Pour le Bonheur de tous les Etres -- L'auteur -- Motivation -- Forums -- Soutenir ce site

Spiritualité:  En ce 21eme siècle spirituel (forum1) -- Une présentation du Bouddhisme

Université Shédroup Ling: Epistémologie Générale ( news1 ) -- L'Abduction ( news1 ) -- La Vraie Economie ( publi1 ) -- Lumière de Trappist ( publi2 )

Ressources pour un Monde Meilleur: écologie, bonheur, vie, art, esprit, livres, musiques, films...

Livres et Romans: Le monde merveilleux des Eolis -- De la science fiction actuelle: Dumria , Araukan , Typheren -- Tolkien: Rêve Elfique -- Les Elfes du Dauriath -- Un gros projet 3D -- Manifeste des mondes virtuels -- Vivons notre idéal dans les mondes virtuels 3D! -- Elf Dream, l'idéal elfique

Réagir: L'heure d'été (forum1) -- Droits de l'enfant violés en France -- Tabac et alcool sont des drogues -- Internet et liberté -- Logiciels buggués -- Epidémies nouvelles et hygiène de base -- Racisme et sexisme à rebours -- Une bonne constitution pour l'Europe? -- Devoir de mémoire -- Génération plombée?

English English English        Réduire la page          page couleurs pastel  

Les Elfes du Dauriath

Index and Calendar

 

L'histoire de Jaime et Zetna, suite et fin.

 

Venez m'écouter en vrai!

le Vendredi, 12pm SLT (21h Française, 19hTU), Elf Dream Meetings et histoires,dans notre region virtuelle Daur Lysaer (Comment entrer)

le Samedi, 12pm SLT (21h Française, 19hTU), Elf Dream Meetings et histoires,dans notre region virtuelle Daur Anarie (Comment entrer)

Je suis connu dans le virtuel sous mon nom d'artiste Yichard Muni, ainsi que dans le groupe «Elf Dream» (Rêve elfique) dans MEWE, réseau social respectueux de notre vie privée, approuvé comme tel par les créateurs de l'Internet.

 

Soutenir ce site

Ce texte s'insère dans une intrigue plus vaste. Il vaut donc mieux lire d'abord «Le Baiser des Mondes», afin de ne pas gâcher la surprise.

 

L'histoire de Jaime et Zetna, suite et fin.

Par Yichard Muni, barde elfe

 

 

(Le début de cette histoire est ici)

 

Cette histoire est la suite de l'histoire de Jaime et Zetna, qui se sont rencontrés dans une communauté d'humains voulant devenir Elfes. Cette communauté n'était pas authentique, mais Jaime et Zetna furent trouvés plus tard par de véritables Elfes. Ils se marièrent rapidement, et vécurent avec les Elfes du Nyidiath pendant deux ans.

C'était environ un siècle après le grand exil des Elfes vers le Dauriath. Et, en ces temps, il était difficile pour les Elfes restant de vivre dans le Nyidiath: ils leur fallait se cacher sous des apparences humaines banales. Mais ils avaient encore quelques lieux amis, avec des humains qui les soutenaient. Ce qui leur permettait de construire des navires, et de traverser le terrifiant passage du Horiathon.

Le Horiathon était l'endroit où l'océan du Nyidiath était aspiré vers le Dauriath, dans une sorte d'énorme tornade. Même les navires étaient emmenés vers le haut, et de cette façon ils finissaient par tomber sur le Dauriath. Mais, afin de supporter le choc de l'arrivée, ces navires croiseurs de Horiathon devaient être construits solides et étanches, car ils pouvaient tomber dans n'importe quelle position. Heureusement, la gravité était très faible en ce lieu, et ils ne se faisaient pas vraiment mal, malgré cette chute de plusieurs kilomètres.

Une fois sur le Dauriath, ils coupèrent le toit de leur navire, de sorte qu'il eut l'air plus normal. Mais ils leur fallait encore deux ou trois semaines de navigation pour atteindre leur destination…

Il faut savoir ici que Jaime et Zetna étaient encore en partie humains. Ils avaient des cœurs d'elfes, mais sans avoir encore reçu toute la magie elfique. La raison est qu'ils s'étaient mariés en tant qu'humains: dans un mariage entre humain et elfe, la magie elfique vient rapidement à cet humain. Mais quand deux se marient en tant qu'humains, la magie elfique a besoin d'années pour venir, et pour cette raison ils furent envoyés sur le Dauriath sans attendre d'avoir tout reçu. Mais pour les Humains, de longues semaines de navigation avec une nourriture insuffisante étaient épuisants. Ce qui fait que les Elfes à bord du navire étaient fatigués, et d'autant plus Jaime et Zetna... six semaines à plusieurs centaines dans un espace clos, sans se laver, sans bouger, c'était très difficile, même pour les Elfes. Mais leur liberté était à ce prix …

Il faut aussi savoir que, dans le Dauriath, les océans montaient. Donc les Elfes ne bâtissaient rien de permanent près des rives. Au lieu de cela, ils montaient sur les collines, sachant qu'elles deviendraient des rivages plus tard.

C'est ainsi que Jaime et Zetna sont arrivé en ce lieu elfique qui serait désormais leur demeure. Ils atterrirent au pied d'une chaîne de collines, dans un port temporaire fait d'une sorte de quai flottant. De nombreux elfes du Dauriath les attendaient, pour pouvoir prendre soin d'eux. Huit cents personnes affamées et fatiguées arrivant toutes ensemble, ça se remarque!

Les Elfes avaient un monde à construire à partir de rien, de sorte que Jaime et Zetna ne s'attendaient pas à trouver des merveilles. Même les autres elfes pensaient arriver dans des endroits très pauvres, avec des cabanes de fortune et de vêtements bruns... Ils n'aiment pas cela, mais cela ne les empêchait toutefois pas d'être heureux, malgré tout.

Cette première soirée dans les docks flottants était déjà surprenante. Ces structures de bois étaient de bonne qualité, même si strictement techniques, comme les navires croiseurs de Horiathon. Les vêtements aussi étaient beaux, même si ils ne voyaient aucune soie ou satin délicats comme dans le Nyidiath. Le paysage autour n'était plus visible, car il faisait déjà noir. Et, en cette première soirée, ils n' avaient pas envie d'explorer les lieux! Ils pensaient plutôt à se dégourdir leurs jambes maladroites, et se laver! Mais ce fut leur première nuit dans les terres des elfes!! Encore aujourd'hui ils en gardent un souvenir ému…

 

Le lendemain matin, ils étaient quelque peu reposés, et désireux d'aller de l'avant. Mais leur première vision de leur nouveau monde fut plutôt triste: tous les grands arbres sur la rive mouraient, à cause de la montée de l'océan. Certains portaient encore du feuillage roux, des lianes pendantes ou de la mousse... Des troncs énormes jaillissaient encore de l'eau... Mais que pouvaient-ils faire contre ces forces cosmique déchaînées travaillant leur monde? Alors ils se contentaient de couper quelques-uns des arbres voués à la mort, pour leur propre usage. Mais ce n'était qu'une infime partie de la perte totale... En attendant, les Elfes avaient au moins trouvé une utilisation à ces troncs d'arbres morts jaillissant partout: de soutenir une passerelle permettant d'atteindre le véritable rivage, au-dessus des débris de branches mortes tombées.

Bientôt ils furent sur la terre ferme, dans la vaste forêt verte... Ils étaient tous heureux et soulagés de marcher librement, de voir se l'herbe verte, de sentir l'odeur de la terre! Non seulement les elfes aiment la nature, mais ils sont en symbiose avec elle…

Ils trouvèrent vite le chemin vers le haut... une longue montée en vue, pour leurs pauvres jambes... Mais surprise, des chevaux étaient là pour porter Jaime et Zetna, qui avaient besoin de beaucoup plus de temps pour récupérer.

Comment les elfes avaient-ils pu amener des chevaux dans le Dauriath? C'était interdit par les traités... Probablement ils furent envoyés avant la signature des dits traités... de sorte que, un siècle plus tard, il y avait beaucoup de chevaux pour aider! C'étaient tous des chevaux doux, semblant errer librement à l'entour, mais ils venaient à l'appel et semblaient heureux d'être harnachés. Leur démarche était parfaitement sûre, très confortable pour leurs cavaliers... même leur crottin n'avait que peu d'odeur…

Des chevaux elfiques! Probablement avaient-ils reçu quelque magie...

Ainsi le groupe s'engagea sur un large chemin, sous les feuillages...

La forêt était magnifique... des troncs massifs et une voûte de branches se découpaient contre une canopée de vitrail vert lumineux, avec des myriades d'oiseaux, toutes sortes de champignons de couleurs rigolotes, pas d'insectes désagréables, et en général aucun animal dangereux.

C'est parce que la vie n'était apparue que récemment sur le Dauriath. Les oiseaux avaient trouvé le chemin eux-mêmes, mais les animaux à pattes avaient été envoyés par les Elfes, dans des radeaux. Et les Elfes avait décidé qu'il n'y aurait pas de prédation, pas de chair déchirée, pas de peur, dans le monde du Dauriath. Et il n'y en avait pas.

Le groupe monta lentement le chemin qui serpentait le long de la pente, à travers de petits vallons. Chaque lieu de la forêt semblait bruisser différemment, avec une vibration différente, et même une lumière différente.

Ici, un ruisseau chantant...

Là, de grands rochers sombres inquiétants surplombant leur chemin...

Là-bas, la forêt était moins dense, avec une lumière dorée se répandant dans le sous-bois...

Ils grimpèrent petit à petit, car ils étaient encore fatigués, les jambes douloureuses de rester assis dans un espace étroit pendant des semaines. Mais Jaime et Zetna étaient les plus épuisés, amaigris par le manque de nourriture. Alors les chevaux étaient vraiment les bienvenus...

Après quelques heures de marche, la pente diminua, avec davantage de lumière dans le sous-bois, moins d'arbres, ou plus petits. Des sons étranges se réverbéraient sous la voûte de verdure…

Indistincts...

Des chants?

De la flûte?

Une musique?

C'était extrêmement émouvant, comme d'un bonheur depuis longtemps oublié...

 

A un tournant du chemin, de magnifiques arbres apparurent, couverts de fleurs rouges.

Plus loin sous ces arbres, des prairies illuminées ou des espaces ouverts devinrent visibles. Ils commencèrent à rencontrer des elfes locaux sur le chemin, occupé à diverses choses. Chaque fois, c'était une séance d'aimables étreintes et baisers, avec de joyeux mots de bienvenue.

Mais la principale surprise fut que ces Elfes avaient de bons vêtements, juste de couleurs moins variés, surtout de jolis bleus et rouges, avec les teintes pastel associées. Ainsi les elfes étaient arrivés à avoir du tissus blanc, et quelques bons colorants! Nos amis virent de beaux vêtements blancs plus tard, même s'ils n'étaient pas si blancs que les vêtements de luxe du Nyidiath.

Ils rencontrèrent un groupe d'enfants elfes... Imaginez, déjà, comme les elfes sont aimables et beaux... Mais des elfes enfants! Ils étaient joyeux, un peu timides, chantant tous ensemble un hymne de bienvenue…

Le chemin serpenta encore un peu entre des bosquets et des petites buttes (ils comprirent plus tard que c'étaient des maisons). Il devenait plus large, comme une petite route, avec des traces de roues de chariot. Des sentiers adventices conduisaient à de petites maisons cachées dans les buissons ou les rochers.

Soudain le chemin émergea de la forêt, en terrain ouvert, dans un paysage de petites collines couvertes de buissons verts et rouges, avec des murs en pierres sèches soutenant de nombreuses terrasses pour des jardins et des cultures. Chaque terrasse avait son propre arrangement de plantes, de rochers et de buissons, avec de petites maisons ici ou là, beaucoup de fleurs, et des jardins très bien entretenus. Certains arbres ombrageaient des petites cours fleuries, soutenues par des murs en pierre.

De loin, une douce musique réverbérait une forte émotion, et, s'approchant, à chaque fois qu'ils traversaient une terrasse, les elfes se rassemblaient et leur souhaitaient la bienvenue en chansons!

 

Enfin ils arrivèrent dans une des maisons collectives... qui était bien mieux que tout ce qu'ils avaient imaginé! Sa silhouette générale était arrondie, mais en approchant ils découvrirent des murs inclinés vers l'intérieur à environ 45°, avec des toits de tuiles en pente douce... Oui, des tuiles, qui lui donnaient un air de bonne et solide construction, à l'opposé des cabanes qu'ils avaient imaginé... Au sommet du toit, plusieurs cheminées émergeaient.

S'approchant encore, ils virent que les murs en pente étaient en fait des contreforts, séparant dee petits patios et cours à demi-couvertes plantées d'arbustes et de fleurs. Les mur de bois avaient eux-mêmes de vastes fenêtres... Oui les habitants avaient réussi à fabriquer du verre! Non des pleines fenêtres, mais des panneaux de petits morceaux de verre brut, comme dans notre Moyen Age. Ils étaient plus ou moins colorés dans des tons jaunâtres, donnant une lumière chaude à l'intérieur.

Ce n'étaient pas des cabanes de fortune, mais de véritables maisons de bonne charpente et solide maçonnerie. Le plan global était une place centrale, avec des murs intérieurs de pierre, pour la cuisine et les cheminées. Autour étaient plusieurs grandes salles de réunion ou de travail, y compris une salle de classe, et des petites pièces de bureau ou de stockages. Et, malgré leurs dures conditions et l'urgence de la survie, les Elfes avaient pris le temps de sculpter toutes les poutres avec des figures mythologiques ou d'anges! Et les murs de pierre intérieurs avaient aussi des formes arrondies... Ils avaient même trouvé le moyen de faire de la peinture, bien que seulement quelques couleurs étaient disponibles à ce moment.

Ainsi c'était un lieu chaleureux, tout en bruns et jaunes...

Jaime et Zetna, et même les autres Elfes, furent vraiment étonné de tout le travail accompli ici, et ils dirent que cet endroit était vraiment beau, et déjà très elfique, malgré l'absence de plusieurs matériaux utiles tels que le ciment ou la peinture.

Des meubles confortables entouraient les pièces, avec de nombreux en magnifiques instruments de musique. Certains venaient du Nyidiath, et ils étaient très beau. Mais de nombreux instruments étaient nouveaux: en dépit de leurs conditions difficiles, les artisans elfes avaient pris le temps et la patience de faire des instruments vraiment merveilleux!

 

Après une brève mais belle fête, on offrit aux nouveaux arrivants des places dans des dortoirs, où ils purent se reposer pendant quelques jours et retrouver toutes leurs forces et capacités. Pendant ce temps, leurs bagages étaient amenés depuis leur navire. Décharger les bagages nécessitait le démantèlement de leur navire croiseur de Horiathon, car la plupart de la cargaison consistait en lingots de métal cachés dans la quille, de sorte qu'ils n'avaient pas besoin d'ajouter une charge de lest inutile.

Ils apportaient également toutes sortes de choses que les Elfes du Nyidiath avaient jugées utiles: des outils, des instruments de musique, des livres, de la teinture, des tissus rares, des graines rares, des produits chimiques et des instruments scientifiques, car la science commençait à se dégager du tabou religieux, sur le Nyidiath.

 

Après quelques jours, ils leur fut attribués des maisons, ou des endroits pour en construire. Ils n'eurent que le délicieux embarras du choix: il y avait tant de nids d'amour, sur les terrasses, ou dans les bois …

Jaime et Zetna choisirent un petit vallon entre deux terrasses. L'est et l'ouest étaient des murs de pierres sèches, irréguliers avec de nombreux endroits pour les plantes et les fleurs. Côté nord, les deux murs se rapprochaient, mais avec encore un peu de place pour des plantes et un autel de plein air. Le sud était ouvert au soleil. Il y avait déjà une maison de bois contre le mur ouest. Ils l'utilisèrent d'abord, mais c'était une des pauvres cabanes du début, plutôt décrépite. Alors ils en construisirent une meilleure, contre le mur Est.

Ainsi, ils purent s'aimer, et devenir petit à petit de véritables elfes...

Plus tard, un couple d'amis reconstruisit la vieille maison de l'ouest. Ainsi ils eurent une petite cour entre les deux maisons. Les arbres qu'ils avaient plantés crurent, et firent une arche protectrice au-dessus d'eux. Ainsi, quand ils décidèrent d'avoir des enfants, ils eurent un lieu vraiment charmant.

Au temps des tout premiers arrivés, les enfants étaient déconseillés: ils avaient un monde à construire, avant de pouvoir les nourrir. Mais maintenant qu'ils avaient une industrie et une agriculture organisés, il leur fallait faire des enfants, et ils y étaient encouragés, afin de peupler le Nyidiath.

Ainsi Jaime, Zetna, et leurs deux amis, vécurent un siècle de bonheur ici, à élever leurs enfants. Également, si les elfes sont généralement pudiques en public, ils sont libres de tabous, et ont peu les trouver nus, ou à s'aimer, dans ces agréables lieux privés. Il est bien mieux de s'aimer dans la lumière, plutôt que de toujours voir le corps dans l'obscurité: on finit par le sentir comme si il était sombre lui-même.

Plus tard, Jaime et Zetna déménagèrent, et firent autre chose. Mais je pense que ce bel endroit existe toujours, et n'a pas beaucoup changé, avec des gazouillis d'enfants, de la musique, des fleurs, des murs de pierre ou de bois, des toits de tuiles et des vitraux…

 

 

 

Fin de cette histoire.

 

 

 

Cette histoire fut improvisée deux fois lors de mes soirées bardiques elfiques dans Second Life. Je l'ai depuis mise sous forme littéraire.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Scénario, dessins, couleurs, réalisation: Richard Trigaux.

Comme tous les auteurs indépendants, j'ai besoin de votre soutient pour que je puisse continuer à travailler à ce site et que puisse exister une expression libre sur le net:

Notice légale et copyright. Sauf indication contraire (signe © dans la barre de navigation) ou exception légale (pastiches, exemples, citations...), tous les textes, dessins, personnages, noms, animations, sons, mélodies, programmations, curseurs, symboles de ce site sont copyright de leur auteur et propriétaire, Richard Trigaux. Merci de ne pas faire un miroir de ce site, sauf si il disparaît. Merci de ne pas copier le contenu de ce site, sauf pour usage privé, citations, échantillons, ou pour faire un lien. Les liens bienveillants sont bienvenus. Tout usage commercial interdit. Si vous désirez en faire un usage commercial sérieux, contactez-moi. Toute utilisation, modification, détournement d'éléments de ce site ou des mondes présentés de maniére à déprécier mon travail, ma philosophie ou les régles morales généralement admises, pourra entraîner des poursuites judiciaires.