English English English        Réduire la page          page couleurs pastel  

Dumria        Chapitre 3       

 

CHAPITRE 3

Le réseau.

 

 

Steve prit fort mal la nouvelle de son épouse kidnappée. Il n'était pas aussi avancé que Liu, et «accepter la souffrance» était encore quelque chose d'abstrait pour lui. «Acceptant» la souffrance ou pas, il souffrait, simplement.

Mais il avait aussi sa façon d'assumer la situation. «Accepter» le mal dans son esprit n'empêchait absolument pas de le combattre dans le monde. Steve se rappelait l'histoire de Pelkyi Dordjé, un Yogi bouddhiste qui avait assassiné le tyran Langdarma, un événement qui est commémoré chaque année à l'occasion de la fête nationale du Tibet, sous la forme de la danse monastique des chapeaux noirs.

Steve réagit en bon Américain. Cette affaire sonnait comme un défi pour lui. Il se leva de sa chaise, et marcha résolument vers la réunion secrète avec Dawa Dhondup, Sangyé Tcheugyal, le trimpon Rigzin Dordjé Phala, et quelques autres cadres supérieurs de l'université de Zambou Shédroup Ling. Tcheugyal était un grand homme chauve assez impressionnant, tandis que Rigzin était plus petit. Mais il en émanait aussi de la sévérité, vêtu comme il était d'une tchouba (note) de soie noire. Et de fait, il était vraiment fâché avec cette affaire, même si il ne manifestait aucun des désordres qui résultent habituellement de la colère. Le directeur de Lhassa de l'université Shédroup Ling était Hervé Elzécher, un vieil Européen également en costume noir avec des cheveux blancs dans le style de Beethoven. Il y avait aussi son fidèle conseiller l'impressionnant Rolf Gensher et une vénézuélienne, Esmeralda Alson, une merveilleuse vieille dame aux cheveux d'argent, vêtue comme un ange. Mais le plus étrange était un personnage que Steve ne pouvait pas voir, car il était derrière un paravent.

«Etonné, Steve? fit le directeur, sa voix quelque peu éraillée avec l'âge.

- Oui, étonnant.

- Dawa vous a dit que nous n'étions pas naïfs. En fait, nous avons depuis le début une police interne dans l'organisation mondiale de Zambou Shédroup Ling. C'était une volonté du fondateur lui-même. Et elle s'est montrée plusieurs fois très utile. Nous connaissons parfaitement plus de quinze agents de différentes organisations hostiles infiltrés dans notre réseau, et nous surveillons constamment le comportement de tous nos professeurs et chercheurs, pour dépister d'autres agents.

- C'est vrai? Mais je ne me suis jamais senti «surveillé»! Au contraire j'ai toujours trouvé ici une compagnie chaleureuse et humaine.

- Oui, mais ce n'est pas contradictoire. Bien au contraire, ça nous simplifie beaucoup la tâche, car les mauvais ne s'en repèrent que bien plus aisément, par contraste. Cette société humaine agréable doit beaucoup au fait que nous n'acceptons que des gens honnêtes et excluons ceux au comportement non-sociable ou aux idées nuisibles. Vous-même avez été strictement sélectionné dans un tel état d'esprit, et vous pouvez donc être fier d'avoir été reçu parmi nous. Par contre nous acceptons toutes les philosophies et religions, et ici à Lhassa, si vous trouvez naturellement des Bouddhistes, il y a également des Chrétiens, des Musulmans, des Taoïstes, des humanistes, et tout le reste. Je suis moi-même un humaniste Chrétien, comme vous le savez.

- Mais pourquoi ne pas expulser ces agents infiltrés?

- Haha, ceci n'est que méthode très classique de contre-espionnage. Nous savons qui ils sont, et ainsi ils sont bien moins dangereux, et même utiles. Si nous les expulsons, leurs maîtres essayeront d'en infiltrer d'autres, et nous devrons alors refaire tout le travail de les identifier. Les plus dangereux sont les agents dormants, qui peuvent passer inaperçus pendant des années et des années, jusqu'à ce qu'ils s'engagent soudain dans une action hostile. Nous les identifions parfois avec le fait qu'ils sont têtus, qu'ils manquent de coeur, ou qu'ils assimilent mal certaines subtilités de l'esprit général de notre université. Parfois aussi, les agents infiltrés, au contact de tant de gens chouettes, commencent à comprendre la vie, et ils nous révèlent alors volontairement qu'ils sont des agents. Je ne peux pas vous présenter Mlle X, qui est un membre de cette police interne secrète. Vous ne pourrez même pas entendre sa voix. Peut-être que vous rencontrez quotidiennement certains de ces agents, sans avoir seulement une idée de ce qu'est leur vraie fonction, et ils ne sont répertoriés dans aucun document. Et encore, si je vous dis ceci c'est bien parce que vous avez toujours été un membre positif, et que vous avez dans toutes les occasions fait preuve de votre honnêteté. Tout le monde se souvient que vous avez refusé le prix Nobel pour une découverte faite par une de vos étudiantes, la princesse péruvienne Angéla Dexter (Voir Les planètes Manquantes).

«Mais venons-en donc à notre problème d'aujourd'hui. Vous, Steve Jason, avez été personnellement attaqué. En tant que membre de l'université Shédroup Ling, vous pouvez être sûr que nous engagerons tous nos moyens pour vous aider. Nous pouvons également considérer que Shédroup Ling en son entier a été attaquée, afin de faire ignorer une de nos plus merveilleuses découvertes. L'intelligence même de l'humanité a aussi été attaquée, et donc cette affaire concerne tous les honnêtes gens.

- Nous vous aiderons également, ajouta le trimpon d'une voix impérieuse, malgré le fait que vous n'êtes pas d'origine tibétaine. Le fait que vous soyez un être humain est une raison suffisante pour cela.

- Merci beaucoup, monsieur.

- Mais cette affaire manifestement ne vous concerne pas seul. Elle concerne également le Tibet et notre saint Dharma. L'enlèvement a été perpétré dans un de nos plus précieux lieux saints, juste dans une loge qui a été témoin d'une obtention d'état de Bouddha. Ainsi c'est une attaque contre l'esprit humain lui-même. Ça a fait un scandale dans Lhassa, et les gens sont très en colère. Soyez sûr que la loi du Tibet sera appliquée.

«Mais voici maintenant le rapport de la police informatique. Mon autorisation a permis de pister le courrier jusque dans un serveur public aux Etats-Unis. Aller plus loin nécessiterait d'autres autorisations dans ce pays. Je peux demander cette autorisation de mes collègues américains, répondit le trimpon.

- Oui, mais demander une autorisation officielle avertirait nos ennemis.

- Steve, répondit Ervé Elzecher d'une voix douce, le réseau de Shédroup Ling a également identifié beaucoup de personnes qui ne sont pas des membres de notre université, mais sur qui nous pouvons compter dans de telles situations. Nous connaissons plusieurs juges d'instruction aux Etats-Unis et dans d'autres pays, qui peuvent fournir les autorisations nécessaires, nous permettant d'agir pleinement en accord avec la loi des USA, tout en passant parfaitement inaperçus.

- C'est parfait, juste ce dont j'avais besoin» conclut le trimpon.

Steve ne put réprimer un sifflement admiratif. Cette organisation était parfaitement efficace, et elle permettait une action très rapide. Identifier l'expéditeur de la lettre était une affaire de jours, peut-être d'heures. Le trimpon composait déjà un courrier sur son ordinateur de poche, à l'aide des mots de passe secrets d'Elzécher pour le juge américain, afin qu'il puisse identifier rapidement l'enjeu. Puis il continua:

«La police a interrogé les cinq moines qui gardaient le centre de retraite d'Eusel Drouptob Ling. Les attaquants sont descendus d'un hélicoptère en sautant à terre, comme l'auraient fait des personnes militairement entraînées. Ils sont entrés dans la salle principale, demandant en chinois où était Liu Wang. Sans aucune explication, un des bandits a donné un violent coup de pied dans le ventre de l'assistant allemand, le blessant suffisamment pour qu'il ait fallu le transporter à l'hôpital. Comme les moines ne répondaient pas, un des bandits commença à frapper l'un d'eux, mais un des autres bandits trouva l'organigramme général du centre, et tous trois abandonnèrent les moines pour monter à la loge de Liu. Une cartouche anesthésiante a été retrouvée sur place, sans trace de combat ni de blessure. Un retraitant voisin, ancien policier chinois, a formellement identifié l'hélicoptère comme un modèle souvent employé par la police chinoise et par les pompiers. Ses numéros d'identification étaient couverts de peinture, et il avait des réservoirs de carburant supplémentaires. Personne n'a pu identifier l'uniforme des bandits. Mais des cellules de peau ont été trouvées sur les poignées de porte ou sur le panneau de l'organigramme, et on les a apportées aux services génétiques de la police de Lhassa. Une enquête officielle a été ouverte par le trimpon du district, Shimé Dordjé Gyaltsen, et le gouvernement tibétain a également lancé une action internationale. L'hélicoptère a été repéré plusieurs fois avant et après l'attaque par des avions de surveillance de l'armée. Il venait de Chine, puis il est reparti vers le Nord-ouest, volant en rase-mottes pour éviter les radars. La police interroge maintenant des bergers nomades et les petits villages pour essayer de trouver la route de l'hélicoptère.

- C'est le point faible de leur plan. Il n'est pas facile de cacher un hélicoptère. Et il ne peut pas voyager à travers tout le pays sans se réapprovisionner en carburant, même avec des réservoirs supplémentaires.

- Oui. Mais ils peuvent échapper à la police de beaucoup de façons. C'est tout ce que nous pouvons dire aujourd'hui sur l'enquête..

«M. Jason, en tant qu'auteur de la découverte (Une découverte remarquable je dois dire) avez-vous une idée des motivations d'une organisation criminelle aussi fortement organisée?

- Hé bien, je me le demande. Il est difficile d'imaginer quelque motif rationnel pour cacher l'existence d'une civilisation extraterrestre. Le seul motif honnête que je puisse imaginer est qu'il y aurait quelque chose de dangereux avec cette planète. A un niveau politique ou spirituel. Mais nous ne pouvons nous en assurer qu'en observant. Et il n'est pas utile d'utiliser des moyens malhonnêtes quand on a un motif honnête. Les motifs malhonnêtes ou loufoques sont nombreux. Le plus simple que je vois serait que des scientifiques pourraient ainsi prétendre l'avoir découverte seuls, et essayeraient d'éliminer des découvreurs rivaux. Bien que cela semble assez ridicule de nos jours, un tel état d'esprit se rencontre encore. Un autre motif serait l'antique préjugé contre l'intelligence extraterrestre. Vous savez que dans la seconde moitié du 20ème siècle il y avait un très fort préjugé rationaliste, et également une massive propagande raciste anti-extraterrestres, qui tentait de nous montrer tous les extraterrestres comme absolument horribles et hostiles. Avec un tel état d'esprit paranoïaque, un découvreur aurait pu avoir lancé une censure sur Antliae 12447. Notre siècle n'est pas tellement mieux, avec tous les troubles sociaux et les mouvements fachistes qui ont salué la découverte de la vie sur tant de planètes, ainsi que l'absence de vie intelligente. Je connais personnellement des exobiologistes qui sont encore hostiles aux extraterrestres, et qui ont fait des histoires au moment de l'affaire des planètes manquantes, et vous vous rappelez de la tentative d'assassinat contre Jean Delcourt, par des hauts fonctionnaires de l'ONU! Déjà à ce moment les découvreurs avaient dû prendre des précautions très strictes contre des tentatives pour saboter l'annonce publique de la solution de l'affaire des planètes manquantes, et vous vous rappelez que moi-même je n'étais même pas dans la confidence!»

Sangyé Tcheugyal eut un petit rire. Lui, il l'était.

Le trimpon parla encore:

«Dawa la, avez-vous essayé d'observer à nouveau cette planète?

- Oui j'ai pu l'observer. Mais rappelez-vous d'abord que j'ai dû le faire en cachette, pour éviter d'être repéré par un quelconque logiciel de veille. L'astuce que j'ai trouvée a été de lancer une grève parmi mes propres techniciens! Pas tous, juste quelques postes clé. Mais c'est un jeu difficile, car nous ne devons pas dépasser la date-limite pour terminer les essais et les étalonnages. En fait les «grévistes» ont dû travailler deux fois plus, pour rattraper le temps perdu.

- Pas mal, j'en ai entendu parler, et je pensais vraiment que c'était une vraie grève.

- Oui. Les observations ont montré que cette planète est peuplée par une sorte d'humanité qui nous ressemble beaucoup, mais ils sont plus minces et plus petits. Leurs saisons très contrastées leur ont donné un sens nomade prononcé. Il semble qu'ils passent leur temps à principalement trois choses: la science, la beauté, et... le sexe. (Rire de Tcheugyal). Ils ont des rapports avec tout le monde, et pratiquent couramment des choses interdites ou déconseillées sur Terre. Naturellement nous ne les jugeons pas: ce ne sont pas des humains, et leur psychisme est différent, leur permettant semble t-il d'être heureux avec des choses que notre psychisme terrien ne supporterait pas. Ainsi ils n'ont pas besoin d'interdire ces choses, et cela fait partie de leur culture, de leur bonheur. Rappelez-vous donc que la principale contribution de notre université à l'éthique fut de ne plus la baser sur des a priori ou des dogmes «révélés», mais de baser nos autorisations et nos interdits sur les effets positifs on malheureux que tel ou un tel comportement peut avoir. Si il y a des effets négatifs, on interdit, si il n'y en a pas, alors il n'y a aucune raison d'interdire, et plein de raisons d'en profiter. Cette théorie a eu l'immense avantage de régler beaucoup de conflits entre une fausse compréhension des morales traditionnelles et une fausse compréhension de la liberté, à tel point que nous l'avons appelée «éthique scientifique».

- Oui, une telle observation pourrait être dangereuse, si elle était publiée. Vous imaginez la pagaille: des gens réclamant la même liberté que sur cette planète. Et même des gens prétendant être des réincarnations de cette humanité étrangère (Tcheugyal hurlant et pleurant de rire). Votre raisonnement au sujet de l'éthique est maintenant répandu et bien connu, mais il est encore loin d'être compris par tous. Il existe toujours des puritains dogmatiques qui enquiquinent tout le monde avec leurs problèmes, et aussi des égocentriques «libertaires» qui veulent faire tout ce qui leur passe par la tête, quelles qu'en soient les conséquences.

- Mais tout ceci n'empêcherait pas une étude par des gens comme nous, suivie d'une publication prudente.

- Oui, et vous avez étudié. Et ces gens doivent parfois faire autre chose que le sexe.

- Oui, parfois, et même souvent. Ils sont tous également des artistes. Leurs maisons sont incroyablement belles, elles ont l'air de sortir d'un rêve, comme des palais de fées. En couleurs ce doit être magnifique. Je n'ai pas trouvé de taudis et même pas de logements simples. Ils ont également un niveau scientifique et technique comparable au nôtre, et peut-être en avance dans certains domaines. Ils ont de toutes façons beaucoup d'objets techniques, toujours avec une intégration esthétique et écologique parfaite. Certains de ces palais semblent très vieux, mais ils sont toujours utilisés. Nous avons également trouvé beaucoup de satellites et de sondes sur les planètes voisines dans leur système. Il y a également d'énormes télescopes, en nombre incroyable, eux aussi installés dans des palais de fées. Avec le nouveau balayage spécial de correction Zeeman, nous avons également repéré de très nombreux télescopes quantiques, plus de mille! Mais ce balayage Zeeman a également révélé un dispositif que nous n'avions pas imaginé.

- Pas imaginé?

- Oui, répondit Dawa d'une voix basse et grave. Il y a quatre de ces dispositifs, sur des orbites géostationnaires. C'est énorme, un cylindre noir et creux, de 200 mètres de diamètre et 400 mètres de long. Il y a de vastes panneaux solaires et des racks portant de nombreux appareils de télécommunication et des systèmes d'attache, peut-être pour une navette spatiale. Mais il y a également un puissant laser, à l'intérieur à une des extrémités, qui illumine l'autre extrémité, exactement comme un projecteur dans un cinéma. Mais l'écran est couvert de la matière fluorescente généralement employée dans les télescopes quantiques. C'est pour cela que le balayage Zeeman spécial l'a découvert»

Une intense attention s'établit dans la pièce. Tout le monde s'attendait à quelque incroyable révélation, mais aucun ne pouvait seulement imaginer ce que Dawa avait trouvé.

«La fonction de ce dispositif m'apparut bientôt évidente. Le faisceau lumineux était vraiment un projecteur d'images, et il projetait en permanence des dessins et des symboles sur l'écran. Un film dont le seul spectateur ne pouvait être qu'un télescope quantique. Et l'un des quatre dispositifs est orienté exactement dans la direction de... la Terre.

- Hein?

- Ho!

- Ce n'est pas tout. Il y a autre chose encore, que j'hésite à dire.

- Quoi donc?

- Le film. C'est apparemment un film de trois minutes, montrant une succession de symboles, et qui se répète indéfiniment, en boucle. Le premier symbole n'est rien d'autre qu'une carte de... la Terre.»

Cette fois tout le monde était abasourdi, même Tcheugyal qui regardait attentivement Dawa.

«La deuxième image n'est rien d'autre que les cinq lettres «TERRE», et juste après «PAIX», suivis d'une série rapide de traductions dans les principaux langages de la Terre».

Dans la pièce c'était comme lors d'un combat, et les auditeurs de Dawa étaient de plus en plus étourdis, comme sous une série de coups.

«Puis c'est de plus en plus incroyable. La carte de la Terre réapparaît, mais avec un point clignotant, situé... au Tibet.

- Au Tibet? Mais pourquoi? C'est complètement dingue.

- Alors une série de symboles expliquent des bases de numération, et de coordonnées géographiques. Le pôle Nord est obtenu à partir de son orientation vers la galaxie d'Andromède, et une coupe de la Terre montre diverses montagnes, la plus haute étant prise comme origine des longitudes.

- Le Chomoloungma? Logique, il est facile à repérer depuis l'espace.» (L'habitude coloniale de dire «Mont Everest» avait disparu depuis longtemps).

«Tout ceci nous mène à une latitude et une longitude, avec une précision de seulement quelques dizaines de mètres. Il y avait également d'autres symboles qui semblent être un système d'échange de données informatiques, et enfin: une carte de la planète d'Antliae, avec ces lettres: DUMRIA, et leur traduction en lettres Arabes, Indiennes, Chinoises. Puis le film reboucle depuis le début. C'est tout ce que j'ai trouvé jusqu'ici.

- Mais qu'est-ce que ça signifie?

- Simple, trimpon la (note). C'est de toute évidence un dispositif de communication, répondit le directeur de Shédroup Ling, d'une voix pâle et émue.

- Comment? Vous pensez vraiment que...

- Oui je le pense. C'est tout à fait clair. Ils... Les habitants d'Antliae...

- Les Gyokhens», lança innocemment Tcheugyal, et tous les Tibétains rirent. Mais le directeur de Shédroup Ling continua ses explications sans faire attention:

- Bon, soit, les Gyokhens si vous aimez ce nom. Les Gyokhens semblent avoir découvert le télescope quantique depuis fort longtemps. Naturellement ils nous ont repérés. Ils ont même appris nos principaux alphabets. Ils ont installé le dispositif émetteur en orbite, avec le message, et ils attendent simplement que nous découvrions le télescope quantique, que nous trouvions leur écran, et que nous répondions.

- Leur répondre comment?

- Simplement: nous construisons un dispositif similaire, aux coordonnées indiquées, où ils s'attendent à ce que nous leur répondions. Nous pouvons envoyer des images, et même il semble qu'ils nous aient indiqué un protocole de transmission de données. Nos techniciens peuvent facilement l'utiliser. Ainsi ils savent que nous les avons trouvés. A ce moment-là, ils peuvent envoyer d'autres données. La communication est établie.

- C'est incroyable!

- Non: impossible, répondit le trimpon. A la vitesse de la lumière, nous ne pouvons nous attendre à aucune réponse avant des milliers d'années.

- Trimpon la, il n'y a aucune vitesse de la lumière dans cette affaire. Rappelez-vous que le principe du télescope quantique est une interaction quantique à distance. C'est en fait une émission stimulée de photons très commune, du même type que vous pouvez voir en oeuvre dans n'importe quel laser, comme celui de votre ordinateur. Mais l'isolation quantique permet que cette interaction très commune ait lieu quelle que soit la distance. Et elle est instantanée, comme dans l'expérience d'Aspect, qui a été réalisée dès le siècle dernier, en 1981.

- Instantanée?

- Oui. Ceci n'est pas très connu du grand public, mais cette caractéristique du télescope quantique a été vérifiée dès le tout début, par Erzeran Kandahar (Voir Les planètes Manquantes) et Steve lui-même, avec les lunes de Jupiter, qui ont été observées en avance sur ce que nous pouvons voir dans un ancien télescope optique. Nous utilisons couramment cette caractéristique comme moyen de détection avancée pour l'observation de supernovae et de phénomènes de ce genre, ou pour repérer des trous noirs d'après l'ancienne position d'une étoile, toujours visible avec un télescope optique, mais en réalité effondrée depuis longtemps.

- Ainsi nous n'avons qu'à construire l'émetteur et...

- Cet émetteur pourrait être assemblé très facilement, avec de la peinture fluorescente et un projecteur de cinéma, placé à l'endroit indiqué par les coordonnées. Ceci peut être réalisé en seulement quelques jours. C'est incroyablement simple, comparé à la complexité du récepteur.

- Mais... (Le trimpon avait retrouvé un certain sens professionnel) si nous en revenons à notre affaire, nous ne sommes de toute évidence pas les premiers à avoir découvert les... heu... Gyokhens. (rires encore). Cette puissante organisation criminelle qui a enlevé Liu Wang et qui nous menace pourrait déjà savoir ce que nous avons découvert aujourd'hui. Et ils auraient pu avoir déjà essayé de communiquer...

- Oui, c'est vrai. Mais alors pourquoi les Gyokhens n'auraient-ils pas répondu?

- Nous ne pouvons pas savoir ce qui s'est passé. Mais communiquer avec une intelligence extraterrestre est un enjeu puissant, qui pourrait expliquer pourquoi des individus malhonnêtes pourraient s'organiser et utiliser des moyens criminels paramilitaires, à la poursuite de quelque but que nous ignorons.

- La seule chose à faire est de regarder ce qui se passe au point indiqué par les coordonnées. Voyons la carte du Tibet» conclut le trimpon. L'écran blanc de son ordinateur se couvrit immédiatement de données géographiques.

«Voilà, sur ce petit plateau désert, pas très loin au Sud du lac Koukounor.

- Il n'y a rien de particulier.

- Données administratives?» et un réseau de lignes et de surfaces apparut.

«C'est une zone interdite.

- Ça ne nous avance pas à grand-chose: plus que la moitié du Tibet est interdite pour une raison ou pour une autre. Quel est le motif ici?

- Zone avec pollution radioactive. Un bon souvenir du «progrès» que les colons chinois ont apporté au Tibet dans les années 1960.

- Si grande?

- Oui, ils avaient dispersé des déchets radioactifs sur de vastes superficies. On a dû interdire la zone, en particulier aux bergers nomades qui concentraient la pollution dans le lait de leurs bêtes. Il y a eu des taux très élevées de leucémie et de malformations congénitales, depuis les années 1970. Il a été depuis impossible de dépolluer, parce que la radioactivité est maintenant mélangée avec le sol.

- Pfff! Incroyable!

- Quelle honte!

- Mais pourquoi ont-ils fait cela?

- La zone est actuellement sous contrôle militaire. En fait on permet à quelques personnes de s'installer de manière permanente, tant qu'ils ne mangent pas de produits alimentaires locaux. Quelques ermites indépendants peuvent également s'y cacher, et également des hors-la-loi, qu'il est souvent difficile de distinguer des vrais ermites. C'est une zone assez trouble, où beaucoup de choses sont possibles, en dépit de la surveillance régulière des avions de l'armée. En général les gens ne sont pas très chauds pour aller se balader dans cet endroit, sauf si ils ont des raisons très spéciales...

- Je pense que nous devons chercher ce qui se passe sur le point. Si il y a déjà quelqu'un, ça pourrait nous donner des indices pour savoir qui a kidnappée Liu Wang.

- Oui, mais si nous nous intéressons à ce point, ça pourrait alerter les bandits.

- Hé bien nous n'avons qu'à consulter les rapports de l'armée. Je demande les autorisations. Il est facile de demander une enquête de police sur la zone. Mais je ne le ferai pas officiellement, car la bande a probablement des complices infiltrés au ministère tibétain de l'intérieur, ou dans l'armée. J'utiliserai encore le réseau, qui a quantité de membres dignes de confiance et dévoués au Tibet. Par exemple, si je demandais au colonel Orgyen?» Et le trimpon tapa encore un message sur son ordinateur de poche, qui partit immédiatement grâce à son lien radio.

Steve se demandait quel groupe pouvait bien opérer pour essayer de censurer l'affaire d'Antliae. Le directeur répondit: «Nous avons repéré une série d'organisations qui pourraient tenter de censurer illégalement la découverte des Gyokhens.

- Haha, s'il vous plaît, directeur la, nota le trimpon, vous ne devriez pas les appeler comme ceci, car Gyokhen signifie... (murmure murmure)

- Ho, Tcheugyal! Tu m'as encore eu avec tes blagues!

- Hohoho!»

Steve nota que la relation entre le directeur et Tcheugyal n'était pas du type ordinaire de disciple à maître, mais d'une amitié familière et réciproque. Le directeur Hervé Elzécher était un scientifique de haut niveau, mais il était aussi parmi les plus grands philosophes Chrétiens du monde, un de ceux qui avaient redonné toute sa force et sa clarté au message Christique d'amour et de bonté. Il était également parmi les premiers grands Yogis Chrétiens, ce qui faisait de lui un personnage d'exception, un des rares non-bouddhistes à pouvoir vraiment parler d'égal à égal avec Sangyé Tcheugyal.

«Il semble qu'ils ont indiqué leur nom: les Dumriens, de la planète Dumria.

- Bien, Steve, C'est vous qui les avez découverts, aussi vous avez le droit de choisir leur nom. Ainsi ce sont les Dumriens. Joli, et un peu étrange, comme des elfes dansants. Mais je ne parierai pas ce que signifie ce nom dans leur propre langue. Peut-être Gyokhen?

«Mais revenons-en aux organisations. L'idée de s'opposer aux extraterrestres n'est pas nouvelle, et déjà au 17ème siècle l'Eglise avait menacé Galilée et assassiné le moine Giordano Bruno. Depuis beaucoup de scientistes et de penseurs ont tenté de répandre des idées pessimistes ou masochistes à ce sujet. Au 20ème siècle vinrent de nombreuses visions d'ovnis, dont beaucoup de monde pensa qu'ils étaient des vaisseaux spatiaux extraterrestres. Il y a eu à cette époque une opposition sérieuse par un service d'espionnage américain, la CIA, qui a utilisé de puissants moyens de propagande contre les citoyens américains, pour tenter de dénigrer ce sujet. Il est encore aujourd'hui difficile de comprendre quel enjeu a pu tellement exciter ces espions contre ces ovnis, qui ne sont pourtant absolument pas parmi les préoccupations habituelles des espions. Peu de traces demeurent, à part l'infantile rapport du Robertson Panel. Il est probable que les vrais documents ont été détruits avant 1990, quand les citoyens utilisèrent la loi FOIAct pour y obtenir un libre accès. Seuls des rapports d'enquêtes ont été fournis au public à cette époque, mais cela ne permettait pas de savoir ce qui avait motivé la propagande anti-ovni, ni quelles conclusions avaient été retirées de ces enquêtes. Aussi il est difficile de savoir quelle furent les motifs de l'action de la CIA, qui furent fort probablement des préjugés ridicules ou la crainte irrationnelle de ce qu'ils ne pouvaient pas contrôler. C'est un peu comme la haine incroyable de l'inquisition contre l'innocent phénomène des succubes.

«Cette propagande intense a été très efficace, et elle a considérablement contribué à l'idée que les ovnis étaient des illusions, et les témoins des malades mentaux, et que la question des extraterrestre était «non scientifique». Quand vint l'affaire des «abductions extraterrestres», le karma de ce vaste mensonge a mûri sous la forme d'incroyables rumeurs en phantasmes paranoïaques, mais c'est là une autre histoire. Nous savons au moins que la plupart des fausses informations, des fausses hypothèses, des faux témoignages et des faux objets «extraterrestres» provenaient en fait d'individus hostiles aux extraterrestres, aux Etats-Unis ou en Russie. L'intense propagande raciste anti-extraterrestres au cinéma et dans la bande dessinée, à la fin du 20ème siècle, ne s'est pas non plus produite par hasard, et nous avons pu remonter à des actionnaires «idéologiquement orientés», comme ce fut aussi le cas avec la culture crado-punk.

«On notera également que les agences d'espionnage aux Etats-Unis et dans le monde, étaient des organisations très puissantes, qui échappaient en partie au contrôle du gouvernement des USA lui-même. On a su que au moins depuis 1990 ils recevaient des fonds provenant de l'espionnage industriel, principalement en Europe, ce qui leur permettait d'agir pour leurs propres fins, sans rendre de comptes même au gouvernement des USA. Tous les tenants et les aboutissants de ces aspects peu reluisants de l'histoire des Etats-Unis ne sont pas encore démêlés, et on a peut-être beaucoup exagéré, mais le fait est là: il y avait déjà des groupes secrets puissants, oeuvrant à des fins étranges, en dehors du contrôle de leur propre gouvernement démocratique, voire hors la loi. Même lorsque le gouvernement des USA a réagi contre une telle honte, et a interdit et démantelé ces agences, il n'est absolument pas sûr que quelques agents n'aient pas continué illégalement, sous le couvert d'«agences de sécurité» ou de «sociétés d'information commerciale», ou d'autres sociétés paravent, une action subversive inconnue de tous, alimentée par les fonds provenant de l'espionnage économique ou je ne sais quoi. En tout cas les documents saisis autorisent les hypothèse les plus inquiétantes sur les motivations de certains agents de haut niveau. Nous avons trouvé des groupes secrets illégaux plus récents et assez effrayants, qui pourraient dater de cette époque, et qui agissent contre la religion, contre la culture, contre les économies non-capitalistes, et contre toutes les valeurs sociales de base que vous pouvez imaginer.

«Dans les années 1990 est venu l'appel de Heidelberg.

- Qu'est-ce que c'est? Je n'en ai jamais entendu parler.

- Ce n'est pas très connu, car ça a été un fiasco en seulement quelques années. C'était un appel de scientistes fanatiques, pour mettre en garde au sujet des «dangers de l'écologie» qui aurait été «opposée au progrès et aux standards de vie occidentaux»

- Pouh!

- Ha! Les pauvres gars!

- Oui, vous imaginez le genre de types que c'était. Il y a quand même eu plus de mille scientifiques de haut niveau pour signer ce tas d'idioties. Il n'y avait apparemment aucune organisation derrière, mais il est probable qu'il en ait résulté un réseau informel de scientistes fanatiques se consacrant à combattre l'écologie, la nourriture biologique, les ovnis, la spiritualité, et je ne sais quoi encore. Ce réseau a su infiltrer efficacement les médias avec de la propagande subversive, et c'est ce réseau informel qui a été le premier identifié par notre service de sécurité interne. Dès avant l'an 2000 ils étaient impliqués dans de la propagande criminelle pour les combustibles fossiles et contre la prise de conscience de l'effet de serre, et de fait ils ont sérieusement freiné la solution de ce problème. Vous en connaissez les conséquences. Ils ont également essayé dès le début de saboter la base de notre université, principalement l'Epistémologie Générale, l'idée d'étendre les méthodes scientifiques valables depuis la physique vers la spiritualité. Les méthodes qu'ils ont utilisées ont été de lancer plusieurs fausses variantes, qui ressemblaient de près au vrai concept, tels que «l'épistémologie généralisée» ou la «méthodologie de l'esprit» qui induisirent beaucoup de gens en erreur, ou qui les amena à penser que l'Epistémologie générale était quelque chose de faux ou de dangereux. Ils étaient également impliqués dans la propagande antisociale pendant les guerres écologiques des années 2020, quand les changements de climat sont devenus si graves qu'il fut nécessaire d'imposer des solutions d'urgence. Mais depuis que le vent a tourné, ils n'ont qu'à se tenir un peu tranquilles, sans compter que de nos jours parler contre l'écologie n'est pas très conseillé pour une carrière scientifique.

«Ces réseaux antisociaux furent réactivés dans les années 2080, quand il devint évident que la vie est commune sur les autres planètes, mais qu'il n'y avait aucune civilisation intelligente. Vous savez que certains scientifiques et philosophes de haut niveau ont contribué activement aux troubles sociaux à ce moment-là, en répandant des idées nocives à propos de la capacité de l'intelligence humaine à survivre, ou appelant à l'auto-destruction. Il est également apparu publiquement à l'occasion de l'affaire des planètes manquantes et de la tentative d'assassinat contre Jean Delcourt que des clans politiques étaient aussi impliqués. Ici encore tous les tenants et les aboutissants ne sont pas encore clairs, et peut-être des complices sont-ils toujours à des postes clé.

«Nos réseaux de sécurité s'activent depuis longtemps à surveiller tous ces types, et l'organisation mondiale de Shédroup Ling a été plusieurs fois l'objet d'attaques organisées: dénigrement public, fausses théories apportant la confusion avec les nôtres, contre-propagande, falsification de nos données expérimentales, infiltration, et d'autres choses encore. Nous surveillons actuellement deux groupes informels et un groupe organisé de scientifiques, et d'autres groupes dans les domaines de la politique ou de l'espionnage, qui ont aussi lancé des attaques contre nous ou contre d'autres organisations positives. En particulier il existe un groupe secret résultant des anciens services d'espionnage des USA et de l'URSS, qui est toujours très dangereux, et nous le suspectons fortement d'entraîner des commandos paramilitaires dans des bases secrètes, particulièrement dans les déserts du nord de la Chine ou dans des régions lointaines de Russie.

«Un fait récent est que, au moins depuis l'affaire des planètes manquantes, et même un peu avant, il semble que tous ces groupes malfaisants se rassemblent dans une sorte de trust mondial, comprenant des scientifiques, des politiciens, des penseurs, de l'extrême-droite, d'anciens maoïstes, et des réseaux secrets d'espionnage, dans ce qu'ils appellent le «mouvement anti-suicide», qui tente de s'opposer à l'idée d'une future transition de la Terre vers un «monde abstrait» spirituel (note). Une telle association pourrait expliquer que des scientifiques opposés par exemple à l'intelligence extraterrestre, pourraient provoquer l'action de commandos entraînés par des agences secrètes d'espionnage, ou par des nostalgiques des anciens partis d'extrême droite nazis ou maoïstes.»

Un long silence suivit la fin des explications du directeur. Tous ressentaient un profond dégoût pour la vibration sombre et effrayante évoquée par la description de tous ces groupes antisociaux aux viles activités. Il y avait aussi un sentiment de pitié pour tous ces pauvres gens consacrant leur si courte et si précieuse durée de conscience uniquement à nuire aux autres, à se nuire à eux-mêmes.

Puis le trimpon parla:

«Directeur la, je ne savais pas que vous aviez tant d'informations.

- Oui nous en avons, et nous en avons beaucoup plus, et très précises, comme des listes de noms, et même des preuves à montrer à l'occasion de procès. Le Tibet est particulièrement exposé à ce genre d'actions hostiles, depuis le voeu de Sa Sainteté l'ancien 14ème Dalaï Lama de faire de ce pays une terre pure pour la science, et particulièrement pour une science consciente consacrée au bonheur de l'humanité. Il y a eu plusieurs attaques contre votre Tibet, ou contre sa politique scientifique, et naturellement contre le Dharma tibétain (note). Mais, depuis que les responsables de ce pays sont démocratiquement élus, il n'y a aucun moyen d'éviter des infiltrations. Et il y a eu des infiltrations, et même à haut niveau. D'une de ces attaque il a malheureusement résulté une certaine défiance des fonctionnaires tibétains envers notre université. Ainsi il nous était difficile d'avertir le gouvernement tibétain de telles infiltrations, qui ont produit tous les problèmes et régressions dont vous avez été témoins.

- Hehem, il faudra voir à arranger cela. Vous ne savez peut-être pas que, depuis certaine affaire peu reluisante, vous voyez ce que je veux dire, il y a aussi un réseau confidentiel de fonctionnaires tibétains honnêtes et dévoués au Dharma. Nous savons à qui nous fier au gouvernement et dans les principaux services publics. Nous avons également quelques informations sur qui n'est «pas fiable».

- Bien!

- Je propose que nous puissions relier nos réseaux et échanger nos informations. Qu'en pensez-vous?

- Bonne idée. J'ai l'impression que nous sommes tous deux en train d'essayer de monter un puzzle: chacun de notre côté nous n'avons pas assez de pièces, mais en les mettant en commun la vérité pourrait apparaître.

- Parfait. Et ceci peut être très utile pour l'affaire d'aujourd'hui. Peut-être trouverons-nous des indices essentiels»

Les deux hommes semblèrent satisfaits. Puis la voix de Tcheugyal surgit soudain:

«C'est sûr, vous trouverez sûrement des choses. Mais rappelez-vous toujours que toutes ces méthodes sont samsariques (note). Tous ces gens qui se consacrent à de la propagande antisociale ou à des actes criminels sont fondamentalement comme nous: des courants de conscience avec fondamentalement une seule motivation: être heureux. Si ils se comportent de manière si chaotique, c'est parce que leurs esprits sont perturbés par la haine, l'ignorance ou l'attachement (note). Les contrecarrer avec leurs propres méthodes d'espions n'est qu'une solution relative. La seule solution absolue est de les libérer de leurs perturbations mentales. Ceci ne nous empêche pas d'agir de manière relative, mais seulement à condition que nous ne perdions pas de vue la voie absolue».

Un silence respectueux accueillit la sagesse du Rinpoché. Les conseils de Tcheugyal s'avéraient toujours parfaitement fondés, même lorsqu'ils semblaient complètement irréalistes. Sûrement ils devaient tous redéfinir leur action dans une vue compatissante, selon le Dharma. Mais Tcheugyal ne fut pas plus précis, aussi chacun avait à trouver comment, en comptant sur sa propre sagesse. Sauf Steve: «Steve, rappelez-vous s'il vous plaît la méditation du Lamrim (note) a propos des situations douloureuses. Vous avez une merveilleuse occasion de vous exercer.» C'était là l'humour noir typique des Lamas tibétain, et Steve l'«apprécia»!

«Tcheugyal, nous en connaissons pas mal sur les voies relatives, mais vous mêmes n'avez-vous pas quelque connaissance des voies absolues?

- Moi? Peut-être j'ai quelques surprises». Et il partit dans un de ses grands rires.

 

 

 

 

 

 

Dumria        Chapitre 3       

 

 

 

 

 

 

Scénario, dessins, couleurs, réalisation: Richard Trigaux.

 

 

 

Comme tous les auteurs indépendants, j'ai besoin de votre soutient pour que je puisse continuer à travailler à ce site et que puisse exister une expression libre sur le net:

 

 

 

Notice légale et copyright. Sauf indication contraire (signe © dans la barre de navigation) ou exception légale (pastiches, exemples, citations...), tous les textes, dessins, personnages, noms, animations, sons, mélodies, programmations, curseurs, symboles de ce site sont copyright de leur auteur et propriétaire, Richard Trigaux. Merci de ne pas faire un miroir de ce site, sauf si il disparaît. Merci de ne pas copier le contenu de ce site, sauf pour usage privé, citations, échantillons, ou pour faire un lien. Les liens bienveillants sont bienvenus. Tout usage commercial interdit. Si vous désirez en faire un usage commercial sérieux, contactez-moi. Toute utilisation, modification, détournement d'éléments de ce site ou des mondes présentés de maniére à déprécier mon travail, ma philosophie ou les régles morales généralement admises, pourra entraîner des poursuites judiciaires.