English English English        Réduire la page          page plus lisible  

Les plančtes manquantes       

 

 

Rencontre à Madagascar

 

 

Steve Jason se sentait un peu perdu dans l'immense campus de l'Université de Sciences d'Antsirabé, à Madagascar. Il commençait à se demander s'il n'était pas le seul Américain, peut-être même le seul blanc, dans toute cette foule d'étudiants malgaches aux habits colorés. Naturellement il ne comprenait pas un mot de malgache, et avait l'impression que tout le monde souriait pour se moquer de lui, ou de son ancien costume blanc dans le style du 20ème siècle. Mais naturellement il n'en était rien du tout.

Las de chaleur et de soleil, il revint finalement au petit bâtiment réservé aux invités du 5ème colloque malgache sur les planètes manquantes, qui devait commencer le lendemain 22 mai 2081. Les invités arrivaient, et Steve retrouva avec plaisir son ami de longue date, le français Jean Delcourt, un homme discret et poli, exobiologiste réputé de l'Union Européenne, lui aussi vêtu d'un ancien costume de couleur discrète. Jean le présenta à sa collègue chinoise Liu Wang, une femme mince portant une longue robe bleue toute simple, et spécialiste de mécanique quantique à l'université chinoise de Chongking. Steve avait déjà eu beaucoup d'échanges par courriel ou par vidéo avec Liu, mais il la rencontrait en chair pour la première fois, et comme souvent dans une telle occasion, il se sentit un peu gauche en lui serrant la main.

Ils se rendirent tous trois au Café Français. Bien que Madagascar fut fièrement indépendante depuis plus d'un siècle, on y trouvait encore des mots et coutumes françaises. Tous trois venaient pour la première fois dans ce pays, et ils ne tarissaient pas d'éloges sur les paysages magnifiques, les charmants habitants et habitantes, ainsi que les plats et fruits délicieux servis au restaurant de l'université.

Octavo Miranda, un aimable professeur de sociologie brésilien, les rejoignit, suivit d'Erzeran Kandahar, une grande femme gaie, qui n'était autre que la fameuse ingénieur iranienne qui avait conçu le premier télescope quantique, 16 ans plus tôt. Octavo était à l'aise dans ses vêtements de style Caraïbe, bien qu'il fut d'origine européenne. Erzeran portait une longue robe noire, comme c'était encore une coutume fréquente dans son pays. Steve fut heureux de retrouver son ancienne amie. Lui aussi avait travaillé au projet de télescope quantique, depuis le début, mais il avait été depuis affecté à la gestion des observations, et il avait quelque peu perdu Erzeran de vue.

Ils s'assirent tous les cinq autour d'une table, avec des tasses de thé ou des jus de fruits, en commentant les nouvelles de leurs pays respectifs. Ils les connaissaient toutes par les réseaux mondiaux d'information et les télécommunications électroniques, mais c'était toujours plus intéressant d'entendre quelqu'un de sa propre bouche. Liu était sur le point de déménager au Tibet, car le plateau tibétain était vraiment le meilleur endroit du monde pour les radiotélescopes submillimétriques, particulièrement la chaîne de montagnes de l'Amnyé Machen, un endroit étrange qu'ils partageaient seulement avec des bergers et des ermites. Elle était très amie avec un des spécialistes tibétains d'exobiologie, Sangyé Tcheugyal, mais ce dernier ne devait arriver que le lendemain. Il lui avait été demandé à la dernière minute de faire une contribution importante au colloque, ce qui avait surpris tout le monde. Aussi son arrivée était très attendue.

Steve se pencha discrètement vers Jean Delcourt. La nouvelle, bien qu'encore confidentielle, avait déjà un peu transpiré parmi les membres de la petite communauté d'exobiologistes, de sociologues et d'ingénieurs qui analysaient les résultats des campagnes d'observations avec les nouveaux télescopes quantiques. Il y avait eu tant de découvertes stupéfiantes avec ces machines incroyables, qu'il était difficile de réaliser que les premières observations dataient de seulement quinze ans. Et encore plus difficile de se figurer que le monde ignorait encore que eux-mêmes ne connaissaient que depuis quelques semaines.

«Cette fois, c'est l'annonce publique, n'est-ce pas?»

Jean répondit, avec un léger trémolo dans la voix: «Oui, cette fois ça y est. On y va. Nous avons tout parfaitement contrôlé. Les preuves sont très sûres. C'est même évident. Mais il y a seulement quelques jours que nous avons vraiment compris ce qui est arrivé aux planètes manquantes.

- C'est vrai? Et comment avez-vous fait?» Tout le monde se tourna vers Jean.

«Il y avait des documents. Rien moins que d'immenses bibliothèques, expliquant tout en détails, dans un langage imagé très clair, et dans un parfait état de conservation, comme si cela n'avait été conçu qu'à notre intention. Nous n'avons encore pu enregistrer qu'une petite partie d'une énorme quantité de données, mais les choses sont parfaitement claires maintenant. Nous savons ce qui s'est produit, et c'est vraiment incroyable et... et... je ne sais comment le dire, mais...

- Dites-le, demanda franchement Erzeran.

- Je ne peux pas, car c'est encore confidentiel. Le comité directeur ne veut pas que les choses soient ébruitées avant l'annonce officielle. Vous comprenez...»

Les quatre amis de Jean furent un peu déçus, mais ils acceptèrent cette nécessaire discipline. Ils ne connaissaient que trop les conséquences parfois désastreuses de telles annonces hâtives.

 

 

Les plančtes manquantes       

 

 

 

 

 

 

Scénario, dessins, couleurs, réalisation: Richard Trigaux.

 

 

 

Comme tous les auteurs indépendants, j'ai besoin de votre soutient pour que je puisse continuer à travailler à ce site et que puisse exister une expression libre sur le net:

 

 

 

Notice légale et copyright. Sauf indication contraire (signe © dans la barre de navigation) ou exception légale (pastiches, exemples, citations...), tous les textes, dessins, personnages, noms, animations, sons, mélodies, programmations, curseurs, symboles de ce site sont copyright de leur auteur et propriétaire, Richard Trigaux. Merci de ne pas faire un miroir de ce site, sauf si il disparaît. Merci de ne pas copier le contenu de ce site, sauf pour usage privé, citations, échantillons, ou pour faire un lien. Les liens bienveillants sont bienvenus. Tout usage commercial interdit. Si vous désirez en faire un usage commercial sérieux, contactez-moi. Toute utilisation, modification, détournement d'éléments de ce site ou des mondes présentés de maniére à déprécier mon travail, ma philosophie ou les régles morales généralement admises, pourra entraîner des poursuites judiciaires.