Pour le Bonheur de tous les Etres -- L'auteur -- Motivation -- Forums -- Soutenir ce site

Spiritualité:  En ce 21eme siècle spirituel (forum1) -- Une présentation du Bouddhisme 3D

Université Shédrupling 3D : Epistémologie Générale ( news1 ) -- L'Abduction ( news1 ) -- La Vraie Economie ( publi1 ) -- Lumière de Trappist ( publi2 )

Ressources pour un Monde Meilleur: écologie, bonheur, vie, art, esprit, livres, musiques, films...

Livres et Romans: Le monde merveilleux des Eolis -- De la science fiction actuelle: Dumria 3D, Araukan, Typheren, Ken -- Tolkien: Rêve Elfique -- Les Elfes du Dauriath -- Un gros projet 3D -- Manifeste des mondes virtuels -- Vivons notre idéal dans les mondes virtuels 3D! -- Elf Dream, l'idéal elfique

Réagir: L'heure d'été (forum1) -- Droits de l'enfant violés en France -- Tabac et alcool sont des drogues -- Internet et liberté -- Logiciels buggués -- Epidémies nouvelles et hygiène de base -- Racisme et sexisme à rebours -- Une bonne constitution pour l'Europe? -- Devoir de mémoire -- Génération plombée? -- Commen devenir végé!

English English English        Réduire la page          page couleurs pastel  

Comment devenir végétarien, végétalien ou végan

Par Richard Trigaux, 24 Décembre 2021

Sommaire

Introduction --- Définitions --- Pourquoi devenir végé?

La transition végé --- La diététique --- Les enfants

Même si vous êtes encore mince, vous devez lire cette partie sur l'obésité

Phobies, Intolérances, allergies: le vrai, le faux et le truand

Recettes délectatoires, originales ou adaptées

Ecrire à l'auteur

Soutenir ce site

 

Cette page répond à plusieurs besoins urgents:

1) la transition écologique, qui demande de réduire fortement la viande, et la nouvelle donne éthique, qui demande de l'arrêter totalement,

2) le besoin d'information objective sur l'alimentation, les régimes, le végétarisme, le bio, etc. Il y a en particulier des progrès scientifiques récents en diététique, que tout le monde doit donc connaître,

3) proposer des méthodes de transition sans risque, éprouvées et accessibles à tous.

Elle n'est pas basée sur des modes ni des dogmes, mais sur la science, placée dans le contexte social et spirituel approprié.

 

Introduction

(Permalien) Vu l'évolution rapide de la société actuelle, et la prise de conscience du bien fondé des pratiques végétariennes, végétaliennes ou végan, Il devient nécessaire de rassembler les connaissances sur le sujet, afin:

- Que les candidats végés puissent accomplir leur transition avec succès, en évitant des problèmes (qui arriveraient si le régime n'était pas conduit correctement). Il faut également considérer les aspects économiques et psychologiques d'une transition personnelle ou sociale de cette ampleur.

- De Combattre les préjugés ignorants et le racisme anti-végé.

- En particulier, la diététique n'est pas une sorte d'astrologie où chacun pourrait créer «son système» ou faire «son choix». La diététique est une science, et ignorer ses règles peut se traduire par des années d'espérance de vie perdues. Cette page est basée sur les connaissances scientifiques exactes, mises à jour des dernières découvertes en 2021 (et mises à jour depuis).

- La diététique n'est pas non plus un «sujet de débat» ni une affaire de «choix personnel». 21 milliards de repas chaque jour ont de fortes implications que personne ne peut ignorer, sur la société, l'économie, l'écologie, le climat, l'éthique, la spiritualité. Cette page répond clairement à ces questions, au lieu de limiter le débat aux problèmes digestifs de quelques penseurs sans buts.

 

Il existe une version antérieure de cette page, datant d'environ 2005, qui avait sérieusement besoin d'une mise à jour. Je l'ai laissée en place, avec un lien pour cette version.

 

 

 

 

Définitions

(Permalien)

Végé: Dans cette page j'utilise l'abréviation «végé», qui renvoie à n'importe lequel des trois suivantes, afin que personne ne se sente exclu:

Un végétarien est une personne qui ne mange pas de viande, poisson, charcuterie, insectes, etc.

Un végétalien est une personne qui ne mange pas non plus de sous-produits animaux: beurre, produits laitiers, œufs, etc.

Un végan est une personne qui n'utilise pas non plus de sous-produits animaux dans la nourriture, l'habillement, la construction, la médecine, etc. Donc pas de cuir, fourrure, laine, plume, suif, huile de baleine, vivisection, etc. (Il existe diverses interprétations sur le miel et quelques autres produits)

Un antispéciste considère les animaux comme des êtres conscients avec une sensibilité et des droits. Il est donc souvent végan, afin de s'opposer à l'exploitation et à la mise à mort des animaux. Mais il s'oppose aussi aux jeux sadiques arriérés comme la chasse, les corridas, les brutalités, l'enfermement, les sélections génétiques délétères, la vivisection, etc. Certains sont des militants actifs, mais tous sont plus ou moins cibles de répression.

La Transition est le processus qui permet de s'affranchir des habitudes liées à la viande, pour devenir végétarien, végétalien, etc. Il y a des aspects diététiques, mais aussi psychologiques, spirituels ou sociaux, qui seront traités plus loin.

La nourriture biologique évite diverses pollutions des aliments, tant au niveau agricole que au niveau de la transformation.

L'agriculture régénérative vise à conserver la fertilité naturelle des sols, tout en minimisant la dépendance de l'agriculture à l'industrie.

Ecoresponsable et durable ne sont pas des étiquettes électorales, mais des pratiques visant à minimiser les effets de nos activités sur l'écologie du lieu ou de la planète.

Socialement responsable et commerce équitable sont des méthodes visant à limiter l'exploitation des travailleurs ou les effets délétères de certaines pratiques économiques sur la société.

Le régime climatarien veille à l'impact climatique minimum de notre nourriture: choix des cultures, transports, etc. Par exemple le soja est dans les meilleurs, et la viande le pire.

Beaucoup de religions ou de pratiques spirituelles incluent des pratiques végé: certains Chrétiens, certains Juifs, les Rastafaris (régime ital), l'Hindouisme, la plupart des traditions Bouddhistes, etc.

Certains pays comme l'Inde et l'extrême orient sont à majorité végétariens. Le véganisme et l'antispécisme y sont aussi des traditions anciennes et bien ancrées.

 

 

 

 

Pourquoi devenir végé?

(Permalien) Diverses pratiques végés existent, pour certaines depuis des millénaires, et se sont développées dans des cadres variés. On doit toutefois leur rapide expansion actuelle à des connaissances scientifiques nouvelles, et des enjeux sociaux, écologiques ou spirituels récents.

La non-violence

(Permalien) Ceci est la motivation la plus ancienne et la plus courante: ne pas nuire aux animaux. Elle est préconisée par la plupart des religions d'Asie, et par certains Chrétiens ou Juifs. Aux 20eme et 21eme siècles, cette motivation est reprise par beaucoup de mouvements sociaux, écologistes ou humanistes, visant à la non-violence ou à une meilleure société. La plupart de ces activités se déroulent en silence dans la vie quotidienne, mais il existe un activisme végan et anti-spécisme récent. Toutefois la plupart des médias et politiciens sont encore en marge de ces importantes transformations sociétales.

La science, la santé

(Permalien) Que les végétariens soient en meilleure santé est connu depuis des siècles. Toutefois l'époque moderne en a apporté des démonstrations scientifiques, montrant que les préjugés anti-végés sont complètement faux.

⚗️ The China study, le site et le livre

⚗️ The adventist studies

Pour les végétaliens, en toute rigueur on n'a pas encore d'enquêtes scientifiques, mais on peut valablement extrapoler ces résultats. On verra plus loin que être végétalien est possible, mais requiers davantage d'attention, et des ressources alimentaires spécifiques.

⚗️ Les camps de concentration pour animaux sont les principales sources de recombinaisons de virus, d'épidémies dangereuses, et de résistance aux antibiotiques.

⚗️ Les habitués du bio ont 25% de cancers en moins. (Etude par Julia Baudry, Karen E. Assmann, et MathildeTouvier. JAMA Intern Med. Published online October 22, 2018. doi:10.1001/jamainternmed.2018.4357)

Le cancer

(Permalien) Une étude récente montre moins de cancer colorectal si on s'abstient de viande rouge, et moins de cancer de la prostate si on mange complet avec des légumes. Ces bénefices ne valent toutefois pas chez les végés qui consomment de la malbouffe.

Ajouté en Mai 2022: Une autre étude de Medical Xpress montre une réduction des cancers si on ne mange pas de produits laitiers. Et davantage de cancers de la prostate si on en consomme.

L'économie

(Permalien) La production de viande s'interpose dans les circuits économiques, entre le sol agricole et notre assiette. Elle demande donc un travail supplémentaire non productif, et souvent déplaisant (dans la violence, les excréments…). Elle représente de plus un énorme gaspillage, puisque le rendement de transformation de protéines végétales en protéines animales n'est que de l'ordre de 20%. Ainsi, abandonner ces pratiques va dans le sens des conceptions sociales et économiques modernes, où l'on réduit le temps de travail, surtout du travail non créatif et non épanouissant.

Pour les fermes à viande, la bonne chose à faire est de les convertir en nourriture saine, et en culture énergétiques. Les subventions doivent aller à ces reconversions, au lieu de maintenir des archaïsmes dangereux.

La faim dans le monde

(Permalien) A lire, un article dans Science Alert expliquant comment la viande et la malbouffe sont finalement la SEULE cause de la faim dans le monde.

La société

(Permalien) La suppression de l'exemple moral pervers du «mal nécessaire» ou du «mal acceptable» de la viande, contribue à pacifier la société: violence, délinquance, guerres, ne peuvent plus se justifier par le mauvais exemple moral du traitement des animaux.

Des circuits économiques plus simples, plus courts et plus locaux favorisent l'appropriation de l'économie par les citoyens.

L'écologie

(Permalien) Aujourd'hui l'agriculture exerce une énorme pression sur les milieux naturels, en accaparant la plupart des surfaces (Étude sur Phys.org). Le bien meilleur rendement d'une agriculture entièrement végétale permettrait de restituer des lieux à la vie sauvage, à la biodiversité. A condition bien sûr de réguler notre population, sinon cet avantage sera vite annulé.

Certaines terres se prêtent à l'exploitation animale mais pas à l'agriculture végétale. Ce sont donc ces terres qui sont à rendre à la nature en priorité. Un processus déjà entamé dans les régions montagneuses.

Le climat

(Permalien) On s'est récemment aperçu que la viande, et le supplément d'agriculture qu'elle demande, contribue substantiellement aux émissions de gaz à effet de serre, à la déforestation, à la pollution des sources, des rivières et des océans. Dans le cadre de l'actuelle grave crise climatique, il est donc urgent de réduire grandement la viande.

La spiritualité

(Permalien) Ne plus se nourrir de la mort de nos frères animaux nous fait entrer dans un monde de paix et de communion avec la vie et avec l'univers. Nous cessons de créer de la souffrance pour les autres et pour nous-mêmes.

Attention aux mauvaises motivations

(Permalien) Faire une bonne chose avec une mauvaise motivation peut être pire que de ne pas la faire du tout:

- Rejeter la science, c'est rejeter la vérité… inutile alors de prétendre la détenir.

Et en plus c'est très dangereux.

- Attitudes égotiques et motivations égocentrées annulent les motivations non-violentes ou sociales.

- Se sentir supérieur, appartenir à un clan, etc. est du sectarisme. Cela nuit au mouvement, en en donnant une mauvaise image.

- Brimer ou rejeter les non-végés qui ne nous ont rien fait est une attitude extrêmement dangereuse: c'est comme ça que le Christianisme a viré à l'inquisition, le communisme aux goulags, etc. Au contraire se montrer sympa avec eux est la meilleure façon de répandre le mouvement.

- Rejeter la société (sectarisme). C'est au contraire en l'acceptant que nos idées la pénètrent. De plus il existe une importante non-dualité innovation☯stabilité, entre les innovateurs (comme les végés) et la société traditionnelle. La comprendre permet d'être infiniment plus efficace que les oppositions génératrices de ressentiment. (L'inverse est aussi vrai: à la vitesse où la société évolue maintenant, les gesticulations spécistes ou anti-végé donnent juste l'air idiot à leurs auteurs.)

Il faut être très vigilant, car à tout moment ces fausses motivations peuvent apparaître dans notre propre esprit. Si cela arrive, il est urgent de faire le point, parfois même un entraînement spirituel.

 

 

 

 

La transition végé

(Permalien) La transition est l'ensemble des changements d'habitude nécessaire pour qualifier comme végétarien, végétalien ou végan. On peut considérer qu'elle commence quand on se met à changer de nourriture, et qu'elle est terminée et réussie quand les anciens goûts sont suffisamment atténués pour être maîtrisés sans effort, et que notre décision soit devenue un engagement inébranlable.

Il existe de nombreux préjugés sur la transition végé: que ce serait compliqué, dangereux, qu'il faudrait un temps d'adaptation, résister aux tentations, etc. En fait il existe des méthodes simples pour effectuer cette transition avec de bonnes chances de succès, sans volonté spéciale et sans efforts douloureux.

 

Ces outils sont:

Se défaire de tout préjugé sur la nourriture.

(Permalien) La diététique est une science, pas un jeu de rôle où chacun peut inventer ses règles. Elle ne s'étudie pas sur wikipedia, ni sur aucun autre site amateur. Même les magasins bios véhiculent bien trop de préjugés, qu'il faut donc dissiper ici.

- Les régimes inventés, comme Dukan, Atkins, paléo, instincto, keto, groupe sanguin, reposent sur des données fausses. Ils sont souvent déséquilibrés, voire dangereux. Certains sont même pires que la viande. A oublier.

- Le soja n'a aucune toxicité ni effet négatif. Il peut se cultiver en beaucoup d'endroits, et le soja utilisé en bio est garanti écoresponsable, généralement local. Seul le soja utilisé massivement pour la viande est issu de déforestation en Amazonie.

- Le gluten était la nourriture des légionnaires romains et des bâtisseurs de pyramides. Présenter un nutriment aussi basique comme dangereux a été une arnaque géniale, qui a permis de capter une clientèle de bobos naïfs et ignorants.

- L'huile de palme n'est pas toxique. Seul l'excès est dangereux (maladies cardiovasculaires). Ce qui est vite arrivé, vu qu'il y en a des quantités invraisemblables dans les pâtisseries.

- La laine de verre n'est pas de l'amiante. Les versions industrielles récentes pourraient même mériter le label bio.

- Prétendre que le chènevis ne brûle pas est un mensonge.

- Les huiles de cannabis CBD, sel du Tibet, bave de crapaud de l'Himalaya, etc. n'ont aucune propriété diététique ou médicale.

Étudier les bases de diététique.

(Permalien) La vraie diététique n'est pas si compliquée. C'est, en gros, une liste de nutriments nécessaires, et leurs juste proportions (équilibre). J'y consacre une division de cette page.

Préparer la transition

(Permalien) Commencez par repérer les lieux: magasins bio, leurs horaires, rayons bio des supermarché, parfois des petites épiceries sympas, des magasins en ligne, où vous pourrez vous procurer huiles bio, seitan et autres. L'Azinc et la B12 peuvent se trouver dans n'importe quelle pharmacie, si besoin sur commande, voire sur amazon.

Faites également le tour de votre garde-manger et de vos habitudes. Voyez tout ce qui a besoin d'être changé, et comment. Vous pouvez avoir besoin de quelques nouveaux ustensiles, mais rien de cher ni d'introuvable.

Commencez à vous approvisionner en produits bios, équitables, etc. Prenez-en l'habitude, pensez-y. Au besoin prenez des notes.

Prenez contact avec des groupes végés, dans le monde physique, ou sur Internet.

Le principe de la transition:
penser, ressentir et agir comme si elle avait déjà abouti.

(Permalien) Le jour où vous vous décidez, au lieu d'acheter de la viande, du fromage, etc. vous achetez directement des aliments riches en protéines, tels que disponibles au rayon soja des magasins bio: tofu sous différentes formes (galettes, tablettes, saucisses…) aromatisés de différentes façons, faux saucisson au seitan, nems végans, falafels, etc. (on en trouve aussi un peu au supermarché) Vous prenez donc un premier repas végan, totalement sans viande. Vous pouvez aussi remplacer le beurre par du beurre végétal, de préférence oméga (au supermarché).

Au début n'achetez pas en quantité, seulement pour goûter. En effet les goûts sont très variés et chacun fera son choix.

Le point intéressant à ce moment est de méditer sur vos sensations: visualisez que vous vous sentez bien nourri, plus pur, plus propre, plus juste. Cela contribue à ce que votre organisme accepte mieux le changement.

A ce moment, vous risquez encore de céder aux tentations, pressions sociales, etc. Si cela arrive, n'en faites pas une histoire de culpabilisation ou d'échec. Pensez à un petit enfant qui apprend à marcher: il ne va pas renoncer à la première chute! De même, vous n'abandonnerez pas VOTRE décision par la faute de «copains» minables et hostiles: Dès que vous reprenez le dessus, recommencez en végé.

Bien sûr dès le début il faut aussi vous nourrir de manière diététique, avec une diète complète et équilibrée, de manière à satisfaire tous vos besoins de la nouvelle manière végé, sans manques. Faute de quoi vous resterez affamé ou frustré.

Mais surtout, il n'y a en fait pas de «transition progressive». C'est inutile, et contre-productif. Il vous faut, dès le premier jour, prendre des repas végés entièrement complets et équilibrés. Bien sûr il peut arriver que vous rechutiez, mais revenez à votre résolution dès que vous le pouvez.

Vous constaterez alors plus ou moins rapidement le résultat suivant:

La viande vous paraîtra lourde, laissant une vibration sale dans votre corps. Et vous aurez faim de nourritures végétales, plus propres, plus saines, plus agréables, que votre corps lui-même vous demandera! Cela peut prendre plus ou moins de temps (de quelques semaines à quelques années, je pense), mais à partir de ce moment, vous serez libre de prendre une décision irrévocable, sans plus de risque de céder aux tentations.

Vous aurez éradiqué le désir de viande lui-même, grâce au simple fonctionnement naturel de votre corps.

Vous avez accompli votre transition sans effort ni sacrifice!!

Comment ça marche?

Simple: le corps ne réclame pas seulement de la quantité, mais aussi de la qualité. Et il repérera très vite ces aliments végés plus sains. A partir de ce moment, la faim et le désir se déplaceront spontanément sur les aliments végés, et la viande apparaîtra dégoûtante! Seule une idéologie bien indurée peut bloquer ce processus, quand elle produit un rejet des aliments végés.

L'aspect social

(Permalien) L'attitude sociale juste est une non dualité entre:

☯garder un contact social normal avec votre entourage

☯vous protéger des personnes hostiles ou manipulatrices.

Ce point est important, car se retrancher de la société, se couper de ses amis ou de sa famille, simplement parce qu'ils ne sont pas végés, peut être considéré comme une attitude sectaire. Et ça l'est d'autant plus que justement nous sommes dans une période où la société s'ouvre à ce genre de choses. Elle a donc besoin de témoins!! De témoins au sens fort, montrant qu'une meilleure vie est possible.

Sont également préjudiciables l'arrogance, rabaisser les autres, les faire culpabiliser, etc. Ces attitudes ne sont pas du tout ce que je préconise ici. Bien au contraire, en gardant le contact, vous contribuez à la construction d'une société meilleure, ou à l'évolution des personnes concernées. Et cette démarche paie: nous sommes passés en quelques années d'une société hostile au bio, à l'écologie, à la spiritualité, à une société ouverte à ces choses. Mais il y a encore du travail, et il y a besoin de votre contribution.

L'enthousiasme du débutant incite souvent au prosélytisme, ou à tout ramener à votre engagement. C'est normal, mais pensez que cette attitude peut devenir rapidement désagréable pour les autres. Ne les prenez donc pas au piège, sans moyen de s'échapper. Les grandes idées ou religions qui ont gagné au fil des siècles sont celles qui justement s'interdisaient tout prosélytisme.

Au contraire faites de votre engagement, ou de vos repas, un moment joyeux et social. Il est par exemple parfaitement possible d'aller dans une cafétéria (au moins certaines) avec de la famille ou des amis, et de sélectionner des aliments végés. Cela laisse chacun libre de son choix. (Et face à ses responsabilités)

Nous sommes plus forts ensemble

(Permalien) Si nous sommes entouré uniquement de personnes indifférentes ou hostiles, cela est dangereux pour notre santé mentale, en plus d'éroder lentement nos résolutions. C'est pourquoi il est important de rencontrer régulièrement des personnes normales ou amicales. Vous pouvez commencer par les réseaux sociaux, les magasins bio, les centres spirituels, les foires, les marchés bio, etc.

Il existe aussi des groupes facebook et des mondes virtuels. Vous pouvez vous en tenir à des relations en ligne, ou chercher à faire des rencontres physiques. Par exemple, une nouveauté est Vegpal, une app de dating végan sur téléphone portable.

Il faut cependant être conscient de plusieurs choses:

- Tout mouvement «critiquant» la société sert de vivier aux sectes, idéologues et barjots de tout poil. Evitez strictement les conspirationnistes, les fake news, le négationnisme anti-covid, les anti-gluten, l'énergie libre, l'anti-Linky, l'électrosensibilité, etc. Ils peuvent paraître sympathiques, mais ils s'avèrent souvent des bigots très pénibles à vivre. Opposez-leur la science.

- Les marxistes et les dualistes font régulièrement de l'entrisme dans tous les mouvements sociaux. C'est la cause principale du «véganisme militant» désagréable et illégal. A fuir, car c'est vous qui irez en prison, pas eux. Opposez-leur la spiritualité.

Se justifier

(Permalien) Souvent on vous demandera de justifier votre attitude. La bonne façon de répondre varie selon les milieux ou les pays. La principale règle est de répondre aux demandes d'information sincères, mais sans jamais laisser la conversation tourner à la polémique. Il faut savoir détecter ce moment, et mettre fin à la discussion, même si il en coûte notre fierté. Un bon moyen de moucher les polémiqueurs est de dire que vous n'êtes pas sectaire, ou que vous ne faites pas de prosélytisme.

- Dans un groupe, évitez les discussions. Donnez une réponse brève aux questions, et changez de sujet. En effet, si vous entamez une discussion avec des personnes assemblées au hasard, l'égo le plus arrogant du groupe la polarisera automatiquement, au mépris des autres personnes présentes. La discussion devient alors un «débat télévisé» dont aucune conclusion utile ne peut émerger. En plus de braquer les gens, cela peut avoir des conséquences négatives, par exemple au travail.

- Un cas spécialement dangereux est si il y a un «pro»-végé intolérant ou sectaire: distanciez-vous clairement de ces attitudes, aux yeux du groupe (sans toutefois renier votre propre engagement)

- En Occident matérialiste, une «réponse brève» évoquera la diététique, la science, la santé, la non-violence. En Asie, Chine comprise, il suffira généralement d'évoquer la religion pour faire cesser les questions intrusives.

-En tête à tête, ou dans une situation où vous contrôlez la discussion (conférence), on peut répondre de manière plus détaillée, à l'aide des arguments évoqués dans cette page.

-Toutefois il faut cesser la discussion dès qu'un égo tente de l'accaparer, bloquer ou détourner. En plus d'être une énorme perte d'énergie, nous avons mieux à faire que d'essayer de convaincre des égos ou des gens hostiles. En effet, les gens qui combattent le végétarisme sont au choix des sociopathes, des idéologues, des voleurs d'énergie, au mieux des égos qui cherchent à se faire remarquer en pédalant à l'envers des autres. Dans aucun cas vous n'avez de chances de les convaincre.

Dans un couple (ou tout autre groupe)

(Permalien) Une relation de couple fonctionne par échange d'énergie, principalement la reconnaissance sociale. Tant que les personnes se comportent normalement, cet échange peut se faire sans entrave. Et il se fait spontanément, sans que l'on ait spécialement à y faire attention. Mais si l'un des partenaires commence à faire des idioties qui gênent ou nuisent à l'autre, l'échange s'arrête, et le couple est en danger.

Dans la société actuelle en rapide évolution, avec l'information qui circule librement sur Internet, les gens peuvent avoir toutes sortes de prises de conscience, sur l'alimentation, l'écologie, la spiritualité, la société, etc. Dans un couple, ces informations et prises de conscience peuvent facilement être partagées, et elles doivent l'être. Mais si l'un des partenaires refuse le changement, ou agit de manière hostile, alors il bloque l'énergie, et il menace le couple.

Le partenaire qui avance peut aussi commettre des fautes comme l'arrogance, le sectarisme, et d'autres mauvaises motivations. Dans ce cas, c'est ce partenaire qui bloque l'énergie.

Dans un couple avec des enfants.

(Permalien) Il est primordial de parler d'une seule voix aux enfants. Si l'un des partenaires contredit ou méprise l'autre, il peut gravement endommager la confiance ou le sens éthique des enfants. Cela fait que, face à un partenaire hostile, il faut quand même préserver une apparence de consensus et de bonne humeur. Mais cette situation place clairement les enfants en situation d'otages, ce qui peut retarder la transition végé.

Si le problème commence à devenir visible pour les enfants, il faut leur dire ce qui se passe exactement, avec des mots adaptés à leur compréhension.

Mais surtout, il ne faut jamais cesser d'envoyer de l'énergie aux enfants. Si les choses empirent, ils finiront par être avec le parent qui leur donne de l'énergie.

Les travailleurs sociaux aujourd'hui acceptent davantage la pratique végé, mais ils peuvent encore être misandres ou hostiles à la spiritualité. Ainsi, dans le cas d'une enquête sociale, nous parlerons de science et de diététique, plutôt que d'éthique et de vibrations.

Avec les enfants

(Permalien) Il est tout à fait légitime d'élever des enfants végés. Le seul problème est qu'ils seront confrontés à l'hostilité et aux attaques. Le mieux est de leur expliquer la situation: bien que la société devienne végétarienne, il y a toujours des gens qui ne le sont pas, et qui sont même hostiles. De sorte qu'il est préférable de ne pas répondre à ces gens, ou juste que vous êtes heureux et en bonne santé.

Les enfants comprennent cela assez vite. C'est comme leur expliquer que le Père Noël n'existe pas, mais que certaines personnes y croient encore.

 

 

 

 

La diététique

(Permalien)

Science et préjugés

(Permalien) La diététique n'est pas un scénario de jeu de rôles, où chacun pourrait s'amener et inventer «sa» diététique, décrétant ad libitum des listes d'aliments interdits ou obligatoires, en fonction de ses préjugés. Ces régimes fantaisistes ne sont que des business lucratifs, avec leurs fausses promesses mirifiques et pour certains des dangers réels.

En réalité, la diététique est une science, et donc ses principes ne dépendent ni de goûts personnels ni d'intérêts commerciaux. Et c'est justement la connaissance de la diététique scientifique qui permet d'adapter notre alimentation à nos choix de vie, comme d'être végé. En effet, tous les nutriments indispensables peuvent être apportés de différentes sources, et la quasi-totalité des nutriments d'origine animale ont des équivalents végétaux.

Une des meilleures sources scientifiques en diététique: L' American Dietetic Association (professionnels de la diététique aux USA, référence mondiale)

Cette présentation se veut aussi simple que possible. Mais plus simple, tu meurs… litérallement.

Listes de nutriments, ainsi que l'équilibres entre nutriments

(Permalien) On entend souvent des jugements tels que «l'huile de palme est mauvaise pour la santé» ou «il faut éliminer les hydrates de carbone». Ces jugements contiennent une erreur: ces aliments ne sont pas dangereux, mais c'est leur excès qui l'est. La diététique comprend donc deux volets:

- La liste des nutriments nécessaires

- Comment les harmoniser ou équilibrer, c'est à dire apporter les quantités nécessaires de chaque, sans excès de l'un ou de l'autre.

Les protéines

(Permalien) Les protéines, aussi appelées matières azotées, sont les matériaux de construction du corps. Elles sont présentes dans presque tous les aliments. Toutefois elles sont souvent dispersées, ce qui nécessite deux précautions:

1) éliminer les aliments raffinés (farine blanche, pain blanc, pâtisseries blanches, pâtes blanches, etc) et les remplacer par des aliments complets, pain complet (farine complète ou T110), pâtes complètes, pâtisseries complètes, etc. Tous les aliments non marqués complet ou T110 sont à éliminer.

2) Avoir des aliments riches en protéines dans les repas: soja, tofu, seitan, pois, quinoa, etc. On trouve depuis quelques années des rayons dédiés à ces aliments, dans les magasins bios. Il en existe de toutes sortes de saveurs, et ils prennent naturellement la place de la viande, lors des repas.

Manger trop de protéines, par exemple beaucoup de viande, mène à des maladies comme la goutte, et d'autres.

Le vrai et le faux sur les aliments complets
(pain, pâtisseries, pâtes, couscous, mueslis, céréales, etc.)

(Permalien) Ajouté en Février 2022: Il y a tellement de mensonges et d'omissions graves sur le pain et les céréales, qu'il est difficile de mesurer à quel point nous en avons été dépossédés. Pour dissiper ces mensonges (dont la page wikipedia 2021 sur la farine est un bon exemple), il faut commencer par connaître la structure de base des grains de blé, de riz, d'orge, d'avoine, de seigle, etc:

 

Structure simplifiée d'un grain de céréale

 

1) L'envelope, ou coque, qui est la paille recouvrant le grain. Elle n'a aucune valeur nutritive. Dans la plupart des cas, elle irrite les intestins, d'où la coutume millénaire de tamiser (bluter) cette paille pour l'éliminer de la farine. Elle est toujours retirée des grains de riz, mais elle est suffisamment molle pour être conservée dans le maïs.

2) Une assise protéique, qui apporte beaucoup de valeur nutritive avec des protéines variées, des oligo-éléments et des vitamines. C'est cette couche qui donne sa couleur au pain complet.

Mieux vaut ne pas utiliser le mot «son», car il confond ou intervertit souvent la coque et la couche protéique. On retrouve cette confusion même dans les magasins «de santé»!!!

3) L'amande, composée d'amidon blanc (glucides) et d'une protéine spécifique, appelée gluten dans le cas du blé. C'est ce gluten élastique qui permet de faire du pain, supportant la formation de bulles lors de la fermentation de la pâte.

4) Le germe, qui contient des vitamines, des enzymes et des huiles, augmentant fortement la valeur nutritive des aliments complets.

Avec ces éléments, le meunier peut fabriquer:

- De la farine blanche, dite T50 (environ). Elle ne contient que l'amande, et est donc de faible valeur nutritive, avec le pire effet sur le poids (surtout dans les pâtisseries grasses).

- De la farine bise dite T80. Elle contient l'amande et une partie de la couche protéique.

- La farine complète T110. Elle contient l'amande, la couche protéique et le germe. Elle a la valeur nutritive la plus élevée, avec le moindre l'effet sur le poids.

- La farine intégrale T150 contient le grain entier, y compris la coque. Elle est également très nutritive, mais pour de nombreuses céréales, il existe une intolérance courante, car la paille de la coque irrite les intestins. Il est donc important de connaître la différence entre complet et intégral, sinon les gens croient qu'ils sont intolérants au pain complet ou aux céréales.

Méfiez-vous de tout boulanger qui «ne connaît pas» ces termes!!! En France ils ont valeur légale, et l'indice T est mesurable.

Le riz blanc s'obtient par polissage du riz complet, ce qui l'appauvrit considérablement.

 

Le mensonge le plus courant est que la farine blanche ou le pain blanc seraient meilleurs, car ils sont blancs (virginaux??? A ce point de déconnexion avec la réalité, on se demande). La vraie raison du pain blanc est tout autre: les moulins à cylindres peuvent séparer les quatre parties du grain. Cela permet de les vendre séparément, afin de faire... de la viande! et même... des compléments vitaminés! C'est ainsi que l'on rend la viande «indispensable», en enlevant la valeur nutritive du pain!!! Cette fraude crée des circuits économiques parasites, qui rapportent de l'argent à leurs propriétaires, mais qui sont fortement préjudiciables à la société, à la santé, aux animaux et à l'écologie.

Au contraire, les moulins traditionnels utilisent des meules de pierre, ce qui permet d'obtenir une véritable farine complète, avec la couche protéique, le germe et l'amande, tout en éliminant efficacement la coque. C'était la nourriture des bâtisseurs de pyramides et des légions romaines.

Un autre mensonge courant est que l'on peut faire de la farine complète en ajoutant «du son» à de la farine blanche. C'est une fraude, et dans certains pays illégal. Au contraire, on fait de la farine complète en n'enlevant rien.

On trouve aussi souvent des grains entiers écrasés dans les mueslis, les «céréales», les barres, etc. D'où une possible intolérance à ces derniers, en raison de la présence de la coque. C'est pourquoi il faut privilégier les mueslis et les porridges à base d'avoine, ou de grains décortiqués.

 

Ce qu'il faut faire pour se convertir au bio ou au végé, c'est de passer au pain complet, immédiatement et totalement, ainsi qu'aux farines, pâtes, couscous, mueslis, etc. complets. C'est une partie importante de la transition: commencer par des aliments complets contribue à atténuer la faim de viande.

Les acides aminés

(Permalien) Ce sont les 21 molécules de base qui forment toutes les protéines. Il en existe neuf dits essentiels, c'est à dire que notre corps ne peut pas les fabriquer à partir des autres. Chaque aliment ayant une composition en acide aminés différente, les scientifiques ont simplifié en introduisant un coefficient d'assimilation: le pourcentage d'un aliment donné qui sera effectivement assimilé, grâce aux acides aminés essentiels qu'il contient. Le plus haut est la viande, avec 90%. Mais les végétaux ne sont pas loin, avec 80%. On peut même combiner une céréale et une légumineuse à chaque repas, pour atteindre 90%.

Ainsi, contrairement à un préjugé animiste ancien, les protéines de la viande n'ont rien de spécial. La viande n'est pas la seule source de protéines, ni même la seule source d'acides aminés essentiels. On peut donc la remplacer sans problème par des aliments complets, et la précaution d'associer une légumineuse et une céréale à chaque repas est presque inutile.

Huiles et graisses

(Permalien) Huiles et graisses peuvent être formées de plusieurs dizaines de molécules différentes, appelées acides gras. On peut toutefois les ranger en gros en trois catégories, chacune indispensable. Mais les précautions ne sont pas les mêmes:

1) Acides gras saturés

Ces molécules sont droites, aussi elles peuvent cristalliser facilement, et elles sont donc généralement solides («concrètes»). On en trouve dans la viande, les graisses animales, en petite quantité dans les huiles végétales, et en grosse quantité dans l'huile de palme, palmiste, coco, etc. L'huile d'olive en contient également des quantités appréciables, ce qui en fait la plus équilibrée, et le choix recommandé dans le régime MIND. Les acides gras saturés sont indispensables pour la construction de certains organes.

L'excès d'acides gras saturés, en non pas les acides gras saturés eux-mêmes, produit les maladies cardiovasculaires. C'est (fort probablement) la raison pour laquelle la consommation de viande réduit tant l'espérance de vie, pour une vieillesse misérable. Toutefois le même problème peut se produire avec les graisses végétales. Je n'ai pas connaissance d'études à ce sujet, mais l'adjonction massive d'huile de palme dans les pâtisseries et les biscuit pourrait les rendre aussi dangereux que la viande. C'est donc un conseil connu de les éviter.

2) Acides gras insaturés

Ces molécules sont courbées, aussi elles ne cristallisent pas facilement, et elles sont donc généralement liquides. On en trouve dans les huiles végétales: olive, tournesol, colza, arachide, etc. Ce sont des sources d'énergie.

Ces huiles sont aussi des sources de diverses vitamines, à condition toutefois d'être vierges, c'est à dire de ne pas avoir été chauffées, «purifiées» ou «raffinées». Tous traitements qui les dévitalisent (détruisent les vitamines).

3) Acides gras oméga

Ces molécules sont des matériaux de construction pour le système nerveux. Un manque peut donc créer des problèmes à ce niveau. On en trouve de diverses sources végétales, et aujourd'hui on a des beurres végétaux oméga, spécialement formulés pour apporter les trois catégories de manière équilibrée. Au cas où on fait une diète sans graisse (jeûne sec ou xérophagique) on fera donc une pause de temps en temps, avec de tels beurres végétaux.

Huiles hydrogénées, margarine.

(Permalien) Jusqu'il y a peu, les seules sources d'acides gras saturés étaient la viande et les graisses animales. La demande pour la pâtisserie explosant, les chimistes ont conçu un moyen de transformer les huiles liquides en huiles concrètes: l'hydrogénation. Les huiles hydrogénées, ajoutées massivement aux aliments industriels, ont également été vendues au grand public sous le nom de margarine: toute une génération s'en est servi à la place du beurre sur les tartines (malgré le goût désagréable). Malheureusement, il s'est avéré que l'hydrogénation donne des acides gras non présents dans les aliments naturels, très dangereux pour le coeur et les artères. C'est la raison pour laquelle les industriels de l'alimentation se sont tournés vers l'huile de palme, abandonnant l'hydrogénation.

Aujourd'hui, on voit réapparaître des «huiles totalement hydrogénées» dans les listes d'ingrédient. Comme le nom le suggère, ce seraient des acides gras totalement saturés, donc plus sains que les margarines. On n'a pas encore de recul pour les études scientifiques, mais je suppose que ces ingrédients se comportent de la même manière que les autres acides gras saturés… moins la déforestation. On pourrait espérer de la chimie qu'elle crée des huiles concrètes qui ne produisent pas de maladies cardiovasculaires... ni de déforestation.

Je pense qu'une bien meilleure idée ici serait de produire davantage d'huiles végétales locales, et d'en extraire les acides gras saturés par le froid, pour obtenir des huiles concrètes saines, vierges, sans transformations chimiques dévitalisantes. L'excès d'huiles liquides serait alors disponible comme biodiesel.

L'huile de palme

(Permalien) C'est Greenpeace qui a alerté sur la déforestation produite par l'augmentation massive des cultures d'huile de palme. Il s'en est malheureusement suivi un lynchage médiatique totalement infondé, prétendant mensongèrement que l'huile de palme serait toxique. En réalité elle ne l'est nullement, seul l'excès l'est. Question d'équilibre, comme souvent en diététique. En particulier, certaines pâtisseries, notamment les pâtes sablées, contiennent des quantités astronomiques d'huile de palme. Mais n'importe quelle alternative à l'huile de palme (huile de palmiste, ou l'huile de coco tant à la mode dans le bio) pose les mêmes problèmes, tant diététiques que de déforestation. La seule solution est de renoncer aux pâtes sablées, ou de produire cette consistance autrement.

Il est à noter que l'on peut se fournir en huile de palme écoresponsable, voire bio. Il existe une certification RSPO (site officiel) (Bureau Veritas), soutenue par le WWF et utilisée par exemple par Nutella.

Huiles, graisses, énergie, obésité.

(Permalien) Le principal rôle toutefois des acides gras est de fournir de l'énergie au corps. Les graisses sont donc «brûlées», quand nous fournissons une activité physique, intellectuelle, ou simplement pour maintenir le corps en vie (le métabolisme de base). Le corps stocke naturellement une certaine quantité de graisse. Le problème toutefois est qu'il n'y a pas de régulation à ce stockage, autre que la satiété à la fin des repas. C'est le dérèglement de cette fonction qui conduit à l'obésité, quand on est trop attaché au gras, ou que l'on en absorbe trop sans s'en rendre compte, par exemple dans les pâtisseries.

Sucres et hydrates de carbone

(Permalien) Les fruits sont la principale source naturelle de sucre, à laquelle le monde moderne a ajouté le sucre de culture (sucre de table, ou sucre ajouté dans les aliments).

Il existe une grande variété de molécules dites de sucre. Toutefois seules quelques-unes sont présentes dans l'alimentation: glucose, saccharose, fructose, maltose, lactose, etc. Pratiquement toutes sont converties en glucose par l'organisme. Le maltose produisant l'intolérance au lait, et d'autres produisent des diarrhées en mangeant certains fruits.

Les hydrates de carbone sont formés de molécules de glucose assemblées en plus grosses molécules. L'hydrate de carbone le plus connu est l'amidon, mais il en existe d'autres, notamment la cellulose. Le corps humain peut assimiler l'amidon, mais bien mieux si il est cuit, car la cuisson éclate les grains. Par contre le corps humain ne peut pas du tout assimiler la cellulose. D'autres hydrates de carbone sont les pectines (constituant des fruits et légumes, qui ramollissent à la cuisson), ou l'inuline (amidon du topinambour, indigeste, d'où l'intolérance à ce légume).

Une petite partie du glucose est utilisé comme élément de structure pour certains organes. Mais le plus gros est utilisé comme source d'énergie:

1) Utilisé immédiatement

2) Stocké sous forme de glycogène dans le foie, ce qui permet de disposer d'énergie sous forme de sucre entre les repas, ou la nuit. Les réserves de glycogènes sont normalement d'environ trois jours.

3) Transformés en graisses et stockés. C'est de cette façon qu'un excès de sucres ou de féculents peut contribuer à l'obésité, parfois plus efficacement que les graisses (Sumotoris). Malheureusement, il n'existe pas non plus de régulation naturelle du désir de sucre, et c'est pourquoi tant de gens y sont accrochés. C'est aussi pourquoi les nourritures déséquilibrées riches en sucre (pâtisseries, sucreries, sodas) amidon (riz, pain blanc, pâtes blanches…) et les régimes déséquilibrés (pommes chips et sodas) engendrent l'obésité. Les pâtisseries et viennoiseries, qui contiennent en plus des masses de graisses, sont de véritables bombes à faire grossir.

Il existe aussi un distinguo entre sucre, assimilables immédiatement (sucres rapides, ou de haut indice glycémique) et amidons (sucres lents, ou de faible indice glycémique), qui demandent un temps de digestion, même si le produit final est le même. Mais une prise de sucre produira une pointe de glycémie dans le sang, plus forte et plus rapide qu'une prise d'amidon. D'où le danger des aliments trop sucrés pour les diabétiques. Chez certaines personnes, cette pointe est suivie d'un creux d'hypoglycémie, qui produit un état de faiblesse physique et intellectuelle, parfois des évanouissements. Ces personnes doivent donc aussi réguler leurs apports, mais dans l'autre sens. L'avis de mon médecin dans ce cas est de grignoter des biscottes (peu de sucre, zéro graisses, beaucoup d'amidon)

Les kiloJoules (Calories)

(Permalien) Tout d'abord, il faut prendre l'habitude de parler en kiloJoules au lieu de calories (qui sont en fait des kilocalories). Les physiciens ont de bonnes raisons pour imposer ces changements, et il vaut mieux les suivre. Multipliez les calories par 4 (plus précisément 4.18) pour avoir les kiloJoules. L'usage est donc d'indiquer les kilojoules, suivies des calories entre parenthèses, pour ceux qui n'ont pas encore l'habitude.

Les kilojoules décrivent en gros et indistinctement la quantité de graisses et d'hydrates de carbone absorbés (protéines et fibres ne contribuant pas beaucoup). Seule une petite partie de ces nutriments étant utilisée à la construction du corps, le chiffre correspond assez bien à ce qui sera utilisé comme énergie… ou accumulé en graisses, éventuellement en obésité. Compter les kiloJoules de notre alimentation donne donc une indication précise de ce risque. Une insuffisance de kiloJoules donnera au contraire une personne mal nourrie, maigre, fatiguée, même si par ailleurs cette personne a tous les nutriments dont elle a besoin.

Les principales sources de kiloJoules sont les graisses (viande, beurre animal ou végétal, fromage, pâtisseries, huiles, pâtes à tartiner grasses, fruits à coque, etc.), les sucres (pâtisseries, sucreries, miel, confiture, fruits, fruits secs, sodas, yaourts, glaces, etc) et les amidons (tout aliment à base de céréales ou farines, surtout blanches, pommes de terre et quelques autres légumes, pomme chips, etc.).

 

Et que fait-on avec les kiloJoules? On contrôle notre consommation, quand on est à risque d'obésité (ou de sous-alimentation). Selon les Nations Unies, les besoins minimums par personne et par jour sont de 7500 kiloJoules (1800 calories), qui augmentent avec l'activité physique ou intellectuelle, le froid, la chaleur, la grossesse, l'allaitement, etc. Si on a un doute, ou si on veut se donner une discipline, alors on compte les kiloJoules (calories) sur les étiquettes des aliments que l'on consomme, et on fait le total. Cela permet de détecter facilement des excès, ou de repérer des déséquilibres (excès de tel ou tel aliment) et donc de les corriger.

Ceci est la raison de l'affichage obligatoire des kilojoules pour chaque aliment, dans tous les pays civilisés.

Fibres

(Permalien) Les fibres sont essentiellement la cellulose des fruits et légumes, avec d'autres constituants comme les mucilages, les pectines, etc. Elles ne sont pas à proprement digérées, mais servent de masse à malaxer et à pousser par les intestins. Une nourriture pauvre en fibre pose divers problèmes, notamment de constipation (le nid du cancer du colon). Cela arrive si on se nourrit de sucreries, graisses, etc. sans légumes ni fruits.

Vitamines et oligo-éléments

(Permalien) Il s'agit d'un ensemble de substances dont l'organisme a besoin en petites quantités, mais qu'il ne peut pas fabriquer lui-même. Chacune a des règles d'assimilation différentes, et leur étude est donc compliquée. Normalement des carences ne se produisent pas avec une alimentation équilibrée et variée. Par précaution on peut faire de temps en temps une cure de vitamines et d'oligo-éléments. Il existe de nombreux cocktails de ce type, le plus connu étant l'Azinc. Si on soupçonne une carence, on ne se fiera pas à des «sites internet», ni aux «tests» également disponibles sur internet et dans les revues «pour femmes» ou «écolo». On se fiera au médecin, qui peut ordonner des analyses et prescrire des compléments, à moins qu'il trouve une cause différente de celle que vous pensez.

L'acide phytique

(Ajouté en Mars 2022) Cet acide phosphoré existe dans un peu tous les aliments. Comme la plupart des nutriments, il a des avantages et des inconvénients, comme de rendre plus difficile l'absorption des oligo-éléments. Sa présence dans la couche protéique du blé avait, dans les années 1970, déclenché une oukase sur le pain complet, au point que 40 ans plus tard ce dernier est encore rare dans certains magasins bios.

Comme souvent, la science est plus nuancée. L'acide phytique n'est vraiment un problème que avec des régimes par ailleurs carencés. En tous cas je mange du pain complet depuis un demi-siècle maintenant, et mes analyses sont normales.

Calcium et vitamine D.

(Permalien) La propagande du lobby du lait a créé un état d'esprit de panique, décrivant un calcium rare et aléatoire, avec bien sûr pour seule solution le lait, présenté comme un aliment miracle, selon la vieille croyance animiste. C'est un mensonge, car il existe de nombreuses sources de calcium végétal, voir minéral. Dans certains magasins bio, on trouve l'arnaque inverse: des compléments en calcium «homéopathiques», où le calcium est en quantité infime, comme si il coûtait plus cher que l'or. Une autre arnaque courante dit que le calcium minéral ne peut pas être assimilé, qu'il faut le rendre «organique» en le combinant avec diverses poudres de perlimpinpin. C'est aussi un mensonge, car on assimile très bien le calcium et autres sels minéraux présents dans les végétaux, l'eau potable, et même dans certains additifs «chimiques».

Une carence en calcium n'est pas visible. Si on soupçonne une carence, le mieux est de consulter le médecin, qui au besoin enverra à un spécialiste qui effectuera une radio spéciale pour mesurer la densité des os. Il peut donner des suppléments en calcium, et de la vitamine D. Cette dernière est sur ordonnance, car l'excès est dangereux. Mais au cas où on vous prescrit de la vitamine D, n'oubliez pas de prendre aussi du calcium!

Fer, sang, anémie

(Permalien) Les anémies peuvent avoir diverses causes, dont seulement une est un manque de fer. Comme il n'y a pas de symptômes clairs, le mieux est de procéder à un bilan sanguin régulièrement, en particulier pour les enfants. En cas de carence, le médecin indiquera les compléments à prendre.

Vitamines B6 et B12

(Permalien) Jusqu'à une date récente, on considérait qu'une alimentation végétalienne ou végane était trop difficile, voire dangereuse. On sait aujourd'hui pourquoi: ces vitamines ne sont pas présentes naturellement dans les végétaux. C'est intéressant, car c'est précisément cette compréhension nouvelle qui a débloqué l'accès à ces régimes: il suffit de se fournir en suppléments, par exemple Azinc pour la B6, et de la B12 en pharmacie. (testé par mézigue: mes analyses sont normales en fer, B6 et B12. Et sans suppléments pour le fer)

On a donc un excellent exemple où un progrès de la médecine ou de la diététique scientifique permet des modes de vie plus justes ou plus spirituels. D'où l'intérêt de ne pas verser dans le conspirationnisme ou l'anti-science, qui nous feraient rater de tels outils.

Ajouté en mai 2022: certains disent que la B12 végétale serait un «analogue de la B12» ou de la «pseudo-B12» (molécules similaires, mais inactives). Un effort scientifique est en cours pour obtenir la vérité: efficacité pour la santé de la supplémentation en B6, B9 et B12 -- Les algues pourpres fraîches (nori) contiennent de la B12 et d'autres nutriments végétaliens -- La spiruline contient 83% de pseudo B12 et seulement 17% d'authentique -- Le processus de séchage de la nori (asakusanori) change la bonne B12 en analogues dangereux.

Les boissons

(Permalien) Rien ne remplace l'eau, dont les besoins vont de un à deux litres par jour (en comptant ce qui est dans la nourriture). Si vous n'êtes pas sûr de boire assez, ayez toujours une bouteille d'eau à portée de main pour boire.

Boire trop est aussi dangereux, c'est pourquoi les sodas et même les jus de fruits ne doivent pas être d'usage courant. L'excès de boisson peut même tuer.

Les sodas sont très problématiques, avec des concentrations massives de sucre. Les jus de fruits peuvent également être enrichis en sucre. Personnellement, j'utilise du thé glacé aux édulcorants, mais d'autres boisons saines sont possibles.

Bien entendu toute boisson alcoolique est à proscrire des régimes végés ou bios. Il existe à ce sujet une fameuse manipulation, honteusement reprise par plusieurs revues scientifiques: le vin rouge protégerait le coeur! Avec papiers scientifiques et tout. En omettant «juste» de préciser que les agents protecteurs, les polyphénols, sont aussi présents dans le raison rouge et tous les fruits rouges, dont ils produisent la couleur. Il n'est donc nul besoin de transformer un fruit sain en une drogue nuisible! Il n'y a en fait aucun autre nutriment utile dans aucune boisson alcoolisée.

Sel pauvre en sodium.

(Permalien) Il s'agit de mélanges de chlorure de sodium et de chlorure de potassium (en général 50%), qui présentent le même goût que le sel. Ceci permet de réduire la prise de sodium, avec toutefois des restrictions pour les personnes présentant certaines maladies. C'est apparemment une découverte récente, que l'on trouve dans le commerce sous plusieurs noms: Losalt, Supersalt, etc.

(Pour faire flipper les gens qui pensent que tout ce qui est artificiel est mauvais, dites-leur que le supersalt est en fait du chlorure de NaK, le chlore étant un gaz très toxique, et le NaK un métal liquide très dangereux utilisé dans les réacteurs nucléaires)

Le régime MIND

(Permalien) Cette nouvelle page me permet de présenter les plus récent avis scientifiques, issu du régime méditerranéen (Description par Mayo Clinic) (Description par Pfizer), particulièrement efficace contre l'hypertension et la maladie de Alzheimer. En gros, ses recommandations sont (Résumé d'après Pfizer):

- Légumes verts feuillus: chaque jour

- Autres légumes sans amidon: chaque jour

- Noix variées: chaque jour

- Fruits rouges: deux fois par semaine

- Légumineuses, soja: trois fois par semaine

- Grains complets: à chaque repas

- (Je cite) poisson: une fois par semaine

- (Je cite) oiseaux: une fois par semaine

- Huile d'olive: base de la cuisine

- (Je cite) vin: optionnel, un verre par jour.

Bon, on voit tout de suite qu'il ne s'agit pas d'un régime végé. En particulier, la référence au vin est «inattendue», de la part d'organismes scientifiques chargés de la santé. Pourquoi pas de l'opium? Toutefois cette ligne est un indice intéressant: sa présence apparaît clairement comme une concession aux archaïsmes alimentaires occidentaux (En plus d'être scientifiquement biaisé). On peut donc le jeter sans remords. Peut-on extrapoler aux lignes sur le poisson et les oiseaux? Oui, mais à condition de fournir les nutriments qu'ils apportent de manière végé, en particulier vitamines et acides gras. (Le régime étant très bien fourni en protéines). Cela donne:

(En gras: les additions ou augmentations végé)

- Légumes verts feuillus: chaque jour

- Autres légumes sans amidon: chaque jour

- Noix variées: chaque jour

- Fruits rouges: deux fois par semaine

- Légumineuses, soja: une fois par jour

- Grains complets: à chaque repas (ou moins, si on a des compléments riches en protéines, tels que le soja ou le seitan)

- Huiles variées, en particulier olive et beurres végétaux oméga

- Vitamine B12

Ceci n'engage pas la responsabilité des sources citées, mais résulte tout de même de l'étude scientifique de la diététique, mise en œuvre de manière à permettre l'application les principes éthiques, écologiques et spirituels végés.

En gardant bien sûr le potentiel contre l'hypertension et l'Alzheimer.

Le Prâna

(Permalien) L'opinion des scientistes, malheureusement aussi présente chez certains scientifiques, est que le Prâna n'existe pas, car on ne peut pas le mesurer avec un appareil physique. On entend même des histoires dingues, par exemple cette croyance de wikipedia comme quoi il existerait un mouvement de gens se nourrissant exclusivement de Prâna! Fan de chichourle, c'est de la forte, leur herbe. Bon, je fais ici l'effort de dénoncer l'antiscience, mais désolé l'anti-spiritualité est encore plus dangereuse. Elle doit donc être dénoncée encore plus fermement. En clair, au 21eme siècle, nous sommes spirituels, sinon nous ne sommes même pas des scientifiques.

Redescendons sur Terre: le Prâna est une sensation. Et rien d'autre. C'est tout simplement la petite euphorie que l'on ressent quand le corps fonctionne bien, et que des exercices de yoga pour débutants permettent de cultiver. Donc pas de magie, pas de secte mangeuse d'enfants, pas d'anti-science, pas de complot reptilien, juste une chose simple, que sportifs et culturistes connaissent aussi, et appellent «être en forme». La référence sur le Prâna est le Hatha Yoga de Patanjali, mais il existe de nombreuses autres conceptions toutes aussi valables.

 

Le rapport avec la diététique? Il est double:

🍑Le Prâna est voisin du sens de la faim, ainsi que du sens alliesthésique (sens qui nous renseigne sur l'état de notre corps. On le voit fonctionner par exemple quand on a froid et que l'on aime le chaud, ou quand on a chaud on aime le frais. Les scientifiques appellent ça interoception). Avec un peu d'entraînement, on peut ainsi ressentir de quels aliments on a besoin, au lieu de simplement avoir faim. On peut même ressentir si un fruit a du Prâna (contient des vitamines et des nutriments, par rapport à un fruit de moindre qualité). Attention toutefois que ceci ne fonctionne que si on a suffisamment éliminé névroses et idéologies, sinon vous ressentirez que que ces derniers dictent, et même votre sens alliesthésique peut être gravement endommagé.

🍒Faire des repas un moment de plaisir et de vivre ensemble aidera à l'assimilation. Ceci peut impliquer un lieu agréable, un arrangement esthétique des plats, pas de télévision, pas de portables, pas de discussions désagréables, etc. Ceci peut aussi aider à combattre obésité et boulimie: si le repas est un moment agréable, on n'a pas besoin de compenser le manque de plaisir social par un excès d'aliments.

 

Dans certains cas le sens de la faim peut aussi nous renseigner quand un aliment est nuisible, par une sensation de répulsion, et divers symptômes digestifs: c'est l'intolérance. Suivez ce lien pour voir les différents cas, et les problèmes voisins comme les phobies.

Le microbiome intestinal

(Permalien) C'est l'ensemble des bactéries qui vivent dans nos intestins, et qui est indispensable à l'assimilation de nombreux aliments. Il existe plusieurs types de microbiomes, et plusieurs façons qu'il aille mal. C'est intéressant, car corriger le microbiome permettrait de résoudre nombre de maladies de l'intestin, ou les répercussions d'une mauvaise assimilation sur l'état général, le cerveau, etc. Un des remèdes proposés serait la fameuse «greffe de caca» 💩<(Ouaiiis! Nous!!) (en pratique, des gélules contenant des bactéries «nettoyées» au préalable).

Malheureusement ce domaine est encore au stade de la recherche, et un médecin ordinaire n'a pas encore d'outils pour évaluer le microbiome d'une personne.

Les carences alimentaires

(Permalien) Quand on pense carence, on pense à quelque chose qui manque dans l'alimentation, par exemple une vitamine, un oligo-élément, etc. Cela se corrige grâce à la diététique. Mais il faut bien comprendre qu'une carence peut résulter d'autres facteurs: certaines personnes ne peuvent simplement pas assimiler correctement tel ou tel nutriment. C'est pourquoi il vaut mieux consulter le médecin en cas de problème.

Les aliments industriels (malbouffe)

(Permalien) Les aliments industriels sont trop souvent hautement dénaturés, ou dévitalisés: perte des oligo-éléments et vitamines (micro-nutriments), par la cuisson à haute température, des transformations chimiques, des compositions très déséquilibrée, des ingrédients non-alimentaires, des additifs inutiles ou dangereux, etc.

Il est bien connu que l'effet en est généralement très négatif sur la santé physique. Mais les scientifiques accumulent des études prouvant que ces aliments dénaturés sont aussi dangereux pour l'humeur et même pour la santé mentale.

Cela vaut aussi pour les aliments présentés comme végé, mais hautement déséquilibrés, qui peuvent tout autant provoquer infarctus, obésité, etc.

La malbouffe végé

(Permalien) Oui, cela arrive: quand on se mêle d'aliments végés tout en contestant la science, ou quand des grosses sociétés de malbouffe cherchent à garder la clientèle végan. En fait, on retrouve presque toute la gamme de problèmes de la malbouffe:

- Aliments hyper-déséquilibrés (trop gras, trop sucrés…)

- Aliments industriels dévitalisés

- Simple recherche de goût ou de texture, à l'aide d'ingrédients discutables

- Enfin l'imitation stricte de la viande peut arriver à des aliments posant les mêmes problèmes diététiques: trop gras, goût violent, dévitalisé, etc.

Combattre la peur

(Permalien) De nombreuses personnes vivent dans la peur alimentaire: peur de manquer, peur de grossir, etc. (curieusement ces mêmes personnes n'ont pas peur des conséquences de la viande, du vin, des pesticides…) Ces peurs sont souvent à l'origine de comportements alimentaires dangereux: se bourrer, se priver, nourriture malsaine ou déséquilibrée, etc. Il est donc nécessaire de détecter ces peurs, avec un peu d'introspection: prêter attention à ce que nous ressentons.

Les peurs des autres, cette ignoble peur de la différence, est aussi très dangereuse, quand ces autres ont les moyens de nous influencer. Elle peut faire rechuter une motivation végé encore fragile. Ces peurs peuvent malheureusement être encore présentes chez certains éducateurs, médecins, travailleurs sociaux, etc. Et il peut suffire d'une minute pour qu'ils nous transmettent leur peur, à l'occasion d'un incident qui nous envoie à l'hôpital, d'une enquête sociale liée à un divorce, etc. Si on se sent mal après une telle rencontre, il faut faire le point, et réviser nos bases scientifiques comme nos bases spirituelles.

Autres régimes, à prendre ou à laisser

(Permalien) Ni le mouvement végé ni l'alimentation bio ne sont apparus ex-nihilo: dès le début du 20ème siècle, divers régimes visaient une meilleure santé physique et spirituelle, notamment l'hygiénisme, le naturisme, le Cartonisme, le Sheltonisme. Plus récemment, on a eu le Zen macrobiotique et l'harmonisme. Ces régimes étaient intéressants en leur temps, mais aujourd'hui ils ont besoin de mise à jour par la diététique moderne. Seul le Zen macrobiotique mériterait d'être mieux connu, grâce à son approche sensible au lieu d'analyses.

Des régimes plus récents visent à créer des marchés captifs: Dukan, kéto, Atkins, sans gluten, etc. Certains sont dangereux, et aucun n'est utile. Certains régimes sont extrêmes, et donc dangereux, comme l'instinctothérapie, le fruitarisme ou le crudivorisme.

Le végétalisme n'a quitté ce statut que récemment, grâce à la connaissance du rôle des vitamines B6, B12, et du fer (Et aussi grâce à l'abandon du dogmatisme et des affirmations arbitraires).

D'autres régimes sont plutôt des désinformations amplifiantes visant la spiritualité, l'écologie ou les mouvements végé: paléo, groupe sanguin, instinctothérapie, flexitarisme, pescitarisme, boire son urine, etc. Certains enfin n'existent même pas, et sont donc de pures inventions de désinformation amplifiante, comme l'inédie (ou pranisme ou respirianisme) visant à discréditer la pratique spirituelle authentique du Hatha Yoga.

Le régime Ital (Rastafarisme) est très proche du régime végétalien, avec quelques exceptions. Ses adeptes ont donc tout intérêt à le conserver.

Les régimes Halal et Kasher ne sont pas végétariens. Toutefois ils ne sont pas non plus masochistes: l'abattage rituel comprend un volet spirituel, priant pour l'animal pour qu'il ait une après-vie heureuse. C'était un compromis par rapport au végétarisme pur, dans des pays et à des époques où ce régime était trop difficile. On retrouve cette notion chez les Indiens d'Amérique, au Tibet, etc. La recommandation de base du Coran est toutefois d'éviter la viande, et on a des Juifs végétariens, ainsi que des Chrétiens (Adventistes). La plupart des autres religions dans le monde recommandent fortement d'éviter la viande. L'idée est donc de ne pas abandonner votre religion, mais au contraire de devenir végé dans le cadre spirituel de votre religion. Surtout dans un environnement moderne où de tels compromis ne sont plus nécessaires. La seule difficulté reste avec les peuples tributaires de la viande ou du lait: Masaïs, Mongols, Inuïts, Lapons, etc. Mais ils trouveront leurs solutions.

Le flexitarisme consiste à manger tantôt végé, tantôt carné, selon notre inspiration. Ce n'est donc pas un régime en soi. Mais le mot induit l'idée fausse qu'un régime vraiment végé serait «rigide», sectaire, etc.

Le pescitarisme refuse la viande, mais admet le poisson. La justification diététique est que le poisson serait moins mauvais pour la santé (régime méditerranéen). Mais ce n'est en aucun cas végé, car basé sur l'idée spéciste comme quoi les poissons seraient «moins sensibles» que les mammifères. En fait on n'en sait rien, mais il est tout de même patent que les poissons ont des comportements impliquant une conscience, et même des mollusques. La conscience serait apparue il y a 400 millions d'années, quand les premiers cerveaux avaient déjà développé les structures qui chez l'Humain portent la conscience.

«Terroir», «traditions» culinaires, etc.

(Permalien) Ces mots, sensés décrire des communautés humaines de manière neutre ou bienveillante, annoncent en fait souvent des nourritures malsaines voire répugnantes, avec bien sûr souffrance animale supplémentaires. Dans ce cas, il vaut mieux parler d'archaïsmes alimentaires.

Des communautés positives qui veulent se faire connaître peuvent le faire en restant en phase avec le progrès.

Alcool, tabac et drogues

(Permalien) Ils sont évidemment tous exclus de tout régime sain, projet de société positif ou travail spirituel. Prétendre le contraire est de la haute foutaise. Si vous êtes dépendant de l'un de ces produits, vous pouvez faire une transition «tout en un», le changement de nourriture pouvant aider notablement à purifier les autres dépendances malsaines.

Le diabète

(Permalien) (Ajouté en Mars 2022) Le diabète courant, dit de type 2, «cuit» littéralement les vaisseaux sanguins (réaction de Maillard), d'où les terribles effets de cette maladie. Il est une conséquence de l'obésité, et plus généralement d'un mode de vie trop sédentaire et d'une alimentation trop grasse. Il n'existe pas vraiment de traitement autre que l'insuline, comme palliatif. Bien sûr des recherches sont en cours, avec quelques médicaments prometteurs, mais pas encore prêts pour l'usage courant.

La seule solution aujourd'hui est de perdre du poids, et d'appliquer les principes diététiques de base tels que expliqués dans cette page.

A noter qu'il est en train de se mettre en place des méthodes pour mesurer le sucre, moins dissuasives que la piqûre.

Alternatives au sucre

Ce sont des moyens efficaces pour combattre le diabète ou l'obésité:

-Édulcorants comme l'aspartame, l'acésulfame, le sucralose, etc. Les études scientifiques ne leur trouvent pas de danger, mais ils n'inspirent pas confiance, et ils sont interdits en bio.

-Sucres non assimilables (polyols), comme le xylitol, le maltitol, la stévia, ou le lactitol (à ne pas confondre avec le lactose). Il existe même du jus de bouleau (Xylitol) bio. Toutefois on ne sait pas si cette production est soutenable à grande échelle. Ajouté, test par mézigue: la stévia sucre bien, malgré un goût inattendu. Le Xylitol marche aussi, mais on a vite un effet laxatif.

-La rapadura. Le sucre courant, dit de cane, est en fait du sucre de betterave (une arnaque signée napoléon, mais que personne n'a corrigée depuis). Pour une raison que j'ignore (mauvais goût?) on ne trouve pas de sucre de betterave complet. L'idée était alors d'utiliser du véritable sucre de cane, mais complet. Après des premières tentatives décevantes en faisant bouillir le jus, les artisans bio ont du faire comme tout le monde: utiliser l'évaporation sous vide. Le résultat est la rapadura, poudre brune sucrée. C'est bio, c'est bon, mais, nouvelle déception, le sucre de cane (glucose) sucre trois fois moins que le sucre de betterave (saccharose). Malgré ça, la rapadura a ses adeptes, puisque cela se vend en magasin bio.

Le sirop d'agave n'est pas vraiment un succédané de sucre, il est juste un peut moins glycémiant. Sa composition riche en fructose et son goût sont en fait ceux du miel d'acacia, au point qu'on l'appelle «miel végétal». Les critiques du syrop d'agave sont valables pour une consommation excessive.

 

 

 

 

Les enfants

(Permalien) Il n'existe aucune interdiction légale ni aucune contre-indication médicale à élever ses enfants végé.

Toutefois les enfants, végés comme les autres, demandent une surveillance médicale, en commençant par la croissance et l'apparition de carences éventuelles.

Le problème toutefois est l'ensemble des préjugés animistes anti-végé, encore largement répandus dans les milieux médicaux et les travailleurs sociaux. Ceci est une source potentielle de conflit, d'autant plus préjudiciable qu'il peut résulter en une méfiance envers les médecins. Il peut en effet être délicat d'expliquer à un enfant qu'il doit faire confiance au médecin, tout en l'appelant à faire attention à certains d'entre eux, ou à ne pas parler de certaines choses. Mais, d'expérience personnelle douloureuse, j'affirme et insiste que c'est la moins mauvaise solution, si on ne veut pas gravement endommager la relation de l'enfant avec la société.

Si on veut éviter les problèmes, avec un médecin inconnu ou hostile, le mieux est alors de simplement ne pas dire que l'enfant est végé. Ainsi:

- Au cas où quelque chose ne va pas, le médecin est obligé de rechercher la véritable cause, au lieu de se défausser automatiquement sur le régime végé et de ne pas voir un vrai problème.

- Si il y a une véritable carence alimentaire, le médecin est capable de la trouver, et de proposer des remèdes efficaces. Qu'il est facile d'adapter au régime végé.

Bon si le médecin commence à dire qu'il y a une «carence de protéines animales», changez-en. C'est un mensonge, car il n'existe aucun moyen scientifique ou médical de détecter la source des protéines dans notre corps.

 

Bien entendu cette page suppose que vous traitez vos enfants normalement, en particulier que vous les laissez avoir des contacts sociaux normaux (quand ils sont disponibles). Et bien sûr que vous leur fournissez un régime végé équilibré et sans carence, en particulier de vitamine B12.

 

Il court des histoires terrifiantes d'enfants végés mourant de faim. Ces histoires sont le plus souvent des fake news (si elles étaient vraies on en entendrait parler ailleurs que dans les torchons populistes). Ou bien il y a une maltraitance ordinaire, l'alimentation n'étant qu'une circonstance parmi d'autres. Il faut donc bien faire attention, avant de soutenir un «parent végé», de se renseigner sur ce qui se passe vraiment, en particulier auprès de l'autre parent. Ce qui arrive le plus souvent est que la pratique végé est instrumentalisée dans un divorce, ou par des services sociaux corrompus.

Bon j'ajouterais que si les enfants sont nourris sans gluten, sans huile de palme, sans soja, sans vitamines «chimiques», uniquement avec du jus de carotte et sans jamais aucun sourire, alors les carences sont forcées d'apparaître. Mais dans ce cas ce n'est pas le régime végé qui est en cause, mais le sectarisme ou l'anti-science. Merci de ne pas se réclamer d'un régime végé dans ce cas.

Le rôle des services sociaux:

(Permalien) Il n'existe aucune raison valable pour que les services sociaux déconseillent ou combattent la pratique végé. Au contraire, tout le monde sait aujourd'hui que ces pratiques sont meilleures, et le rôle des services sociaux est donc de les encourager, et de protéger les enfants de toute répression de ces pratiques.

En cas de maltraitance de quelque «justification» que ce soit, on doit pouvoir compter sur les services sociaux pour y mettre fin.

Cela n'est malheureusement pas toujours le cas, et j'ai été témoin de choses ahurissantes: maltraitance, pédophilie, syndrome de Münchhausen, discriminations religieuses, etc. avec les services sociaux qui ne «voyaient rien»! Heureusement tout le monde n'est pas comme ça, et je cite en exemple l'AGOP et la gendarmerie, qui ont accompli un excellent travail.

Il est donc clair que seules des personnes honnêtes et psychologiquement équilibrées devraient être embauchées, que ce soit dans les services sociaux, la police ou la justice. Embaucher des infantiles, des sociopathes, des sexistes, des idéologues expose nécessairement une partie importante de ces services à être corrompue.

Ne pas idéaliser les végés

(Permalien) Découvrir la pratique végé, le bio ou l'anti-spécisme donne souvent l'impression d'avoir «tout compris». En fait, ces prises de conscience, toutes méritoires qu'elles sont, ne sont qu'une parmi de nombreuses autres, et le processus complet de réappropriation de nos vies implique de les accepter toutes.

Pire, une erreur fréquente est de se dire végé, alors qu'on a seulement changé d'opinion, sans changer nos conditionnements psychologiques. D'où la nécessité de comprendre ces processus psychologiques et de les contrôler, par un processus dit «éveil spirituel» (ou simplement devenir psychologiquement normal).

Ne pas remplir ces conditions fait que beaucoup de végés sont «comme tout le monde», et tout autant susceptibles de dérailler. En particulier dans les situations de dispute, divorce, garde des enfants, etc. où la pratique végé devient une arme. Il faut en particulier se méfier de l'écologie bobo-Charlie, des formes de spiritualité pipeau, l'anti-science, l'anti-société, qui refusent les «contraceptions chimiques», qui se croient supérieures parce qu'elles sont bio, végé, etc.

Nourrissons et allaitement

(Permalien) Bien entendu, des parents végés nourrissent toujours leur enfant au sein. Le sevrage est très progressif, sur un à deux ans, voire plus, afin de garder le lien de tendresse.

Tant que l'enfant n'a pas de dents, il a besoin de nourriture en purée. Les «petit pots» sont bien pratiques, mais les enfants n'ont nul besoin d'aliments spéciaux, juste des aliments courants réduits en purée. On introduira donc les différents aliments un à un, afin que l'enfant s'y habitue. Les enfants ont parfois des goûts et dégoûts bizarres, qu'il est peu productif de tenter de contrarier. Éviter en particulier les goûts amers (certaines salades, les terrifiants salsifis) ou violents (grillé, oignons, piquant, glutamate, etc.)

 

Laits végétaux maternisés

(Permalien) Au cas où l'alimentation au sein ne peut pas avoir lieu, il existe des laits végétaux maternisés, des mélanges soigneusement dosés, afin de fournir tous les nutriments dont le bébé a besoin.

On fera toutefois attention que aucun lait formé d'un seul et unique végétal pur ne convient. C'est pourtant une désinformation fréquente dans les milieux «bio» ou «végé» présentant l'affaire comme un «choix».

Une autre désinformation courante prétend que «les laits végétaux ne conviennent pas», basée sur une citation tronquée de l'ANSES abondamment reprise dans la presse réac. En fait, si cette déclaration rappelle bien que (je souligne):

«... Les boissons de consommation courante telles que les boissons végétales apparentées à des laits ou les laits d'origine non bovine n'ont pas été formulées pour l'enfant de moins de un an... TRONQUÉ ICI

la citation complète précise (je souligne):

«... L'Agence rappelle que le lait maternel est l'aliment de référence adapté aux besoins du nourrisson, et qu'hors allaitement, seules les préparations pour nourrissons et préparations de suite (lait premier âge et lait deuxième âge), qu'elles soient formulées à partir de protéines animales ou végétales, permettent de couvrir les besoins du nourrisson»

Également:

«... Une attention toute particulière doit être accordée aux femmes ayant une alimentation de type végétalien ou végane (ne consommant aucun produit d'origine animale), qui doivent recevoir une complémentation en vitamine B12 pendant la période de la grossesse et de l'allaitement.».

Il n'a donc nulle interdiction de l'alimentation végé, mais des rappels de bon sens pour ceux qui confondent encore bio avec anti-science (ou protection de l'enfance avec répression). Juste dommage qu'ils ne donnent pas d'adresse où se procurer du lait premier âge ou deuxième âge végé médicalement certifiés. Normalement, en magasin bio. Mais dans l'état actuel des choses, je commencerais par chercher en pharmacie.

 

 

 

 

Même si vous êtes encore mince,
vous devez lire cette partie sur l'obésité

(Permalien)

1) Parce que même vous la sylphide ou l'éphèbe de 16 ans, avez déjà les mauvaises habitudes qui vont vous transformer en dondon ou en beauf.

2) Parce qu'il y a des découvertes scientifiques récentes qui éclairent mieux les causes et remèdes au besoin compulsif de manger trop.

C'est pourquoi tout le monde doit lire cette partie: il est plus facile d'éviter de grossir que de maigrir. Et attention, ce n'est pas qu'une question d'esthétique: l'obésité peut facilement vous voler vingt à trente ans d'espérance de vie.

Commencer par se fixer un objectif réaliste

(Permalien) Pour cela il faut consulter le graphique des indices de masse corporelle:

 

Indice De Masse Corporelle d'après l'OMS

 

Cette image est basée sur les donnée de l'OMS, comme source accréditée. Mais je donne cette image plus explicite, qui en est dérivée, et dont j'ai vérifié l'exactitude (wikipédia, CC BY-SA 3.0)

Horizontalement, votre taille, verticalement, votre poids. Le résultat est la zone où vous vous trouvez: blanche, pas de problème. Bleu, trop maigre. Jaune, trop gros. Dans les deux sens, vous perdez de l'espérance de vie, parfois beaucoup. Bon, il y a un peu d'adaptation, un longiligne peut descendre un peu dans le bleu, tandis qu'un trapu ou un musclé peut monter un peu dans le jaune paille. Si vous vous fiez à votre apparence, la limite inférieure est quand on commence à voir les côtes, et la limite supérieure est quand le ventre ou les hanches commencent à dépasser. Je n'ai pas trouvé le graphique pour les enfants, mais les critères d'apparence (côtes, ventre, hanches) restent valables.

Certains objectifs sont irréalistes et dangereux, comme d'avoir une «taille de guêpe» ou des muscles trop apparents.

Donc la première chose à faire est de vous fixer un objectif possible, dans le blanc. Ce qui vous laisse tout de même une certaine liberté. Vous pouvez aussi décider de sortir du blanc, mais à vos risques et périls.

Tout enfant maigre ou obèse doit être montré à un médecin. L'obésité infantile est un problème grave, qui a presque toujours une cause sous-jacente demandant attention immédiate, médicale, psychologique ou sociale.

Traquer les mauvaises habitudes avant qu'elles nous fassent grossir

(Permalien) On grossit parce qu'on mange trop (La Palisse & Al). Encore faut-il comprendre comment on en arrive là, comment notre sens de la faim est trompé ou déréglé.

- Les repas trop copieux dilatent l'estomac, et donc ils augmentent la sensation de faim. On peut le rétrécir à nouveau, mais cela prend quelques semaines à quelques mois de frustration. Méfiez-vous donc des gueuletons et des fêtes qui ruinent des mois d'efforts, méfiez-vous aussi des gens qui vous trouvent «maigres» car elles ont pris leur propre obésité ou leur peur comme norme.

- manger à n'importe quelle heure (Ajouté le 28 décembre 2021) Ceci place le corps dans une situation permanente de faim, comme si nous étions en train de jeûner. Faites trois repas maximum par jour (ajoutez un goûter à cinq heures pour les enfants). Si vous êtes accro à manger à tout moment, faites des jeûnes courts pour rompre cette dépendance.

(Ajouté le 28 décembre 2021) A noter que les personnes sensibles à l'hypoglycémie peuvent continuer à grignoter parfois des féculents purs, comme des biscottes, pour éviter l'hypoglycémie. Mais les symptômes de l'hypoglycémie ne sont pas spécifiques, il faut donc évaluer avec le médecin si vous êtes vraiment dans cette situation, et suivre ses conseils.

- Une nourriture généralement excessive. Il vaut mieux une nourriture frugale. Tant que vous ne descendez pas dans le bleu, vous ne risquez rien, et vous pouvez facilement couper en deux votre budget nourriture. La raison est que l'organisme s'habitue à une nourriture surabondante, et il devient gaspilleur, n'assimilant pas ce qu'il consomme. Vous ne vous en rendez pas compte, car «bien manger» est une norme sociale très répandue et impérieuse. Sauf le jour où vous faites un régime pour maigrir: à l'arrêt du régime, vous reprenez les kilogs en trop plus rapidement que vous les avez perdus! C'est l'effet yoyo, dont voici l'explication. La seule solution est de s'habituer petit à petit à une nourriture frugale, et de ne pas attendre d'être bourré pour arrêter un repas. Aussi limiter les repas, trois maximum. Les moines Bouddhistes passent même le repas du soir, ce qui leur permet aussi de mieux dormir.

- Alimentation déséquilibrée, trop riche en graisses, sucres, féculents (viande, chips, pâtisseries, sucreries…). C'est le besoin de protéines qui crée la faim, une nourriture grasse ou sucrée ne satisfait donc pas la faim.

On entend souvent des choses comme «les pâtes font grossir» ou «le pain fait grossir». En toute rigueur, ce ne sont pas ces aliments qui intrinsèquement font grossir, mais leur excès: le régime à base de pâtes. Par contre une précaution fort judicieuse est de supprimer le pain blanc, pâtisseries blanches, pâtes blanches, etc. qui eux font effectivement grossir. En effet, ils sont artificiellement déséquilibrés, enrichis en hydrates de carbone et privés des protéines naturellement présente dans les aliments complets. Il est donc impératif de n'utiliser que ces derniers.

D'autres formes de déséquilibre sont la viande (trop riche en graisses saturées), le sucre (sodas, pâtisseries, sucreries), les pâtisseries (farine blanche, graisse, sucre), les graisses (viande, charcuterie, pâtisseries, beurres, fromages), les régimes hyper-protéinés (paléo). L'excès de sucre ou de graisse cause l'obésité et les maladies cardio-vasculaires, tandis que l'excès de protéines peut causer des maladies douloureuses comme la goutte.

- Les repas comme récompense ou comme gratification. Dans les environnements psychologiquement anormaux, haine, harcèlement, bizutage, discrimination, maltraitance infantile, la nourriture est le seul plaisir dont on ne peut pas nous priver. Il peut en résulter un attachement excessif à la nourriture, comme compensation. C'est pourquoi il ne faut pas rester dans de tels environnements. Si on ne peut pas les quitter, bien se rendre compte qu'ils sont anormaux, et que les coupables sont des malades. Avoir une vie intérieure secrète aide beaucoup dans ce cas, et les gendarmes dès que la violence devient physique ou sexuelle. Les enfants peuvent maintenant signaler bizuteurs et brutes à l'école.

- Le mauvais exemple: glorification de l'obésité, de la «bonne bouffe», réflexions culpabilisantes, moqueries et provocations si on suit un régime, incitations à «faire la fête», à «bien vivre», publicités, etc. Une nouveauté particulièrement hypocrite ici est la prétention que l'obésité serait «être soi-même», voire une «nouvelle forme d'esthétique».

- La peur d'être «mal nourri» est très contagieuse, et elle peut se contracter en quelques mots, si on reçoit des réflexions de ce genre lors d'un moment de faiblesse. J'ai pu constater qu'elle est très présente dans les services sociaux, et qu'elle peut être dangereuse pour une personne assujettie à des services sociaux corrompus.

Les fausses solutions

Il n'existe pas de solution miracle. En particulier les régimes à la mode sont tous contestables, et il n'existe pas de tisanes ou d'aliments miracle «brûleurs de calories». Toutes ces pubs sont fausses, y compris celles que l'on trouve dans les magasins bios.

L'activité physique est recommandée par les médecins et par l'OMS. (Règle simple: 7000 pas minimum par jour, soit 6 kilomètres) C'est un bon avis, mais elle ne peut pas faire des miracles: perdre des kilogs nécessiterait une activité herculéenne, si cela n'ouvre pas simplement l'appétit.

Les diurétiques, soit en vente libres (tisanes «amaigrissantes») soit parfois malheureusement prescrits par certains médecins, ne sont pas une solution. Ils vous feront perdre deux ou trois kilogs, qui reviendront en une seule journée dès que vous les arrêterez. De plus il n'est pas conseillé de jouer avec les reins, organe vital dont le moindre dérèglement peut avoir des conséquences très graves, handicapantes ou mortelles.

Maigrir, quand on en est là

(Permalien) Si vous êtes déjà en surpoids, et si vous n'arrivez pas à corriger simplement en perdant les mauvaises habitudes, il n'y a pas 36 solutions: réduire volontairement votre apport calorique. C'est à dire manger moins.

Vous ne ferez malheureusement pas l'économie de la volonté. Simplement les méthodes qui suivent en demandent moins que de faire un jeûne prolongé.

Jeûner

(Permalien) Le jeûne est la méthode la plus simple, mais la plus pénible. Si on s'habitue progressivement, sur des périodes de plus en plus longues, on évite les nausées qui frappent le jeûneur débutant. Mais après quelques jours, on a un autre problème plus grave: quand le foie a fini les réserves de glycogène, alors l'organisme commence à prendre dans ses réserves de graisses. Seulement à ce moment le jeûne devient utile!!

Mais le corps ne sait pas transformer suffisamment de graisses en glucose pour le cerveau. Ce dernier doit alors tourner au ralenti: on se sent faible, fatigué, et on peut être sérieusement incapacité. On peut même avoir des crises d'hypoglycémie, des évanouissements. Ces derniers peuvent avoir des conséquences graves, si on tombe, si on est en public, si on conduit, etc.

Il faut également prendre des vitamines pendant un jeûne prolongé, car on en a toujours besoin.

Enfin, on ne descendra pas de plus de 3 à 5 kilogs dans la zone bleue. En effets, la reprise de l'alimentation verra un petit rebond, quand le foie reconstitue ses réserves de glycogène.

Une meilleure solution serait un jeûne léger, avec un petit apport d'hydrates de carbone, comme de grignoter des biscottes (une des recommandations de mon médecin).

Jeûne xérophagique

(Permalien) Les solutions suivantes sont plus abordables (demandent moins de volonté, ou sont moins pénibles):

Le jeûne xérophagique, dit aussi «jeûne sec» (ou le carême), connu des culturistes, qui consiste essentiellement. à réduire les graisses au minimum. Donc pas de viandes, fromages, beurres animaux ou végétaux, pâtisseries (viennoiseries), pommes chips, pâtes à tartiner grasses, fritures, etc. Ce régime est presque aussi efficace que le jeûne complet pour perdre les graisses en trop, tout en évitant nausées et faiblesse. Il est bien plus soutenable donc, et on peut le prolonger autant que nécessaire. On prendra tout de même de temps en temps du beurre végétal oméga, spécialement formulé pour satisfaire tous nos besoins, afin d'entretenir le système nerveux qui a besoin de graisses oméga pour sa constitution.

On fera aussi attention de ne pas compenser le manque de graisses par un excès de sucres ou d'amidons, qui pourrait avoir des conséquences pires sur le poids: l'organisme convertit tout excès en graisse!

Il convient donc de se peser régulièrement: la moyenne doit baisser (le poids d'un jour à l'autre n'est pas fiable, car les boissons l'influencent davantage que la nourriture). Sinon, on note nos calories totales, d'après les étiquettes des aliments consommés, pour voir d'où vient l'excès.

- Réduire le nombre de repas. Leur nombre d'abord, puis leur volume. Un truc est d'éliminer le repas du soir, ce qui permet aussi de dormir bien mieux.

Autres solutions

(Permalien)

- Un jeûne court de temps en temps. C'est même recommandé, même si on n'est pas en surpoids. La première fois, on vomit, c'est normal. Commencez petit, un repas, puis un jour, deux jours, etc. Cela habitue le système digestif à réclamer moins. La leçon est apprise quand on ne ressent plus de nausées.

- Si votre religion vous propose des restrictions alimentaires occasionnelles (carême, ramadan, jeûnes rituels, Nyoungnés, etc.) faites-le. Ainsi vous cultiverez votre spiritualité et votre santé du même geste.

- Eviter les manipulateurs, car votre jeûne vous rend plus vulnérable.

A ce prix, vous pourrez retrouver un poids, sinon idéal, mais qui au moins vous garantira une espérance de vie normale. Malheureusement vous n'éviterez pas les plis disgracieux, dus à votre peau distendue.

Enfin une femme enceinte ou allaitante ne fera aucune sorte de jeûne.

Comment atténuer la faim compulsive

(Permalien) Il existe de nombreux travaux scientifiques sur les hormones de la faim, mais qui malheureusement restent théoriques. (Quand ce ne sont pas des bricolages catastrophiques, comme avec le scandale du médiator). Toutefois une étude récente (Science Alert)(Nature) donne une aide pratique. L'étude montre en effet la présence d'un creux de glycémie plusieurs heures après un repas, qui produit la faim (et chez certaines personnes de l'hypoglycémie). La méthode est alors simple: si on veut éviter un repas complet, on peut alors prendre à ce moment un petit repas d'hydrates de carbone (biscottes, pain…) qui réduit la faim.

Vu l'enjeu, c'est un champ de recherche actif, dont on peut espérer qu'il aboutisse à des méthodes faciles et sûres, n'impliquant ni effort ni frustration.

Ajouté en Février 2022: une piste fraîche est une bactérie du microbiome (voire une épidémie) produisant de la delta-valérobétaine, qui bloque la carnitine dans les mitochondries, empêchant ces derniéres de brûler les graisses au lieu de sucre. D'où cette faim de sucre si courante, pendant que les graisses s'accumulent

Ajouté en Mai 2022: un nouveau médicament, la Tirzepatide, développée par Eli Lilly, montre de très bons résultats sur le poids, au labo. Mais il n'est pas encore testée pour les effets secondaires.

Produits chimiques obésogènes ou apidogènes.

(Permalien) Ajouté en Avril 2022: Les scientifiques accomplissent maintenant des efforts considérables pour trouver les causes de l'épidémie d'obésité actuelle. Une étude récente publiée par ACS (explications dans Ecowatch) indique que la cause pourrait être des produits chimiques présents dans les plastiques, qui diffuseraient dans les aliments, seraient inhalés dans les vapeurs et poussières, etc. Bisphenols et phtalates sont déjà connus comme disrupteurs de métabolisme (MDCs), mais des dizaines de milliers d'autres produits entrent dans la composition des plastiques. Le ou les coupables ne sont pas encore identifiés, mais ils se trouveraient toujours dans le PVC et le polyuréthane, et dans la moitié des polystyrènes et polyéthylènes.

 

 

 

 

Phobies, Intolérances, allergies:
le vrai, le faux et le truand

(Permalien) Le monde d'aujourd'hui est assez étrange: il y aura bientôt plus de phobies que de véritables maladies. En cause, diverses propagandes, mais aussi le fait (finalement positif), que les gens commencent à pratiquer l'introspection. Mais l'introspection sans but spirituel ne mène qu'à des errements sans but, qui nous rendent plus vulnérable aux mensonges et aux propagandes.

La principale source de mensonges est probablement le lobby de la viande et du lait, qui a infiltré le bio et la diététique dans les années 1990. En tous cas, il est facile de vérifier que la liste des tabous arbitraires concerne précisément les aliments permettant d'accomplir une bonne transition végé: blé, soja, pain complet, vitamine B12, etc. D'autres lobbies ont créé d'autres phobies servant des buts aussi stupides: tabou sur la lumière bleue, la laine de verre, la contraception, etc.

«L'intolérance» au gluten

(Permalien) L'intolérance au gluten est clairement une invention, sans aucune base scientifique ni observationnelle (autre que l'auto-suggestion des croyants). Si le gluten était si mauvais, nous n'aurions pas eu de pyramides ni de légions romaines.

Je soupçonne que l'origine de ce bobard est l'instinctothérapie de Guy Claude Burger, qui interdisait le blé dès 1983. La première mention que j'en ai vue remonte à 1990, dans une enquête sociale (ces mensonges sont allés jusqu'à une biopsie intestinale sur la victime, ce qui en fait un cas de syndrome de Münchhausen par proxy). Il ne s'agit donc pas d'un préjugé écolo ou du Nouvel Age, mais d'une idée qui a eu dès le début un fort soutient dans la société traditionnelle.

Les motivations de cette arnaque sont simples:

-rendre plus difficile la transition végétarienne, en supprimant un des outils de base de cette transition, voire son symbole: le pain complet.

-créer un marché captif pour des produits dont on n'a pas besoin, voire pour certains dangereux. (Dans le cas de l'instinctothérapie, rendre dépendant à la secte)

Que le sans-gluten est une désinformation amplifiante visant précisément les végés est assez facile à prouver: on trouve facilement dans les magasins bios des alternatives sans gluten au pain complet. Mais on ne voit pas dans les boulangeries classiques d'alternatives sans gluten aux croissants ni à la baguette, pourtant tous deux plus riches en gluten que le pain complet.

On note enfin que les symptômes attribués au gluten ressemblent à ceux du chlorpyriphos. Ce dernier pourrait donc être la vraie cause de ces malaises répandus (en plus d'être le principal accusé pour les TDAH et l'autisme).

La maladie coeliaque

(Permalien) Quand on fait une recherche Internet sur «l'intolérance» au gluten, les rares références scientifiques pointent vers la maladie coeliaque. En fait il y a un flou, que je qualifierai de science wikipedia.

En fait, la maladie coeliaque serait une des formes de troubles intestinaux causés par une flore intestinale déséquilibrée. Un domaine où malheureusement la science est encore très incomplète, et les médecins désarmés, malgré quelques progrès récents.

Bien entendu, le «traitement» par régime sans gluten est «long à produire son effet», ha ha ha ha!

L'intolérance au lait.

(Permalien) Elle se manifeste par un dégoût du lait, parfois handicapant. La cause en est le lactose, le sucre du lait: nous ne sommes plus sensés boire du lait passé cinq ans, et nous perdons alors l'enzyme permettant d'assimiler le lactose.

Contrairement aux intolérances imaginaires comme «l'intolérance» au gluten, très médiatisée, l'intolérance réelle au lait est encore largement ignorée, dénigrée ou censurée, à cause de l'action du lobby du lait, dont les mensonges ont aussi perverti la médecine et les services sociaux.

Cette intolérance peut aussi se manifester avec des aliments contenant du lactose, comme certaines pâtisseries.

Par contre certaines ethnies dépendantes du lait sont protégées, par sélection Darwinienne, qui favorise le gène permettant d'assimiler le lactose. La transformation du lait par fermentation (Yaourts, fromages) résout également ce problème.

L'intolérance aux topinambours.

(Permalien) La cause en est que le topinambour ne contient pas d'amidon, mais de l'inuline, que nous ne pouvons pas digérer. C'est dommage, pour une plante qui pousse si facilement, dans notre jardin personnel. (l'Inuline lui donnant sa résistance au froid). Ce serait un cas où une modification génétique de l'Humanité serait justifiée, pour nous permettre de digérer cette plante. Ou, en attendant, un «épice» contenant l'enzyme nécessaire.

«L'intolérance» au soja.

(Permalien) On a ici un cas où les multiples mensonges par omission nécessitent une discussion point par point:

- Le soja cru (flocons de soja) produit une intolérance, car il contient une enzyme qui bloque la digestion. Toutefois cette enzyme disparaît facilement à la cuisson, dans tous les procédés traditionnels ou modernes, rendant le soja préparé parfaitement supportable.

- Le soja contient des oestrogène. En fait, des recherches récentes ont montré qu'ils sont en quantité trop faibles pour avoir un effet. De toutes façons, afin d'éviter cela, la préparation normale du soja est qu'il doit être trempé dans de l'eau suffisament longtemps, et cette eau jetée. Le soja bio est sensé être préparé de cette façon... même si on ne peut pas mettre les cahiers des charges à jour pour l'imposer.

-Le soja produirait de la déforestation. Ceci est vrai pour le soja cultivé massivement au Brésil, pour la viande. Au contraire, le soja utilisé en bio ou dans l'alimentation provient de cultures locales, responsables ou biologiques. C'est donc en fait la viande qui est le principal moteur de la déforestation en Amazonie, voire le seul. Si vous mangez encore de la viande, vous savez ce qu'il vous reste à faire.

 

En réalité le soja est probablement ce qui se rapproche le plus d'un aliment complet, sûr, équilibré en acides aminées, acides gras, amidons et vitamines, prouvé par plusieurs millénaires d'expérience. C'est donc une des bases primordiales d'un régime végé.

C'est fort probablement la raison pour laquelle il attire tant de mensonges et désinformation. La différence de traitement entre l'intolérance au lait et l'intolérance au gluten pointe clairement à l'origine de ces mensonges.

Aliments goitrogènes, iode, hypothyroïdie

(Permalien) (Modifié le 15 Mars 2022) Comme promis, voici davantage d'informations sur ce sujet. Où plus que jamais il faut penser en terme de dosage, au lieu de décréter des tabous arbitraires. J'ai vu par exemple passer des «produits sans soja» à base de... tapioca, qui est pourtant bien plus goitrogène que le soja!! On a là typiquement un cas où les préjugés contre des dangers imaginaires exposent à des dangers bien réels.

Le problème ici est que certaines plantes, dites goitrogènes, diminuent l'activité de la glande thyroïde. Les plus actifs sont le manioc, la cassave et le tapioca (article dans science direct) (Article dans Science Direct). Dans les pays pauvres, la consommation régulière de ces aliments se traduit par des goitres et du crétinisme endémiques.

Toutefois d'autres aliments sont aussi légèrement goitrogènes: beaucoup de plantes de la famille des choux, le kombu (algue), le millet, le soja, les patates douces, etc. Cela ne signifie pas que tout le monde doit s'en passer, mais que, chez certaines personnes, ils peuvent être des révélateurs d'hypothyroïdie.

L'hypothyroïdie est un trouble fréquent, surtout avec l'âge, qui se traduit par de la fatigue, de la somnolence, de la frilosité, une difficulté à se concentrer, une prise de poids inexplicable, des oedèmes, etc. Si on a un soupçon, il faut consulter un médecin, qui ordonnera des analyses du TSH (indicateur de l'activité thyroïdienne). (Je pense que, chez certaines personnes, un TSH encore dans les limites peut indiquer un problème, surtout si on observe les autres symptômes). Le seul traitement est une hormone, le Levothyrox, sous surveillance médicale car l'excès est dangereux.

Il n'est donc pas nécessaire de supprimer des aliments de base faiblement goitrogènes comme les choux ou le soja. La seule précaution est, si on prend du levothyrox, de les signaler au médecin, qui adaptera la dose.

La «psychose» sur la lumière bleue qui détruirait la rétine

(Permalien) Ce bobard est apparu très curieusement au moment précis où les autorités publiques s'apprêtaient à interdire les lampes à incandescence. On pense au lobby des barjots climatosceptiques… sauf que en France l'électricité est essentiellement nucléaire. Et justement, la secte du nucléaire est connue pour ses contes a dormir debout: la radioactivité de Tchernobyl qui s'arrête aux frontières, l'hexafluorure d'uranium plus léger que l'air, l'hormésis nucléaire, les petites doses inoffensives, etc.

En réalité, les lampes à incandescence produisaient autant de lumière bleue que les LED, et le soleil cent fois plus. Si la lumière bleue rendait aveugle, on l'aurait… vu.

Mais les bobards finissent par continuer leur vie propre, même quand leurs créateurs les ont oubliés. Ainsi on trouve maintenant des trucs comme des filtres bleus pour portables, etc. Les menteurs ont créé un marché.

La «psychose» sur la laine de verre cancérigène.

(Permalien) Ce mensonge joue sur la confusion avec l'amiante, même si la laine de verre n'a rien à voir, et ne pose aucun danger de cet ordre. Les produits modernes, solubles dans le corps, mériteraient même un label bio.

Il est facile de voir d'où vient ce bobard:

-Ils proposent de la laine à la place: lobby de la viande (ou celui des mites, ha ha ha!)

-Ils proposent du chanvre «incombustible»: lobby de la drogue.

Définition: les phobies

(Permalien) Une phobie est un sentiment, pas une réaction biologique ni un comportement. C'est une peur ou un sentiment de rejet, qui peut avoir de multiples causes:

- Programmée génétiquement, par exemple la peur des serpents, qui est une protection. Il n'y a là nul symbole psychanalytique malsain.

- Suite à un traumatisme (PTSD) ou une mauvaise période de notre vie.

- Résulter d'idéologies ou de trouble psychologiques: racisme, préjugés contre le bio, etc.

Le traitement des phobies se fait par la psychothérapie, ou par un entraînement spirituel. On peut totalement éliminer les phobies par idéologie, et mieux vivre avec les phobies programmées génétiquement.

Définition: les intolérances

(Permalien) Une intolérance est une sensation physique, pas un sentiment. Elle peut s'accompagner de divers symptômes bénins mais gênants: nausée, indigestion, dégoût, etc. Il existe des intolérances qui sont les mêmes pour tous (topinambours) ou différentes selon les personnes (lait).

La psychothérapie n'a aucun effet sur une intolérance. Le seul remède est généralement de s'abstenir des aliments qui la causent. Parfois il faut dépister un ingrédient dans les listes. Par exemple, du lactose se trouve dans certains gâteaux, pouvant conduire à un inconfort digestif.

Définition: les allergies

(Permalien) Une allergie est une réaction immunitaire active de l'organisme à une substance donnée. Elles sont au minimum gênantes, souvent handicapantes, et certaines peuvent être très grave, comme l'allergie aux cacahuètes, très rare mais mortelle.

Le point important ici est qu'une allergie n'est pas forcément «causée par un allergène». Certes, il existe quelques poisons pouvant causer plus facilement des allergies, mais dans la plupart des cas une allergie est une relation personnelle entre un individu et une substance. Ainsi, ce qui est allergène pour une personne est totalement inoffensif pour une autre. Mais surtout, si une personne est allergique aux pommes de terre, cela ne signifie pas que les pommes de terres sont mauvaises. Cela n'oblige personne d'autre à s'abstenir de pommes de terre. Idem pour le soja, le gluten, etc.

Le traitement des allergies est du ressort de la médecine. Mais les traitements ne sont pas toujours efficaces, et il vaut alors mieux s'abstenir des aliments qui nous gênent. La psychothérapie n'est pas efficace contre les allergies, mais elle peut parfois être un traitement adjuvant.

Les «allergies» au gluten, au soja, etc. sont en fait des phobies, ces aliments étant très généralement tolérés et très peu allergènes. Bien sûr il peut y avoir des vrais cas, mais avec toute la désinformation amplifiante autour de ces aliments, les personnes concernées auront du mal à être reconnues par un médecin. Ce n'est pas la moindre raison pour arrêter ces pitreries.

Définitions: les «psychoses»

(Permalien) Dans le baragouin des médias, une psychose est une peur injustifiée, qui se propage par le ouï-dire. En fait, le plus souvent se sont les médias eux-mêmes qui propagent des choses dont on n'entendrait pas parler autrement, comme la fin du monde en 2012, ou le rush sur le papier toilette avec l'épidémie de Covid. En toute rigueur, il ne faudrait pas dire psychose, car c'est un trouble psychiatrique grave, nécessitant traitement. Il s'agirait plutôt de rumeurs ou de paniques, qui ont leur vie propre sans toutefois être aussi organisées que les théories conspirationnistes.

 

 

 

 

Recettes

(Permalien)

Couscous simplifié et rapide

(Permalien) C'est à dire sans le couscoussier, et végan. Mais presque aussi Arabe que le traditionnel!

- Dans une grande casserole d'eau, faire bouillir carottes, courgettes et poivron rouge coupés en morceau, en quantité à peu près égales. Saler et démarrer le feu.

- Vers la fin, ajouter une boîte de pois chiches en conserve, sans le jus.

- Vous pouvez garder ça au frigo, et n'utiliser que ce dont vous avez besoin.

- Quelques minutes avant de servir, dans les légumes bouillants:

- Ajouter des ingrédients fortement protéinés: saucisses de soja, seitan, etc. (peuvent aussi êtres servis séparément, avec leur sauce)

- Ajouter du cumin en poudre et du coriandre en poudre. D'autres épices à couscous sont disponibles.

- Ajouter du beurre végétal, ou de l'huile (olive recommandée, mais le goût est plus inattendu).

- Couper le feu, et tout de suite:

- Ajouter la graine, du couscous complet bien entendu. Le couscous blanc part en purée avec ce traitement, c'est pour ça que traditionnellement on le fait cuire à la vapeur.

- Le temps que ça refroidisse à température acceptable, la graine enfle et absorbe le jus. C'est pour ça qu'il faut plus de jus que dans la recette traditionnelle.

- On peut ajouter au dernier moment des raisins secs, mis à tremper quelques heures avant.

- Servir, avec harissa au goût de chacun.

Habun wa salam!

Glaces vegan

(Permalien) J'attend toujours de vraies glaces végan. En effet, ce qui fait l'attrait des glaces animales est leur richesse en nutriments: huiles, sucres, vitamines. Si on fait des glaces végan avec de l'amidon ou du caraghénate, elles ne seront pas nutritives, n'auront pas de prana, et les gens n'en rachèteront pas. Ce qui s'est passé vers 2019 apparemment. Quant à faire des glaces soi-même, j'ai essayé, mais je n'ai pas vraiment trouvé de recette. Les laits végétaux contiennent trop d'eau, ce qui rend la pâte trop dure et les appareils ne marchent pas dans ces conditions.