Notes sur le livre LOKOUTEN ©

 

 

Note 2 L'effet Zeeman est une variation de la fréquence d'émission ou de réception de la lumière, par un atome, en fonction du champ magnétique.

 

 

Note 3 Un exosquelette est une sorte d'armure entourant le corps. Il ne gêne pas les mouvements, se contentant de les détecter. Ces mouvements sont alors retranscrits à notre double dans un monde virtuel, qui alors marche ou agit comme notre corps physique. Toutefois, lorsque l'on rencontre un obstacle dans le monde virtuel, l'exosquelette s'oppose alors à nos mouvements dans le monde physique, à l'aide de moteurs appropriés. Ainsi on a une sensation parfaite d'être dans le monde virtuel, d'y toucher des objets ou d'autres gens.

Une des difficultés fut que les communications par satellites étaient trop lentes pour ces machines, et les pertes de données dangereuses, pouvant résulter en des chocs très désagréables, voire des blessures. Il fallut utiliser un sous-ensemble d'Internet utilisant seulement des câbles, et avec une réception garantie.

 

 

Note 4 Les Kagyoupas (Transmission Orale), ou Bonnets Rouges, sont une des quatre écoles monastiques du Bouddhisme tibétain. Elle fut la plus importante du 12eme au 14eme siècle, jusqu'à ce que les Guélougpas (les Vertueux), ou Bonnets Jaunes, ne prennent la direction du Tibet. Les Kagyoupas utilisent des pratiques yogiques de toute nature, qui sont moins en faveur chez les Guélougpas.

 

 

Note 5 Un Tulkou (littéralement: corps d'émanation) est un maître spirituel réincarné, qui a accepté ce sacrifice afin d'enseigner d'autres êtres et les libérer à leur tour.

 

 

Note 6 Un Ordinateur, comme chacun sait, est le prêtre qui accorde l'ordination à un moine. Les employés de la société IBM, en charge de trouver une traduction française à l'anglais «computer», ont pensé qu'il n'y avait plus beaucoup de prêtres ou de moines… opinion dont je leur laisse l'entière responsabilité.

 

 

Note 7 La base des méditations tantriques est de se visualiser comme une divinité, qui est alors appelée le Yidam. Cette pratique permet d'assimiler les qualités de la divinité, et surtout de développer un corps de lumière qui nous sera utile après la mort.

 

 

Note 8 Un guéshé est un docteur en science bouddhiste, pleinement habilité à enseigner le Dharma.

 

 

Note 9 Rajouter la particule «La» après un nom propre est une marque de politesse en tibétain.

 

 

Note 10 Une coutume du bouddhisme tantrique est de fabriquer des flûtes à l'aide d'os humains, habituellement le fémur d'un moine décédé (de mort naturelle bien entendu). Il n'y a pas de motivations morbides, mais un rappel de la vacuité, en particulier de l'impermanence (note 14) de la vie. Un rappel efficace, car ces flûtes font un petit son aigrelet désagréable…

 

 

Note 11 Les moines Kagyupas considèrent que les pratiques tantriques sexuelles sont une exception valable à leurs vœux de chasteté. Toutefois de nombreux abus à cette règle a contribué à la création de l'ordre Guélougpa, qui excluent formellement ces pratiques chez les moines, et ne les proposent pas aux pratiquants laïcs. D'où la demande «guélougpa» De Guéshé Kyougpo La, que la nonne rende ses vœux, comme cela est demandé à des moines guélougpa qui désireraient s'engager malgré tout dans ces pratiques.

 

 

Note 12 Les préliminaires sont une série de pratiques de méditation qu'il est requis d'accomplir avant de s'engager dans les Tantras. Normalement l'initiation ne vient que après. Mais dans le désordre qui a accompagné l'introduction du bouddhisme tantrique en occident, les disciples se croyaient souvent autorisés à s'engager dans le Tantra à peine l'initiation prise, d'où la plaisanterie de Guéshé Kyougpo La.

 

 

Note 13 Un mandala est la demeure d'une divinité tantrique, qui a créé son propre paradis psychique où elle accueille ses disciples. Les mandalas sont souvent dessinés avec des carrés et des cercles concentriques. Les carrés représentent le palais de la déité, tandis que les cercles représentent des protections qui rendent le mandala indestructible et inaccessible à un esprit malveillant. Certains mandalas sont considérés comme des univers entiers, mais tous le sont, ce n'est qu'une question de taille. Le Semtokha Dzong, au Bhoutan, et le monastère original de Samyé au Tibet, ont le plan d'un mandala.

 

 

Note 14 La mort et l'impermanence est un des concepts de base du Bouddhisme, décrivant l'éphémère et l'illusoire du samsara (note 15), puisqu'il nous faudra un jour tout abandonner, au moment de notre mort bien sûr, mais souvent aussi abandonner nos possessions, notre famille et nos amis, lors des inéluctables crises de la vie dans le samsara. Comprendre ce caractère illusoire nous mène à bâtir la motivation d'obtenir un bonheur réel et durable, en quittant le samsara.

 

 

Note 15 D'après le Bouddhisme et l'Hindouisme, le samsara est l'état d'existence lié à la souffrance, que nous expérimentons en ce monde. Cette souffrance vient du fait que nous comprenons mal la vacuité, la façon d'être des choses, problème souvent aggravé par la haine ou l'attachement envers choses ou gens. Ces deux religions proposent d'atteindre le Nirvana, un état sans souffrance, grâce à l'entraînement à diverses méditations. Le Bouddhisme se distingue toutefois par la compassion (similaire à celle du Christ) et l'idéal du Boddhisattva, qui peut renoncer au Nirvana dans le but d'aider les êtres qui souffrent encore.

 

 

Note 16 La Boddhichitta (prononcer boditchita) est le désir de progresser sur la voie de l'éveil. Elle se distingue fondamentalement de désirs mondains tels que d'appartenir à un clan bouddhiste ou de faire des rituels branchés. La véritable Boddhichitta n'apparaît habituellement que après des crises sérieuses provoquant l'extinction des désirs superficiels précédents. On distingue la Boddhichitta relative, le désir de pouvoir aider les êtres qui souffrent, et la Boddhichitta absolue, le désir de comprendre la nature ultime des choses. Bien entendu les deux sont non-duelles, car on ne peut accomplir le premier but qu'après avoir compris le second.

 

 

Note 17 Les chakras et les nadis sont des points et des canaux visualisés et ressentis dans les méditations sur l'énergie. Leur «ouverture» (quand on arrive à les ressentir) permet d'aborder les hautes pratiques tantriques.

 

 

Note 18 Les pratiques tantriques sont souvent qualifiées de secrètes, car elles sont hautement privées, dans le for de l'esprit. De plus elles ne sont pas divulguées à des personnes non préparées, car elles seraient alors très dangereuses. Mais le terme «secret» renvoie surtout au fait qu'elles se passent dans le domaine psychique, du pur esprit, qui échappe au fonctionnement du cerveau matériel. Seuls de hauts pratiquants sont capables d'accéder à ce domaine. Ici le mariage qui s'annonce ne sera pas tenu caché, mais il servira de cadre à des pratiques hautement ésotériques.

 

 

Note 19 Un getsul, ou une getsulma, est un moine ou une nonne novice.

 

 

Note 20 Tégal était un des chefs de la «conspiration anti-suicide», un être très intègre par rapport à ses idées, mais qui, au nom de son «idéal» scientiste intégriste, employait sans se poser de questions les méthodes de manipulation et de harcèlement psychologiques les plus cruelles et retorses. On voit à la fin du livre «Dumria» comment il avait appris à aimer la vie, grâce à une curieuse expérience, la FAE, une sorte de NDE provoquée et dirigée par le maître bouddhiste Sangyé Tcheugyal.

 

 

Note 21 La RMN, ou Résonance magnétique nucléaire, est un procédé qui consiste à faire osciller les noyaux atomiques à l'aide d'ondes radio VHF et de champs magnétiques, puis à observer les rayonnements radio qu'ils émettent en reprenant leur état naturel. Ces rayonnements varient selon l'atome observé, sa position, sa vitesse, la molécule dont il fait partie, etc. Des machines complexes mesurant ces rayonnements permettent alors de reconstituer des images en 3D ou en coupe du corps humain, indiquant les mouvements, la nature biologique des tissus, etc. Dès l'an 2000 ces machines permettaient d'observer des organes ou des tumeurs sans ouvrir, et sans les dangers des radiographies ou des machines à positrons. En 2102 leur précision s'était accru à l'échelle de la cellule, permettant par exemple de cibler une par une des cellules cancéreuses, voire des virus. Mais leur plus importante (et dangereuse) contribution fut la compréhension complète et détaillée du fonctionnement du cerveau.

 

 

Note 22 Un miroir à retournement temporel est une machine qui enregistre tous les rayonnements qui émanent d'un objet dans toutes les directions, et lui renvoient ces enregistrements passés à l'envers. Par exemple enregistrer une explosion, puis la retourner, produit (idéalement) une implosion correspondante. Le principal avantage de ce système est qu'il permet d'atteindre une cible précisément, même si elle est entourée d'autres objets qui diffusent ou dispersent les rayonnements: le miroir reconstitue le rayonnement d'origine, à l'envers. En médecine cela est particulièrement utile pour atteindre un organe précis dans le corps, par exemple avec des ultra sons ou des rayonnements micro-ondes, en passant à travers les autres organes, sans être gênés par eux, mais aussi sans les endommager. Une des premières applications fut les machines à briser les calculs biliaires ou urinaires sans produire aucun dommage au corps.

 

 

Note 23 Une mutation récessive est une mutation qui n'a pas d'effet visible, car elle n'est portée que par un seul chromosome de chaque paire, l'autre chromosome fournissant le gène intact qui assure malgré tout un bon fonctionnement de l'organisme. Il existe de nombreuses mutations récessives, qui ne produisent de maladie que rarement, quand par malchance les deux parents ont transmis le même gène déficient. Ainsi les mutations récessives ne sont que lentement éliminées par la sélection naturelle. Par contre l'irradiation due à la guerre nucléaire de fait des années 1950 ont produit une grande augmentation de ces gènes récessifs, qui se traduira dans quelque générations par un grand nombre de couples portant chacun un tel gène, et à l'apparition de nombreuses maladies nouvelles.

 

 

Note 24 Les Lamrims sont des textes de base du Bouddhisme Tibétain, qui décrivent l'ensemble du cheminement spirituel, depuis la création d'une juste motivation jusqu'à l'entrée dans les yogas les plus puissants. Il existe de nombreux Lamrims, publiés par de nombreux maîtres et écoles.

 

 

Note 25 Les situations douloureuses. Habituellement, nous réagissons aux douleurs par des sentiments tels que la révolte, la haine, la peur, la soumission, l'enfouissement dans l'inconscience. Toutefois ces réactions ne résolvent en rien le problème, au contraire elles ajoutent encore à la souffrance. La solution expliquée dans le Lamrim (note 24), demande de penser que ces situations douloureuses et obstacles nous arrivent à cause de nos karmas négatifs. Et seule notre pratique éthique ou spirituelle peut nous débarrasser de ces karmas négatifs. La souffrance, et même les petits obstacles de la vie quotidienne, peuvent alors être utilisés comme rappels de conscience, pour augmenter notre motivation à notre travail spirituel quotidien. Cette attitude fait de chaque échec une victoire, puisque, même si nous perdons dans l'immédiat et le relatif, en fait nous accumulons les causes d'un bonheur futur complet et impérissable. Dans l'immédiat elle nous offre surtout d'atténuer grandement la souffrance, et d'en libérer notre esprit pour l'application de solutions rationnelles au problème. Ainsi on gagne sur les deux tableaux, le problème immédiat autant que la vie future.

C'est comparable à l'idée chrétienne de «porter notre croix», mais expliqué de manière à éviter les confusions fréquentes avec le masochisme, ou que la souffrance serait nécessaire au progrès.

 

 

Note 26 La décohérence d'un état quantique est, en simplifiant, sa disparition, sa dissipation, quand l'objet quantique échange de l'information avec le monde à l'entour. C'est ce qui fait que ces états quantiques disparaissent extrêmement vite, les rendant inobservable dans notre monde ordinaire. Il y a toutefois quelques exceptions, comme les rayons laser, qui sont de la lumière dotée d'un état quantique unique.

 

 

Note 27. Une FAE (Full Awareness Episode, ou Episode de Conscience Totale) est une NDE provoquée artificiellement par un maître spirituel. La personne qui subit la FAE est alors projetée dans le monde de l'esprit, où elle a diverses expériences très positives, qui l'amènent à comprendre des choses importantes de la vie. Les NDE ont déjà des effets notables, bien qu'elles ne soient généralement pas dirigées. La FAE, étant dirigée intentionnellement, a des effets si puissants que des criminels deviennent honnêtes, des fous ou des handicapés reviennent guéris.

 

 

Note 28 Une texture est une zone d'espace qui n'a pas les mêmes lois physiques. C'est l'analogue en trois dimensions d'une surface qui peut être lisse ou rugueuse, de texture différente ou de couleur différente. Une texture d'espace se présenterait à nos sens comme un volume, avec une frontière définie, où les lois de la physique ne seraient pas les mêmes. Par exemple, si la vitesse de la lumière y est différente, la texture aurait l'aspect d'un morceau de verre réfléchissant et réfractant la lumière. Mais il serait possible de passer au travers sans sentir de résistance, car c'est toujours du vide, de l'espace vide. Si ce vide y était conducteur de l'électricité, alors la texture apparaîtrait comme un objet métallique brillant. Il serait encore possible d'y pénétrer, comme dans du vide, mais notre corps y serait détruit, car les lois de la chimie y seraient totalement différentes. En réalité les phénomènes engendrant les textures physiques sont des phénomènes cosmologiques d'une violence effroyable par rapport à notre univers usuel, aussi il n'est pas possible d'approcher ni même d'observer ces textures.

 

 

Note 29 Il s'agit ici de situation réciproque au sens de la logique quadripolaire, c'est-à-dire de deux situations qui semblent opposées l'une de l'autre, mais qui sont en fait non-duelles. Une erreur courante est de croire qu'il fait choisir une des deux situations et combattre l'autre, alors que, étant non-duelles, elles ont exactement la même valeur morale ou la même efficacité à réaliser le but recherché.

 

 

Note 30 le QI ANA est calculé en tenant compte tant des capacités de raisonnement non-Aristotéliciennes (Non-A) que Aristotéliciennes (A)

 

 

Note 31 la Maïeutique est l'art de faire comprendre aux gens ce qu'ils veulent dire, ce qu'ils ont au fond d'eux-mêmes, quand ils ne sont pas encore arrivés à le comprendre et à l'exprimer par leurs propres moyens.

 

 

Note 34 Il serait réaliste que des extraterrestres aient leurs propres unités de mesure, comme les klatous, les brwwagr, les xiilongs ou les pieds. Mais cela serait incompréhensible, aussi je traduis en unités courantes.

 

 

Note 35 La magnétohydrodynamique est l'art de manipuler ou pomper des gaz à l'aide de champs magnétiques ou électriques. Pour cela ces gaz doivent être ionisés, c'est-à-dire conducteurs de l'électricité, par exemple avec une décharge électrique. Mais cela n'est généralement possible qu'à basse pression, ce qui en rend l'usage possible seulement dans les tubes à grande vitesse, et pas dans les tubes lents avec davantage d'air.

 

 

Note 36 L'existence de tétons surnuméraires était un critère utilisé par l'inquisition pour déterminer si une personne était coupable de sorcellerie. Comme 5% des personnes en ont naturellement, les narcissiques pervers et les sadiques de l'inquisition étaient sûrs de toujours se trouver des victimes où qu'ils allaient, et de pouvoir immédiatement se livrer à leurs tortures favorites sans avoir à perdre du temps en enquêtes... A moins que la recherche des tétons surnuméraires fut un préliminaire excitant à leur plaisir sadique.

L'expression «téton surnuméraire» a été généralisée à tout critère arbitraire et dénué de sens, permettant à des manipulateurs ou à des sadiques de stigmatiser des personnes à leur fantaisie, sans que ces personnes puissent se défendre, puisque ce critère est de toute façons présent naturellement.

 

 

Note 37 Le Rapport Condon (1968) est un exemple connu, un cas d'école de fraude scientifique, toujours impuni (2011). En effet, les scientifiques consultés ont conclu à l'existence du phénomène ovni, et à l'absence d'explication plausible. Toutefois la conclusion du directeur du rapport est que le phénomène n'existe pas, ou qu'il peut se résumer à des erreurs d'observation et des troubles psychologiques. Cette manipulation de masse, organisée d'avance par Edward Condon et Robert Low, est la cause principale du préjugé psychologique idiot contre les ovnis et leurs témoins.

 

 

Note 38 Il est bien connu que les arbres produisent de l'oxygène, mais moins qu'ils limitent aussi la proportion d'oxygène dans l'air. Il en est ainsi à cause des feux de forêt. L'intensité des feux dépend fortement du pourcentage d'oxygène dans l'air. Trop faible, et le feu ne peut brûler. Trop fort, et les forêts exploseraient, propageant les incendies sur des milliers de kilomètres, absorbant l'oxygène. Cela fait que l'oxygène ne peut pas dépasser le pourcentage qu'il a sur Terre aujourd'hui. Curieusement, ce principe s'applique sur toutes les planètes où il y a des plantes basées sur les hydrates de carbone, ce qui fait que l'air de toutes ces planètes serait respirable pour les humains. Si on détecte une planète avec la même proportion d'oxygène que la nôtre, alors il y a de fortes chances qu'elle a des plantes faites d'hydrates de carbone.