English English English        Réduire la page          page plus lisible  

Lokouten        Chapitre 17       

 

Compléments

 

 

Voici quelques informations complémentaires, que les personnages ne purent connaître, mais que le lecteur appréciera, à propos des créatures du Mandala et de la véritable fin de cette étrange affaire, bien des années plus tard.

 

 

La sonde interstellaire centaurienne était propulsée par un réacteur à fission nucléaire, du type «poussière en lévitation magnétique» («dusty plasma bed»). Elle ne pesait qu'une vingtaine de tonnes, y compris sept tonnes d'uranium et de plutonium. Elle était certes encore loin des vitesses relativistes, mais elle était tout de même sensée atteindre l'étoile la plus proche de Centaurus en moins d'un siècle. Un tel engin était tout à fait à la portée des techniques et des budgets terriens depuis avant l'an 2000, mais il implique le risque de confier des tonnes d'uranium à des fusées qui explosent environ une fois sur cent. Pour les Centauriens, au système génétique robuste et peu sensible à la radioactivité, le jeu en valait la chandelle; mais sur Terre prendre un tel risque est impensable.

Certains n'ont pas manqué de supposer que cette sonde avait cessé toute émission parce qu'elle aurait été interceptée par les Gardiens Cosmiques, en vertu de l'interdiction absolue de coloniser d'autres planètes habitées. Toutefois il n'y a aucune indication dans ce sens dans la bibliothèque de Centaurus, et on ne voit pas pourquoi les Gardiens s'en seraient pris à une paisible sonde d'exploration scientifique, qui avait été de toutes façons soigneusement stérilisée avant son départ. Fort probablement cette machine complexe avait été victime d'une simple défaillance technique.

Des tentatives ont été faites pour localiser la position actuelle de la sonde. Connaissant la date précise de la fin de Centaurus (d'après les paramètres orbitaux des satellites abandonnés) et les paramètres de vol, on était arrivé à une boîte d'erreur de quelques années lumière de côté. Mais toute tentative pour la trouver à l'aide d'un télescope quantique a échoué. Probablement elle avait été freinée par des gaz interstellaire, voire détruite par des météorites. Mais si elle existait encore après plus de dix millions d'années d'errance dans le vide galactique, elle avait dû croiser des centaines d'étoiles...

 

Le «berger» venait d'une civilisation qui avait toujours refusé la technologie, de par la prépondérance d'un fort fanatisme religieux et écologique, qui prêchait un respect outrancier de la nature, y compris dans ses aspects les plus injustes. De là l'importance des symboles pastoraux dans leur culture. Toutefois certains ascètes avaient eu l'habileté de développer leur sagesse en secret, tout en se fondant dans ce fanatisme, afin de ne pas se faire remarquer. Cela leur permit de se multiplier lentement au fil des siècles, sans encourir de répression. Jusqu'au jour où ils eurent suffisamment de pouvoir pour évincer les prêtres idiots: une révolution discrète qui resta inaperçue du peuple ignorant. Sauf que, maintenant que les sages avaient le pouvoir, ce peuple se mit à recevoir des enseignements de bonheur et d'épanouissement... toujours sans technologie, maintenant inutile. Ainsi cette civilisation s'éveilla et prit sa place dans le concert des planètes, jusqu'à la transition spirituelle.

 

Le grand être blanc de forme indistincte, la «méduse» comme certains l'appelaient, venait d'une planète très étrange. Oh, pas si étrange que ça en faits, elle ressemblait même beaucoup à la Terre, sauf qu'elle avait reçu six fois plus d'eau lors de sa formation. Elle était donc devenue une planète océan, où les plus hautes montagnes ne pouvaient pas atteindre la surface. En plus, cet océan n'ayant pas de calottes polaires, il était chaud dans toute son épaisseur, plus de quatre-vingt degrés. La vie était apparue et avait commencé à évoluer ici d'une manière très semblable à la Terre... jusqu'à l'apparition de l'oxygène.

Quand des algues ont commencé à produire de l'oxygène, il n'y avait pas d'arbres pour limiter le pourcentage d'oxygène dans l'air (note 38). Ainsi, l'oxygène s'est accumulé, jusqu'à plusieurs bars de pression, et 90 pour cent en pourcentage, trop corrosif pour toute forme de vie aérobie. En plus, cet océan chaud ne pouvait dissoudre que très peu d'oxygène, interdisant l'apparition de grands animaux. Le seul endroit où les algues pouvaient prospérer était une couche de 10 mètres d'eau pure près de la surface: les couches plus profondes étaient un enfer méphitique anoxique, saturé en dioxyde de carbone, sels, acide chlorhydrique et acide sulfurique. Au fond tombaient des dépôts de matière organique pourrie et de sulfures métalliques. Ce carbone et ce soufre étaient recyclés en dioxyde de carbone et acide sulfurique par le volcanisme de subduction.

La vie avait donc évolué d'une étrange façon: une couche d'algues microscopiques, de quelques mètres d'épaisseur, près de la surface, où des créatures ressemblant à des méduses apparurent aussi. Pour être stable, une telle couche nécessitait une certaine autorégulation des animaux, afin qu'ils n'épuisent pas les algues, et ne se condamnent pas à la famine. En plus, le vent et les vagues dispersaient cette couche. Il y avait donc une forte pression évolutive vers une sorte d'autorégulation et de liens entre tous ces animaux, au lieu d'une compétition. Les animaux avaient donc évolué vers la production de fibres les reliant les uns aux autres, évitant aussi aux algues de couler. Cela conférait une incroyable efficacité à la photosynthèse, avec une couche d'algues ressemblant à une soupe brun-rouge, où les animaux ressemblant à de la gelée transparente formaient une structure souple mais solide. A partir de sortes de Sargasses, cette peau de l'océan s'était étendue sur toute la planète, forçant la surface de l'océan à rester calme et plate, malgré les vents violents.

Ainsi cette peau océanique rougeâtre était une sorte de tissus, d'environ 10 mètres d'épaisseur, où les algues fournissaient l'aliment de base. Les animaux, semblables à des méduses dans leur constitution, mais avec des formes alongées, avaient développé des voiles, filaments et sacs pour contenir les algues et optimiser leur cycle de vie. Ils y maintenaient aussi des bulles de dioxyde de carbone afin de les aider à flotter. Mais ces êtres devaient rester transparents, afin de laisser la lumière atteindre les algues. Cela interdisait toutes les dents, os, peau, crâne, boucliers, coquilles, et même les yeux... et la prédation. Ainsi, cette peau de l'océan regorgeait d'animaux allongés, se tenant verticalement, et serrés au point de se toucher les uns les autres. Leur tête se tenait près de la surface, et leur queue descendait jusqu'à la couche anoxique, pompant les éléments nutritifs pour les algues. En mourant, ces animaux brisaient leurs liens, et tombaient dans la couche anoxique, formant une vase organique au fond.

Ces animaux devaient bouger continuellement, pour contrôler les algues et les bulles, et aussi ne pas se gêner les uns les autres. Ils avaient donc développé un système nerveux complexe. De plus, leur tête près de la surface pouvait capter l'oxygène... leur permettant de développer des cerveaux! A partir de là, vint la conscience, puis les sentiments, la spiritualité... jusqu'à la transition spirituelle!

Toutefois, ces êtres gélatineux étaient très différents d'un corps solide... Ils étaient sourds et aveugles, mais équipés de milliers de fins tentacules, avec lesquels ils sentaient leur environnement... et ils sentaient son goût, non pas dans une bouche, mais dans le volume en entier! Et chacun d'eux avait un goût différent... N'ayant pas de forme corporelle ni de limites définies, ils ressentaient plutôt une sphère d'influence, où ils savaient ce qui se passait. Leurs tentacules, réduite à quelques fibres nerveuses, s'étendirent vite à plusieurs centaines de mètres... Ils étaient si nombreux qu'ils se touchaient les uns les autres, et chacun avait des milliers d'autres dans sa sphère d'influence... ils étaient donc entremêlés, en quelque sorte. Bien sûr, il était facile pour eux d'échanger des messages, et de nouvelles idées pouvaient se répandre sur toute la planète en quelques jours, comme si ils étaient tous liés dans une sorte de gigantesque Internet neural! Toutefois, ces messages n'étaient pas des mots, mais des danses et des jeux de goûts représentant des émotions ... Un peu comme si ils communiquaient en musique, mais sans les sons!

Ainsi ces êtres avaient rapidement évolué vers une civilisation émotionnelle et spirituelle très brillante, mais complètement dépourvue de tout ego, concepts, raisonnement et logique Aristotélicienne! Pour cette raison, la plupart des humains trouvaient leur contact totalement déconcertant, ne trouvant pas leur habituelles structures de pensée, l'ego, les concepts et le langage. Ils ne pouvaient avoir recours qu'aux émotions et vibrations, et les humains incapables de les ressentir se retrouvaient vite sur la touche. Mais fondamentalement, la spiritualité et la méditation étaient les mêmes avec eux qu'avec nous. C'est ce qui explique la présence de l'un d'eux dans la petite sphère de Palomas, où il agissait en tant que gardien de l'essentiel, libre de toute implication dans les concepts et les enjeux.

 

Madame Eraert avait trop confiance en son fils Jérôme, ou les promesses fallacieuses du matérialisme spirituel. L'ego peut bien trop facilement prendre le contrôle du développement spirituel! C'est pour cela que la seule voie est la destruction totale de l'ego.

Ce qui est arrivé fut la conséquence de la mauvaise discussion entre Jerôme Eraert et quelques-uns des ingénieurs de a KRG, au cours de la deuxième visite des êtres de lumière. Jérôme s'était lié d'amitié avec trois de ces ingénieurs, et, peu à peu, par son charisme et ses vues spirituelles subtilement déformées, il avait réussi à les embringuer dans un grand projet public impliquant des lokouten! Ou plutôt des semkouten, vivant dans des mondes virtuels. Mais cela impliquait tout autant la construction de cerveaux électroniques utilisant les fameux circuits psychophysiques....

Jérôme fonda un groupe spirituel, où il évita soigneusement tous les défauts habituels des sectes. Du moins assez pour faire un bon début, car, inévitablement, ces défauts sont ressortis plus tard. Il promettait non moins que l'immortalité pour les personnes décédées, dans un fantastique réseau de mondes virtuels d'une qualité sans précédent, tournant dans un immense réseau d'ordinateurs! Ces mondes n'auraient «pas de morale», permettant des relations sexuelles avec tout le monde «à la Dumrienne»! Bien sûr, ce n'était qu'une grotesque caricature de Dumria, mais la différence était encore bien trop subtile pour beaucoup de gens. Alors, tout comme les Raéliens avec leur célèbre «méditation sensuelle» et leurs illusoires promesses d'immortalité, il rencontra un beau succès, recrutant dans la classe moyenne athée et les intellectuels matérialistes. Il a même reçu le soutien de quelques prix Nobel et autres «philosophes» de renommée mondiale, d'excellents théoriciens mais encore ignorants des bases élémentaires de la conscience.

Quand il eut réussi à recueillir suffisamment d'argent, il déclara qu'il avait réellement les moyens de réaliser son projet, grâce aux circuits psychophysique de Rolf, qu'il pouvait construire, avec l'aide de trois ingénieurs transfuges de la KRG!

Du point de vue des Gardiens cosmiques, c'était une catastrophe, avec la divulgation du secret des circuits électroniques psychophysiques! Et d'autant plus grave que l'annonce avait été faite à une audience mondiale, dans un contexte de débats houleux et de fausses théories confuses sur la survie dans le Metaverse avec des robots fantômes! Pour beaucoup de gens ignorants, c'était une voie bien plus crédible que la mystérieuse et inquiétante transition spirituelle, qui de toutes façons n'arriverait pas avant des siècles.

Bien sûr, cette «divulgation des secrets de la KRG» focalisa l'attention sur la KRG et Palomas... Le nouveau directeur de la KRG, Julian Gensher, et le nouveau directeur du centre de Palomas, Jabal Stenton, démentirent ensemble toute implication dans un tel projet, passé ou présent. Et effectivement, ils ne savaient rien, et ils ne trouvèrent aucune trace dans leurs archives. Mais bientôt ils durent se taire et ignorer le tapage, apprenant à leurs dépends que, dans toute théorie conspirationniste, le démenti est toujours interprété comme une preuve de complicité. Les gens qui savaient vraiment gardèrent le silence dès le début, ayant de toutes façons construit un alibi en béton pour la fameuse journée où ils étaient avec les Gardiens Cosmiques: ils jouait à un jeu avec Dumria! Les enregistrements vidéo ne montraient aucune trace du contact, qui avait eu lieu dans un temps psychique, comme dans une RR3. Même une perquisition complète de la KRG et Palomas n'aurait rien trouvé, mais aucun juge ne s'embarrassa d'une telle action. Pour le moment, afin d'être tranquille, Rolf Gensher était malade, tandis que Steve était officiellement dans une maison de repos pour personnes surmenées, en réalité une résidence du PEC dans les montagnes de l'Idaho. D'autres ingénieurs de la KRG, impliqués ou non, ont tout nié, et certains ont dû demander la protection de leur vie privée par la police.

Jerôme et ses principaux supporters étaient sur le point de démarrer les premières démonstrations publiques de leurs semkouten. Tout fonctionnait impeccablement au laboratoire, ils étaient parfaitement capables de contrôler leurs personnages grâce à l'influence psychophysique, en utilisant des caissons d'isolation sensorielle. Ils avaient même déjà quelques personnes décédées vivant dans leur premier monde virtuel, complets avec maisons et comptes en banque (Dans la société de Jérôme, car, comme on pouvait s'y attendre, il était encore illégal pour des morts d'avoir un compte bancaire!). Ils avaient même des preuves claires que leurs semkouten accueillaient ces personnes, car ils étaient en mesure de révéler des choses que seules ces personnes pouvaient connaître. Jerôme et ses ingénieurs avaient totalement réussi à mettre en œuvre l'incroyable technologie de Rolf!

Ce qui s'est passé lors de la première démonstration publique n'a pas été compris tout de suite. Les semkouten étaient visibles, se déplaçaient, parlaient. Mais les tests les plus poussés ne montrèrent aucune différence avec le comportement habituel de robots humanoïdes autonomes contrôlés par des générateurs aléatoires. En particulier, tous les tests ESP échouèrent.

Le débat fit rage pendant des années, jusqu'à un vaste procès, partisans et opposants débattant bruyamment dans tous les médias et forums Internet.

Les circuits psychophysiques de Jerôme furent légalement saisis et analysés. Ils ne révélèrent que les générateurs aléatoires quantiques couramment utilisés en électronique, avec des circuits pour mélanger cette valeur aléatoire au signal. Un tel dispositif n'a que de très faibles propriétés psychophysiques, déjà connues depuis 2000 et l'expérience PEAR. Ils étaient 10 000 fois moins puissants que nécessaire pour réellement diriger un robot autonome! La tension aléatoire produite était bien suffisante pour modifier son comportement, mais dans un pur hasard, tout comme des millions de robots de divertissement ou de robots sexuels faisaient tous les jours. Rolf rit longuement...

Bientôt l'idée des semkuten fut considérée comme un vaste attrape-nigauds, et Jérôme rejeté comme un escroc. Même si rien de mal ne fut jamais trouvée au sujet de Jérôme lui-même, plusieurs gestionnaires de son groupe exhibèrent les habituels abus des sectes. Mais Jérôme avait encore des partisans des dizaines d'années après, même si aucun semkuten virtuel ne montrait ne serait-ce que des traces d'influence par une personne décédée... même pas un peu, mais clairement zéro.

Des années plus tard, juste avant de rendre son dernier souffle et de rejoindre Liu dans son paradis, Steve comprit que les Gardiens Cosmiques avait probablement neutralisé les circuits de Jérôme, pour discréditer toute tentative de bâtir de véritable lokouten ou semkouten: le ridicule est bien plus efficace que l'interdiction, comme les politiciens le savent depuis des siècles. C'était une sage précaution, car tôt ou tard le vrai secret serait découvert par d'autres chercheurs. Donc le message était clair: les humains doivent évoluer dans leurs corps naturels, et, au-delà d'un certain point, garder le silence sur tout ce qui concerne les pouvoirs spirituels. On peut les utiliser en silence pour le bien des autres, mais pas les afficher. Steve avait donc quelques bonnes raisons d'être heureux et fier, avant de fermer les yeux à notre monde, laisser toute pensée, et s'abandonner en toute confiance à la lumière venue le chercher.

Lokouten        Chapitre 17       

 

 

 

 

 

 

Scénario, dessins, couleurs, réalisation: Richard Trigaux.

 

 

 

Comme tous les auteurs indépendants, j'ai besoin de votre soutient pour que je puisse continuer à travailler à ce site et que puisse exister une expression libre sur le net:

 

 

 

Notice légale et copyright. Sauf indication contraire (signe © dans la barre de navigation) ou exception légale (pastiches, exemples, citations...), tous les textes, dessins, personnages, noms, animations, sons, mélodies, programmations, curseurs, symboles de ce site sont copyright de leur auteur et propriétaire, Richard Trigaux. Merci de ne pas faire un miroir de ce site, sauf si il disparaît. Merci de ne pas copier le contenu de ce site, sauf pour usage privé, citations, échantillons, ou pour faire un lien. Les liens bienveillants sont bienvenus. Tout usage commercial interdit. Si vous désirez en faire un usage commercial sérieux, contactez-moi. Toute utilisation, modification, détournement d'éléments de ce site ou des mondes présentés de maniére à déprécier mon travail, ma philosophie ou les régles morales généralement admises, pourra entraîner des poursuites judiciaires.