Pour le Bonheur de tous les Etres -- L'auteur -- Motivation -- Forums -- Soutenir ce site

Spiritualité:  En ce 21eme siècle spirituel (forum1) -- Une présentation du Bouddhisme

Université Shédroup Ling: Epistémologie Générale ( news1 ) -- L'Abduction Tranquille ( news1 ) ( forum1 ) -- La Vraie Economie ( publi1 )

Ressources pour un Monde Meilleur: écologie, bonheur, vie, art, esprit, livres, musiques, films...

Livres et Romans: Le monde merveilleux des Eolis -- De la science fiction actuelle: Dumria  new:Araukan  new:Typheren -- Tolkien: Rêve Elfique (forum1) -- Les Elfes du Dauriath -- Un gros projet 3D (forum1) -- Manifeste des mondes virtuels -- Vivons notre idéal dans les mondes virtuels 3D! -- Elf Dream, l'idéal elfique

Réagir: L'heure d'été (forum1) -- Droits de l'enfant violés en France -- Tabac et alcool sont des drogues -- Internet et liberté -- Logiciels buggués -- Epidémies nouvelles et hygiène de base -- Racisme et sexisme à rebours -- Une bonne constitution pour l'Europe? -- Devoir de mémoire -- Génération plombée?

English English English        Réduire la page        Agrandir la page          page plus lisible  

La loi de Pareto ne vaut pas
dans une économie altruiste

Une simulation éconophysique d'économie altruiste

 

Richard Trigaux

 

L'éconophysique prétend expliquer scientifiquement l'économie en faisant des comparaisons avec des systèmes physiques. Ainsi elle prétend démontrer la «loi» de Pareto, qui dit que la répartition des richesses se fait toujours de manière très inégalitaire, entre très peu de riches, une petite classe moyenne, et une grande majorité de pauvres. Cette loi est toujours vérifiées dans les publications des éconophysiciens, qui mettent toujours en scène des acteurs qu'ils qualifient de «rationnels», c'est à dire... parfaitement égocentriques!!! L'évidence montre que les inégalités sociales ne viennent que de là, et non pas d'on ne sait quel impératif mathématique.

Il était toutefois intéressant d'en avoir une démonstration scientifique, en ne mettant que des acteurs altruistes dans une simulation. Ainsi j'ai réalisé une petite simulation éconophysique en Javascript, pour voir ce qui se passe dans ce cas. Comme l'évidence le prédit, dès que l'on introduit un certain taux d'altruisme, la honteuse «loi» de Pareto disparaît complètement, pour une distribution bien plus équitable des richesses. Il n'y a pas besoin de mathématique pour comprendre ça, et chacun pourra le constater en jouant avec la simulation. Mais j'ai aussi trouvé un résultat intéressant, dont la valeur scientifique vaut bien celle de la «loi de Pareto»: dans une société altruiste la répartition des richesses peut se faire par exemple selon une loi de Gauss, bien plus égalitaire.

Mais la publication d'une découverte scientifique doit être toujours précédée d'une étape dite de contrôle par les pairs, pour garantir sa validité et sa valeur. J'ai donc, en Septembre 2003, proposé mon article au contrôle par des éconophysiciens ayant publié divers articles. Après quelques déceptions parfois cocasses, cette étude est enfin publiée en Mars 2005 dans Physica A, une importante revue de physique et de statistique, appartenant à l'éditeur Elsevier, qui a aussi une rubrique éconophysique.

 

Publication officielle dans Physica A (Science Direct)

(article n°35, 15 Mars 2005, volume 348, page 453-464)

 

Traduction française de la publication sur ce site (Document .pdf, 150ko)

Ce document est en partie accessible par tous, sauf la partie mathématique et la justification détaillée.

Télécharger la feuille de calcul des résultats (document Microsoft Excel, 77ko)

 

La simulation simplifiée, pour tous (page web)

La simulation complète, avec résultats numériques (page web)

 

La Vraie Economie

Liens sur Commerce Equitable et investissement éthique

 

Ecrire à l'auteur --- Démarrer un forum protégé

Soutenir ce site

 

Remarques de bon sens sur l'éconophysique

 

Quand j'ai présenté mon article, le «peer referee» m'a demandé de le rédiger dans un «style moins philosophique». Ce que j'ai dû accepter de faire, parce que l'Epistémologie Générale n'a encore aujourd'hui statut que d'idée personnelle, non reconnue par la communauté scientifique, et je ne pouvais donc pas baser une démonstration dessus.

Néanmoins l'économie est un domaine qui interagit énormément avec le bonheur, la vie personnelle et sociale, l'écologie. Si, au nom d'une démarche scientifique, on refuse d'étudier ces relations, alors on ne peut pas étudier l'économie. On étudie l'économie dans son contexte, ou pas du tout. Le problème est que les éconophysiciens prétendent se conformer aux exigences de la démarche scientifique en rejetant tout ce côté philosophique, sauf une seule «philosophie» bien précise: la conception capitaliste de l'égocentrisme et de la compétition. Quel hasard. Disons le tout net: ce choix n'est pas plus scientifique que d'étudier la seule économie hippie. Il s'agit juste d'un parti pris (inconscient, je l'espère) comme autrefois en astronomie le géocentrisme. Et les conclusions faites à partir d'un tel parti pris n'ont aucune valeur.

L'Epistémologie Générale permet de s'affranchir de ces limitations. D'abord elle reconnaît l'existence de la conscience humaine, en tant qu'objet observable (c'est même la première chose qu'on voit le matin au réveil) et sur lequel on peut donc obtenir rationnellement des connaissances. Et, reconnaissant la conscience, elle reconnaît également son contenu et ses propriétés: Les «agents» de l'économie ne sont pas des particules, mais des êtres dotés de sentiments et motivations variés, et de la capacité d'être heureux ou de souffrir. Ainsi, là où la science classique élude «le philosophique» ou «le métaphysique» (tout en acceptant comme parole d'évangile les conceptions philosophiques et métaphysiques les plus amorales et athées) l'Epistémologie Générale permet d'étudier ces domaines et de faire le tri entre ces conceptions philosophiques, entre celles qui sont valables ou non, exactement comme la science physique a fait le tri entre des conceptions physiques variées comme le géocentrisme et l'héliocentrisme.

Ainsi l'Epistémologie Générale permet d'étudier l'économie, non plus dans le seul cas d'un spéculateur boursier compétitif qui écrase des pays entiers d'un simple clic de souris, mais du point de vue de tout le monde: comment assurer tous nos besoins élémentaires et le plus possible de nos besoins culturels, pour tout le monde, avec le minimum de travail et de ressources consommées. Y compris avec la variété de philosophies et de cultures que l'on peut rencontrer dans le monde réel. Mon livre «La Vraie Economie» jette, je pense, de bonnes bases dans ce sens.