation totalement différente». Sacré Maître! pensèrent-ils.

Ils suivirent le chemin, et ils se retrouvèrent cette fois entre deux falaises, dans une gorge étroite. L'endroit était froid et peu accueillant, entre des murs de roche grise sans joints, et juste quelques herbes de chaque côté du chemin. Le seul son audible était de l'eau, qui gouttait lentement quelque part. Pour les Elfes habitués à un gazouillis constant d'oiseaux et de chants, le silence était une expérience étrange et apaisante.

Puis elle fut là. L'entrée du tunnel. La petite gorge arrivait à sa fin, et le chemin s'engageait dans une bouche ténébreuse béante. C'était comme si cette obscurité elle-même émettait de la peur, amplifiée par le silence étrange et l'atmosphère mystérieuse. Ils se prirent les mains, hésitants. Puis une pensée émergea dans leur esprit collectif: il y avait un autre paradigme à détruire! La peur de l'inconnu, des lieux obscurs cachant des prédateurs et autres dangers. Méditer pour contempler le vide de leur peur: il n'y avait pas de danger réel, c'était juste Maître Rang qui les taquinait à nouveau, il ne pouvait pas vraiment leur vouloir du mal. Et de toute façon, rien de mauvais ne peut arriver dans l'après-vie, sauf précisément ce que nous craignons. Leur peur s'est lentement dissipée, jusqu'à ce qu'ils puissent entrer. Dans le monde matériel, la peur de l'entrée des grottes nous protège des prédateurs et autres dangers qui peuvent s'y cacher. Il est également très dangereux de pénétrer seul dans une grotte, sans équipement ni protection appropriés. Mais dans l'après-vie, le seul danger est celui que nous portons dans notre propre esprit. Ce que nous craignons viendra nous narguer.

Curieusement, la peur des entrées de grottes disparaît dès que nous sommes dans l'obscurité. Mais dans l'après-vie, il n'y a pas d'obscurité, à moins qu'on le veuille. C'est pourquoi ils purent y voir tout au long du tunnel dès l'entrée, sans avoir besoin de lampes. Ils suivirent une longue galerie, tantôt étroite, tantôt s'élargissant à des salles avec de magnifiques stalactites, stalagmites et fleurs scintillantes de pierre blanche. Mais le chemin continuait, jusqu'à ce qu'ils atteignent une petite pièce.

Sur le sol, deux barres de fer parallèles disparaissaient dans une courbe du tunnel. Se demandant ce que c'était, ils remarquèrent une sorte de meuble métallique posé sur les deux barres, avec des sièges. Ils n'avaient aucune idée de ce que c'était ou de ce que cela faisait, mais cela ressemblait tout à fait à une invitation, de sorte qu'ils s'assirent ensemble. Ce qui se passa ensuite les fit sursauter de surprise: le meuble se mit à rouler sur les deux barres, avec un bruit métallique. Il accéléra jusqu'à ce qu'ils sentent le vent de la course. Bientôt, ils remarquèrent d'autres rails de fer qui se branchaient avec les leurs, dans des galeries plus grandes. Les murs étaient de toutes les couleurs, avec des minéraux étranges formant des fleurs et des formes bizarres. A un endroit, c'était comme traverser un gâteau aux multiples couches lumineuses et textures d'aliments variés, avec des cerises, des fruits confits, des sculptures en sucre. Plus loin, une immense salle était remplie de cristaux scintillants lumineux d'une taille incroyable, formant de fantastiques figures de vitrail.

Encore plus loin, c'était d'une beauté époustouflante: imaginez une grande salle entièrement rouge, lumineuse comme le lever du soleil, le plafond et les murs couverts d'une forêt de cristaux fins et pointus! Le passage vers la salle suivante ne se faisait pas par un tunnel, mais comme à travers des rideaux et des séries de piliers, laissant apparaître des taches de la couleur suivante: un aigue-marine puissant, dans une salle toute en champignons de pierre ronds et veloutés! Plus loin, il y avait des salles de toutes les couleurs et de tous les styles, avec des taches mixtes dans les transitions: jaune brillant, violet mystérieux, vert forêt émeraude profond, orange chaud, bleu serein, et pour finir, une grotte de cristal transparent scintillant! Ils restèrent bouche bée devant une telle beauté: ces grottes de cristal dépassaient toute description.

Naëreen et Neriel n'avaient qu'une faible idée de ce qu'étaient les mines, les cristaux et les minéraux. Juste que chacun de ceux qu'ils voyaient avait sa propre vibration puissante, traduite sous forme de roche, nourrissant leur âme en conséquence. En effet, dans l'après-vie, les vibrations existent d'abord, et elles ne génèrent des images et des sons que ensuite. D'où le terrible danger de nier les vibrations: cela peut conduire à un au-delà vide, un monde gris dépourvu de tout contenu ou événement. Les beaux cristaux et minéraux peuvent également être utilisés dans le monde physique, mais leur pouvoir se limite alors à améliorer notre humeur.

 

Ils débouchèrent enfin dans ce qui ressemblait d'abord à une sorte de vallée, où il faisait toujours nuit. D'immenses falaises rouge foncé les entouraient, leur sommet disparaissant dans un brouillard violacé qui reflétait la chaude lumière orangée du dessous. Cette lumière émanait de nombreux poteaux porteurs de flammes, ainsi que des fenêtres lumineuses de plusieurs grands bâtiments incurvés en pierre pourpre foncé. Ces derniers étaient ornés de cristaux brillants, de frises dorées et de pointes colorées. L'un d'entre eux était plus élaboré, avec des fenêtres jaunes brillantes et une immense porte. Maître Rang n'avait sans doute pas encore eu le temps d'achever les autres bâtiments, qui restaient plus sommaires.

Ils suivirent un long escalier qui serpentait sur la pente vers le bâtiment principal, avec des poteaux lumineux orange de chaque côté. En fait, ces bâtiments étaient adossés à la paroi rocheuse, de sorte qu'ils n'avaient pas d'arrière. L'ensemble de la scène vivait dans une mystérieuse obscurité violette, éclairée par des lumières rougeâtres et dorées, avec ici et là des étoiles aigue-marine renforçant la vibration principale par contraste. Il y avait tout de même des herbes et des arbustes, mais d'un rouge sombre, dans le même style. L'ambiance était mystérieuse, celle d'un repaire secret et puissant de pouvoir et de magie.

Une porte massive en acier, encadrée de bas-reliefs élaborés, s'ouvrit en coulissant lorsqu'ils arrivèrent à l'entrée.

Ils furent téléportés à nouveau, dans un tunnel plus intime, illuminé par des cristaux brillants aux couleurs merveilleuses. Il les conduisit sur quelques dizaines de mètres, jusqu'à une grande salle.

Ils se trouvaient enfin dans l'antre de Maître Rang. C'était une grande pièce faiblement éclairée, au plan indéfini, avec des recoins et des étagères en bois massif. D'étranges lumières se déplaçaient sur les murs. Le sol était constitué d'un épais tapis aux motifs complexes de couleur marron et rouge foncé. Il flottait dans l'air une complexe odeur de bois ciré, d'encens, de benjoin, de plantes médicinales séchées et de vieux papiers. Plusieurs bureaux et autres meubles inhabituels étaient en bois sombre, et un immense orrery doré tournait lentement sur un plafond en forme de dôme bleu foncé parsemé d'étoiles brillantes. La vue d'ensemble était très impressionnante, et en quelque sorte magnifique, évoquant les mystères occultes de l'univers, le monde étrange des magiciens et des alchimistes.

Maître Shaun Rang était là, souriant, leur souhaitant la bienvenue. Comme d'habitude, il portait sa robe de magicien bleu foncé, avec des étoiles brillantes qui tournaient autour de son chapeau pointu. Il était assis sur un grand fauteuil au dossier en bois foncé sculpté. Des fauteuils plus petits étaient destinés à Naëreen et Neriel, et des mets et boissons variés étaient disposés sur une table, pour qu'ils se sentent à l'aise. Bien sûr, dans l'après-vie, nous n'avons pas besoin de nourriture pour entretenir notre corps de rêve, mais les vibrations des goûts et des arômes nourrissent notre bonheur, lors des repas de jeux de rôles que nous célébrons en certaines occasions. Ainsi, les meilleures sucreries et gâteaux étaient disponibles, comme des champignons en sucre merveilleusement croustillants, des fruits confits et aucun souci de diététique! Mais aucun arôme ne vaut la vibration magnifique et épanouissante de la générosité! C'est pourquoi offrir de la nourriture est une pratique si courante et si universelle, dans tous les domaines, des animaux les plus humbles aux anges les plus élevés.

Ils discutèrent de beaucoup de choses, à commencer par leurs vies passées dans le Nyidiath (le monde matériel). Mais ils se lassèrent vite d'évoquer ces douloureux souvenirs, si bien qu'ils passèrent à des choses plus intéressantes. En effet, ils venaient de mondes très différents: Naëreen vivait dans une joyeuse communauté d'Elfes errants, habitant un bateau, vendant des bijoux et des vêtements pour gagner leur vie, divertissant ou soignant les gens quand on le leur demandait. Maître Rang venait du monde étrange des philosophes et des alchimistes. Ils avaient donc beaucoup de choses à échanger. En comparaison, Neriel n'avait pas grand-chose à raconter, mais il était le lien indispensable entre ces deux personnes si différentes.

Naëreen avait une voix merveilleuse, et ses chansons émouvantes charmaient Maître Rang... et Nimly, qui sentait son amour grandir, de par sa chance inouïe de partager sa vie avec une aussi belle créature. Elle avait aussi appris la broderie, mais dans l'après-vie, nous n'avons pas besoin de mois de travail fastidieux, alors que la visualisation suffit à créer des images complexes et nettes. Cependant, elle apportait un style elfique inimitable et une habileté professionnelle à former des motifs élaborés mais harmonieux.

Malgré son titre ronflant, Maître Rang était une personne simple et très affable, facile à vivre. Tous ces vêtements cérémonieux, titre et grande chaise étaient ceux d'un professeur. Et en effet, il avait beaucoup à apprendre à qui voulait bien l'écouter, au point que même les Anciens Elfes lui demandaient parfois conseil. Pour ce faire, ils venaient eux-mêmes dans son antre, au lieu de l'inviter au Conseil Elfique. C'était une façon de dire qu'ils aimaient son étrange monde violacé, si différent de la joyeuse et lumineuse verdure des Elfes.

Comme chacun sait, la philosophie et l'alchimie ont été les précurseurs de la science moderne. Bien sûr, elles s'étaient sont trompées sur de nombreux points, mais c'est précisément ce processus audacieux d'essais et d'erreurs qui a finalement abouti à la méthode scientifique.

Une erreur encore fréquente à l'époque consistait à considérer le Nyidiath comme plat. Pourtant, toute personne érudite savait que le Dauriath était visible depuis certains endroits, mais pas depuis d'autres. L'une des théories pour expliquer cela était que le Nyidiath était un dôme ou une sphère. C'est la réaction stupide à cette idée qui avait provoqué les troubles, où l'ancienne université de Maître Eyquem avait été fermée et détruite, le contraignant à l'exil et à vivre de petits boulots.

C'était l'époque où les pouvoirs religieux étaient à l'apogée de leur puissance, et ils établirent leurs terribles tabous sur la science et l'astronomie, qui durèrent jusqu'à l'exode des Elfes vers le Dauriath, 800 ans plus tard. Cependant, ils ne purent interdire le culte de Shelenaë, qui est aussi la déesse de l'agriculture pour les Humains. Pour MakTar, ils décrétèrent qu'Il était un dieu rénégat, mais sans sans pouvoir vraiment L'interdire: Il était le protecteur de nombreux monastères. Et puis hé, casser les pieds à MakTar a souvent des conséquences déplaisantes.

 

Maître Rang était fier de son orrery, probablement le premier à représenter le Nyidiath comme une sphère, avec le Dauriath en forme de goutte, pointe en bas, touchant le Nyidiath. Le soleil était une sphère jaunâtre et brillante, tournant autour d'elle, comme c'était encore le cas dans le modèle géocentrique. Dans l'après-vie, il n'y avait pas besoin de moteurs ou d'engrenages, et encore moins de poutres et de supports. Néanmoins, Maître Rang avait créé plusieurs grands engrenages et un vaste anneau écliptique doré et bien décoré portant ce soleil. Les planètes Ishtar et Foggier étaient également visibles, fixées sur leurs épicycles. Bien sûr, à l'époque, personne n'avait la moindre idée de ce qu'étaient les planètes, et encore moins de leur forme, si bien qu'il leur avait donné l'apparence de petites statues de la déesse Ishtar et du dieu Foggier. Mais Maître Rang savait déjà que son école de pensée avait survécu clandestinement, et qu'ils préparaient la révolution héliocentrique. Mais pour l'instant, ils devaient garder le silence et le secret, faute de preuves: les télescopes n'étaient pas encore inventés.

Cet orrery était une œuvre d'art d'une grande beauté, avec ses grands anneaux d'or sculptés qui se décalaient silencieusement au-dessus de leurs têtes, sur un ciel bleu foncé qui occupait tout le plafond, parsemé d'étoiles lumineuses et scintillantes.

 

Puis Maître Rang les fit entrer dans ce qu'il appelait sa mine. Tout autour de sa pièce principale se trouvaient des alcôves et des recoins, avec des portes menant à des endroits mystérieux. L'une d'elles s'ouvrit et les téléporta au cœur de la montagne, dans un tunnel étroit et irrégulier, qui ressemblait beaucoup à une vraie mine. Il y avait là une variété étonnante de belles pierres précieuses et de minéraux aux couleurs vives.

«Prends-en une», dit Maître Rang à Neriel.

Il choisit un cristal rouge étoilé (ressemblant à du realgar, mais il n'avait aucune idée de ce qu'était le realgar), qui se détacha facilement de la paroi rocheuse. Il le contempla un moment, le tourna dans sa main et le montra à Naëreen.

«Maintenant, regarde où il était».

Il y avait maintenant une tache noire à l'endroit où se trouvait le cristal, laissant deviner le manque. Les deux se sentirent désolés.  «Tout ce que nous prenons dans une mine est perdu à jamais. Nous ne devons pas détruire la beauté intérieure de la Terre». Il fit un geste, et le cristal reprit sa place. «Mais dans le monde physique, cela ne peut pas arriver. Ce qui est pris cesse d'exister, et à chaque fois, le monde contient moins de beauté irremplaçable».

Ils retournèrent lentement dans la pièce principale, mais un pincement restait dans leur cœur, qu'ils ne purent oublier avant des heures.  Il expliqua à voix basse: «Ici, dans l'au-delà, les formes, les couleurs et les cristaux naissent des vibrations. D'une certaine manière, cette mine n'est pas un endroit où l'on extrait des minéraux, c'est une collection, une référence de vibrations, stockées sous forme de cristaux. J'en ai déjà plus de 100, et je continue à en ajouter de nouveaux. Il y a des cristaux beaucoup plus grands, profondément enfouis, protégés de tout accès indésirable. Et d'autres choses encore qui ne sont connues que de quelques-uns.

«Mon projet est d'utiliser les cristaux pour guérir l'âme de certains attachements erronés. La beauté des cristaux peut éveiller l'amour de sa vibration, de sorte que cette vibration s'incorpore dans notre conscience. Dans le monde matériel, cela peut encore aider. Mais les cristaux ne guérissent pas les maladies corporelles. Certains sont même des poisons, comme ce beau realgar rouge que tu as touché».

 

Naëreen demanda alors, de sa jolie voix joyeuse: «Comment se fait-il que Maman Shelenaë permette des choses aussi terribles que le dragon, au cœur même de son paradis?

-Haha, répondit Maître Rang. Ce n'est pas elle, c'est son mari MakTar, le guerrier. Ce sont deux personnes très différentes, opposées à bien des égards. Mais au lieu de s'opposer, ils forment une paire Yin-Yang complémentaire».

Face à l'incompréhension qui se lisait sur les visages, Maître Rang eut un sourire: «Il faudra revenir une autre fois pour comprendre.

-Mais, poursuit Naëreen, je ne comprends pas, s'il y a des choses comme le dragon dans notre paradis, cela veut dire que les bons peuvent avoir une vie infernale après la mort? Et que les méchants peuvent en avoir une bonne? Je croyais que le paradis ou l'enfer étaient les rétributions de nos bonnes et mauvaises actions?

Bon, asseyons-nous d'abord, répondit Maître Rang. Je vois que les religions humaines ont beaucoup embrouillé les choses. Bon, c'est aussi ce que je pensais, lorsque je vivais dans le Nyidiath, que Shelenaë et Foggier passaient leur temps à juger et à fouetter les méchants. Mais il n'existe rien de tel qu'un jugement: ce qui décide réellement de notre destination dans l'au-delà, c'est notre attirance, notre vibration intérieure. Et rien d'autre. Pensez par exemple aux bigots Humains. Certains prétendent être des adeptes de Shelenaë, tout comme nous. Au nom de Shelenaë, ils prétendent faire le bien, comme héberger des orphelins. Cela paraît bon, et tout le monde les félicite pour ça. Mais en réalité, ils gardent ces orphelins prisonniers dans des endroits gris et tristes où ils sont constamment grondés et punis, sans jamais recevoir d'amour et sans jamais rencontrer d'autres personnes. Que pensez-vous qu'il arrive à ces bigots, une fois qu'ils sont morts? Heureusement, Shelenaë est suffisamment occupée à sauver les bonnes personnes pour ne pas avoir de temps à consacrer aux mauvaises. Mais leur attirance pour la douleur et la honte les propulse automatiquement dans de jolis petits enfers soigneusement concoctés, avec des épices et des cornichons, où ils ressentent ce que ressentent les orphelins, cette terrible tristesse qui imprègne tout. Et ils gémissent, et ils crient et se tordent dans l'eau froide de prisons grises de leur seule imagination. Jusqu'à ce qu'ils... Jusqu'à ce qu'ils???

-Détruisent le paradigme! répondirent Naëreen et Neriel d'une seule voix.

-Ha ha bons élèves! s'esclaffa Maître Rang. En fait, lorsqu'ils abandonneront leur attraction pour le contrôle et la punition, lorsqu'ils cessent de s'accrocher à leurs certitudes et à leurs idéologies arrogantes. Ils réalisent alors qu'il n'y a pas d'eau froide et pas de prison grise, et qu'ils sont libres de découvrir des choses plus intéressantes. Mais cela peut prendre beaucoup de temps, si ils sont orgueilleux et têtus. L'humilité est finalement notre meilleure protection. Et souvent la seule.

-Mais... Mais... les gens sincèrement bons, qui ont fait du bien, peuvent-ils aller en enfer?

-Malheureusement oui, répondit lentement Maître Rang. S'ils sont attachés à de mauvais concepts ou à de mauvaises vibrations, ils le peuvent, et ils le feront. Cela peut arriver même s'ils n'ont rien fait de mal. La peur est l'une des choses les plus dangereuses: elle peut réifier précisément ce que vous craignez, et beaucoup se font avoir de cette façon. Et tu as un exemple frappant: ta peur du dragon aurait pu te piéger dans son feu pendant de nombreuses années, si cette création n'avait pas été sous mon contrôle total. Il peut être très dangereux d'errer sans guide dans l'au-delà.

«Bien sûr, poursuit Maître Rang, les personnes sincères et bonnes reçoivent beaucoup plus d'aide, mais cela peut quand même être douloureux pour elles. C'est la raison pour laquelle Shelenaë et MakTar ont créé ce paradis. Une fois que vous êtes ici, vous êtes en quelque sorte protégé contre vous-même. Et vous n'êtes pas autorisé à en sortir tant que vous n'avez pas acquis suffisamment de maîtrise. C'est un chemin plus lent mais plus sûr. Dans le monde physique, être un Elfe, c'est être sur une bonne vibration. Cela vous maintient à flot et vous empêche de faire le mal ou d'aller en enfer. C'est pourquoi le dicton populaire veut que Foggier envoie tous les elfes directement au paradis de Shelenaë, sans jugement. Mais en fin de compte, c'est chaque personne seule qui provoque sa propre orientation dans l'au-delà, d'après ses haines ou ses envies. Foggier n'est qu'une métaphore.

-Mais Shelenaë existe, Elle a eu une vie physique, et Elle nous apparaît parfois, répondit Naëreen avec véhémence.

-Oui, elle existe, répondit Maître Rang avec un petit sourire. Mais nous, les philosophes, nous avons une approche différente. Nous essayons d'enseigner la Voie à tous les vivants, y compris les perdus. Cela peut être très intéressant. Neriel, ancien Nimly, tu aimeras peut-être savoir ce qui s'est passé sur ton île, quelque temps après ton départ. Plusieurs de tes anciens bizuteurs sont devenus bons. (Note de l'auteur: ceci est raconté dans l'histoire de Nandalee.) C'est quelque chose que l'on ne peut pas faire avec la colère ou la haine. Devenir un Elfe comme tu l'as fait, Neriel, est certainement une aide fantastique, et une assurance de ne jamais retomber dans le mal. Mais pour les Humains qui n'ont pas cette chance, ils doivent se frayer un chemin, et toute aide est la bienvenue, où qu'ils en soient. Même un petit pas peut faire une grande différence, plus tard.

«Et j'ai l'intention de me réincarner plusieurs fois en tant qu'Humain, afin que mes semblables puissent mieux accepter ma contribution. Dans le monde humain, la science et la spiritualité authentique ne seront pas acceptées avant des siècles. Mais la flamme a été allumée, et elle doit continuer à briller, même dans le secret d'un ordre occulte. Des gardiens doivent la protéger. Si elle vacille, les Illuminés doivent se réincarner pour la rallumer. C'est à cela que je me prépare. En me réincarnant en humain, je prends un grand risque pour moi-même, car je ne serai pas protégé contre mes propres attachements humains.»

Maître Rang posa alors sa main sur le dossier d'une chaise, qui n'avait pas l'air différente des autres: «Enfin, pas vraiment sans protection. Ceci est la chaise de MakTar.

-Euh? firent Naëreen et Neriel.

-Haha, j'aime bien la tête que vous faites quand je dis ça. Il ne s'est jamais assis ici en vrai, mais il a eu d'autres moyens de valider mon travail. C'est pourquoi je prends également très au sérieux les récits des apparitions de Shelenaë. La raison d'être de cette chaise est que, dans le Nyidiath, l'alchimie et la philosophie ont demandé la protection de MakTar. Mais il est désormais dangereux d'avoir un autel visible pour MakTar, même si les prêtres dégénérés ne peuvent pas vraiment l'interdire. Au lieu de cela, nous plaçons une chaise ordinaire, parmi les autres. Nous disons que c'est Sa chaise, et nous évitons de nous asseoir dessus, comme si Il était réellement assis là. Personne d'autre ne sait de quelle chaise il s'agit, et l'on dit que si un visiteur non informé peut s'y asseoir, cela signifie qu'il n'est pas fiable, peut-être même que c'est un traître.»

Après cela, ils restèrent tous les trois silencieux un bon moment, appréciant simplement d'être ensemble, sirotant des boissons ou échangeant des vibrations sans parler, sous la rotation majestueuse de l'orrery, ou contemplant le lent mouvement hypnotique des lumières sur le mur. Que signifiaient-elles? Où menaient toutes les autres portes? Qu'était-ce que tous ces appareils abscons et ces fioles colorées dans les coins?  Ni Naëreen ni Neriel n'avaient l'intention de se réincarner, souhaitant simplement profiter de leur merveilleux paradis. Mais rencontrer quelqu'un comme Maître Shaun Rang n'était pas innocent: il a laissé une empreinte profonde dans leur cœur. Qui sait ce qui se passera dans les siècles à venir?

 

 

Naëreen et Neriel se sont réveillés le lendemain matin, enlacés dans leur lit, sans se souvenir d'un quelconque au revoir ou voyage de retour. Ils retrouvèrent avec joie leur joyeuse vibration de fleurs et d'oiseaux, sous un vitrail de feuillages vert-doré illuminés par le soleil. Ce qu'ils avaient vécu était si différent que cela a renforcé et amplifié leur propre vibration, par contraste. Il était également clair que ce style était leur choix, et non une norme imposée à tout le monde dans le paradis de Shelenaë. Mais leur horizon s'était considérablement élargi, vers un monde qui dépassait tout ce qu'ils avaient imaginé.

 

Fin... jusqu'à la prochaine histoire.

Lecture audio et musiques

A la demande de mes lecteurs dans les mondes virtuels, plusieurs de ces histoires sont en voix:

Musique de fond fortement recommandée: l'histoire de Naëreen dans le monde étrange de Maître Rang est fortement inspiré par Ancestral Stargate ou Talisman de Max Corbacho.

La musique joue un rôle important dans ces histoires: donner la vibration. Pour cette raison, je recommande d'écouter certaines en lisant, ou en écoutant l'audio. Parfois elles ont été la source d'inspiration. Toutefois, peu de musiciens permettent les oeuvres dérivées. J'indique alors volontiers comment écouter ces musiques, avec des liens.

 

Première histoire -- Prochaine histoire -- Toutes les histoires: en ordre chronologique -- par ordre de création

La génération de cette histoire (Spoiler alert!)

L'histoire de Naëreen et Nimly a d'abord été improvisée dans mon Cercle Bardique sur les terres d'Elf Circle, dans Second Life. Elle a ensuite été présentée lors de l'événement bardique «The Power of Love», en mars 2011, où elle a remporté le premier prix dans la catégorie des contes.  Plus tard, en mars 2013, d'autres éléments sur l'après-vie ont été ajoutés, pour l'événement Elysium (après-vie) dans Inworldz. J'ai également présenté un mandala en 3D sur le même thème.

Ces développements avec Maître Shaun Rang sont de nouvelles créations de janvier 2023, car je continue à faire un événement bardique hebdomadaire dans les mondes virtuels, grâce à un public renouvelé.

J'ai volontairement utilisé ici deux procédés littéraires visibles:

-L'utilisation de concepts issus des mondes virtuels pour décrire l'après-vie. Bien que la réalité sous-jacente et le fonctionnement soient totalement différents, les mondes virtuels sont aussi conçus pour s'adresser plus directement à la pensée que les outils matériels. D'où leur pertinence pour décrire l'après-vie. En outre, en 2023, les mondes virtuels sont devenus l'un des principaux moyens d'expression des artistes.

-L'utilisation de clichés issus des jeux vidéo (dragon, mine, magicien, etc.) ou du Nouvel Age (cristaux, licorne...). Mais je donne à ces éléments un sens spirituel beaucoup plus profond que les conflits sans but des jeux vidéo.

J'utilise des voix synthétiques. Pour cette histoire, Maître Shaun Rang est très bien servi par la fantastique voix «Peter» de Natural Reader.

Copyright Yichard Muni 2011-2023.

 

 

 

 

Scénario, dessins, couleurs, réalisation: Richard Trigaux (Sauf indication contraire).

Comme tous les auteurs indépendants, j'ai besoin de votre soutient pour que je puisse continuer à travailler à ce site et que puisse exister une expression libre sur le net:

Notice légale et copyright.

Modified in 2024

1) Sauf indication contraire, tous les textes, dessins, personnages, noms, animations, sons, mélodies, programmations, curseurs, symboles de ce site sont copyright de leur auteur et propriétaire, Richard Trigaux. Merci de ne pas en faire d'usage commercial, ni à de mauvaises fins.

2) Vous pouvez utiliser les expressions marquées d'un signe copyright ©, à conditions toutefois 2-1) d'indiquer que l'auteur est Richard Trigaux, 2-2) de faire un lien vers la définition, et 2-3) de ne pas en déformer le sens.

3) Si ce site disparaissait, vous serez alors libre d'en faire un miroir, de tout ou partie, aux conditions de: 3-1) indiquer Que Richard Trigaux est l'auteur, 3-2) seuls les ayant-droit peuvent faire les bénéfices garantis par la loi, mais je leur interdit de s'opposer à la publication 3-3) ne pas déformer ou dénigrer mon propos. Ce point vaut aussi pour les médias, Intelligences artificielles et systèmes de crowd-sourcing.

CopyrightDepot.com cliquer pour verifier

00035455

Official Seal of CopyrightDepot.com