Pour le Bonheur de tous les Etres -- L'auteur -- Motivation -- Forums -- Soutenir ce site

Spiritualité:  En ce 21eme siècle spirituel (forum1) -- Une présentation du Bouddhisme

Université Shédroup Ling: Epistémologie Générale ( news1 ) -- L'Abduction Tranquille ( news1 ) ( forum1 ) -- La Vraie Economie ( publi1 )

Ressources pour un Monde Meilleur: écologie, bonheur, vie, art, esprit, livres, musiques, films...

Livres et Romans: Le monde merveilleux des Eolis -- De la science fiction actuelle: Dumria  new:Araukan  new:Typheren -- Tolkien: Rêve Elfique (forum1) -- Les Elfes du Dauriath -- Un gros projet 3D (forum1) -- Manifeste des mondes virtuels -- Vivons notre idéal dans les mondes virtuels 3D! -- Elf Dream, l'idéal elfique

Réagir: L'heure d'été (forum1) -- Droits de l'enfant violés en France -- Tabac et alcool sont des drogues -- Internet et liberté -- Logiciels buggués -- Epidémies nouvelles et hygiène de base -- Racisme et sexisme à rebours -- Une bonne constitution pour l'Europe? -- Devoir de mémoire -- Génération plombée?

English English English        Réduire la page        Agrandir la page          page plus lisible  

Racisme et sexisme à rebours

 

De nombreux mouvements récents ont dénoncé le racisme, le sexisme et toutes les formes de discrimination en fonction de la race, du sexe, du mode de vie, des choix philosophiques ou spirituels.

 

Cela est très bien, et ne peut être contesté ni sur le fond ni sur l'intention.

 

Toutefois le problème que je signale dans cette page est que de nombreux excès sont maintenant commis dans l'autre sens, au nom de ces mouvements. C'est ce que l'on appelle le racisme à rebours, ou le sexisme à rebours, et ils sont tout aussi douloureux que ce qu'ils prétendent dénoncer! Pourquoi en est-il ainsi? Parce que on n'a pas résolu le problème fondamental à la base de toute discrimination: cette idée absurde que les groupes humains seraient des sortes d'individus collectifs, dont chaque membre partagerait intention et responsabilité avec tous les autres, comme si il n'y avait qu'un seul cerveau pour tous ces corps: «les Noirs» «les femmes» «les Juifs»... Mais absolument rien de tel n'existe nulle part dans la nature! Ce n'est qu'avec l'élimination de cet esprit de clan dualiste que toutes les formes de discrimination idiotes disparaîtront vraiment. Si on ne commence pas par ce nécessaire travail psychologique, alors toutes les politiques de «compensation» ou de «protection» ne feront toujours qu'inverser les problèmes.

 

Sexisme à rebours

Racisme à rebours

discriminations contre la religion ou la philosophie

Ecrire à l'auteur --- Démarrer un forum protégé

Soutenir ce site

 

SEXISME A REBOURS

 

Les mouvements féministes, des suffragettes du 19eme siècle aux féministes modernes, luttent sans relâche pour obtenir une égalité de droit et de fait entre hommes et femmes.

 

Et elles ont raison.

 

Toutefois les faiblesses mentales qui amènent un homme à être sexiste (a détester les femmes, ou à avoir des difficultés de relations avec elles) ont autant de chances de se produire chez les femmes. Donc la proportion de femmes sexistes (détestant les hommes ou incapables de vivre avec eux) doit être très comparable à celle des hommes sexistes. Seulement, dans une société encore significativement imprégnée de pouvoir machiste, ces sentiments sexistes «féminins» ne peuvent pas se manifester si ouvertement. Pourtant ces comportements sexistes à rebours existent, et ils produisent tout autant de souffrance et de chaos que les comportements machistes. Et peut-être même davantage, car on ne pense généralement pas à s'en méfier.

 

 

Généralement un phallocrate (sexiste direct) a envers les femmes un comportement frustre, autoritaire et méprisant. Il est sûr, de par son «pouvoir» et de par l'approbation de ses «pairs», d'obtenir ce qu'il veut des femmes, ou sinon d'exercer impunément ses rétorsions. Au besoin il pourra user de violence physique, encore très «admise» dans le monde, même en Occident. Dans la société actuelle, au contraire, une femme sexiste n'a pas de «pouvoir» ni d'approbation sociale; aussi ses stratégies contre les hommes feront plutôt appel à la ruse, à la séduction, à la manipulation sentimentale et psychologique, et se traduiront donc par un harcèlement moral, sans violence physique, mais aux conséquences toutes aussi dévastatrices. Ces agressions se targueront parfois de vouloir viser les phallocrates, mais en réalité elles atteindront toujours les hommes aimables et innocents.

Les comportements sexistes à rebours sont donc beaucoup plus difficiles à détecter que les comportements phallocrates. Aussi, si nous avons un soupçon, ou si les choses «vont mal» sans raison apparente, il nous faut alors déployer une attention de tous les instants.

La manipulation la plus fréquente est bien évidemment la séduction. Pour endormir la méfiance de sa proie, une femme sexiste se donne l'apparence d'une femme amoureuse ou sexuellement intéressée, ou encore elle se montre sous un jour différent de ce qu'elle est réellement. Par exemple avec un homme intéressé par la spiritualité elle se prétendra spirituelle, mais sans bien sûr jamais faire de pratique réelle. La méthode est différente de celle des hommes sexistes, mais le but est le même: s'approprier et asservir un autre être. Ce n'est que quand, avec l'âge, son apparence physique ne la sert plus, que la femme sexiste se révélera pour ce qu'elle est vraiment: autoritaire, hargneuse, arbitraire, égocentrique, harcelante. Tableau Ô combien connu...

Une autre manipulation courante est de traiter le mari comme si il était un petit bébé, attitude parfaitement symétrique du paternalisme phallocrate. Et tout aussi insupportable.

Un homme sexiste qui ne veut plus d'une femme se contente de la plaquer, sans que cela ne lui soit reproché par ses «pairs». Mais pour une femme sexiste, dans une société encore à dominance masculine, les conséquences peuvent être plus graves. Aussi la technique est de harceler l'homme, jusqu'à ce que ce soit lui qui s'en aille. Cela peut arriver quand l'homme n'est plus «intéressant» car il a perdu sa santé ou ses revenus (chômage, retraite...). La femme sexiste lui fera une vie d'enfer, jusqu'à ce qu'il parte de lui-même. L'image typique est celle d'un homme à l'heure du repos, qui médite, lit un beau roman ou écoute une belle musique. Sa femme sexiste choisit précisément ce moment pour lui rappeler qu'il faudra racheter du papier-cul. Bon, bien sûr, de telles bévues peuvent arriver à tout le monde, mais quand ce genre de choses «se produisent» souvent, et que vous vous faites remballer quand vous demandez gentiment un peu de respect, alors vous avez affaire avec une femme sexiste, ou atteinte d'une autre forme de perversité morale: DIVORCEZ IMMEDIATEMENT.

Note importante: ces conseil s'appliquent bien entendu à des hommes gentils et innocents. Nul doute que des phallocrates ou des narcissiques pervers en tireront avantage pour se dire harcelés par leur compagne innocente. Mais pour ces hommes là mon conseil est très différent: ALLEZ VOUS FAIRE SOIGNER.

Une technique souvent employée (par les femmes sexistes comme par les hommes harceleurs) est d'alterner des périodes apparemment très amoureuses entre deux crises. Ainsi la victime espère à nouveau, pardonne, croit en son bonheur... mais ces périodes heureuses ne servent qu'à «faire passer» un nouveau caprice, une nouvelle exigence. Cette alternance même doit alerter, surtout si il ne «faut pas» parler des problèmes. En effet seule une personne complètement insensible peut ainsi passer de la colère aux sourires, sans remords, sans aucune trace de regret ou de culpabilité. Toute personne normale restera plus ou moins choquée, blessée ou triste des crises passées. Elle tentera d'en éviter d'autres, et si vraiment notre comportement la choque, elle s'éloignera plus ou moins rapidement, mais elle ne fera pas ce va-et-vient trompeur.

Quand un homme commence à se rendre compte que sa compagne sexiste le harcèle, la toute première chose à faire est de STOPPER TOUTE RELATION SEXUELLE, avant d'avoir un enfant dans ces conditions! Même la contraception n'est pas une protection, car un «oubli» est si vite arrivé! Et quand il y a des enfants, c'est trop tard, il ne vous reste plus qu'à étudier le judo spirituel sur la bonne façon d'utiliser la souffrance. Sans oublier un bon avocat pour tenter de protéger les enfants. Sans garanties. En effet, les enfants sont de précieux otages, lors des actions juridiques, pour obtenir de l'argent, ou pour se venger du père en les torturant mentalement. Mais la femme sexiste peut aussi se débarrasser des enfants quand ils commencent à lui coûter plus cher que ce qu'ils rapportent d'allocations familiales. Ce genre de scénario peut sembler ahurissant, et même impossible, pour qui n'en a pas été victime (comme moi). Le coût en souffrance est énorme, pour les pères maltraités, pour la société, et surtout pour les enfants privés de toute éducation, frustrés de toute affection, qui n'auront eu pour former leur personnalité que ces références chaotiques et fascistes.

 

Mais la palme de l'atrocité revient à ces «femmes» qui lancent de fausses accusations de pédophilie pour se débarrasser de leur mari. Un cas vient d'avoir lieu à Castres, au début d'Octobre 2002: un homme accusé par son épouse, sur la base d'un discours enfantin «interprété», et qui a été (heureusement) blanchi par la justice. Aux USA, champions de la justice aberrante, des hommes ont été emprisonnés à vie sur la base de «souvenirs» prétendument retrouvés sous hypnose, chez des enfants qui autrement ne se sont jamais plaint de rien!!!

 

Dans les mouvements «alternatifs» des années 1970, années dorées des féministes «radicales», j'ai vu des choses qui paraîtront, là aussi, incroyables à des personnes qui n'ont pas connu ces milieux. Le sketch sexiste le plus courant était la fausse accusation de viol, très organisée, avec rendez-vous, «témoins» et tout, suivis d'accusations et d'insultes en public. A l'époque, dans ce contexte de liberté sexuelle obligatoire, les femmes n'avaient pas le droit de dire «non» à une proposition. Mais il suffisait de dire que l'homme était un «phallocrate», et le tour était joué! Ah, ce mot, je l'entendais des dizaines de fois par jour! En fait, dans ces milieux en marge des lois courantes, le pouvoir avait été inversé, revenant aux femmes, et, toute différence «biologique» ou sociale abolie, les femmes sexistes arrivaient à se comporter exactement comme les phallocrates qu'elles critiquaient, sans plus besoin d'aucune ruse «féminine», libres d'employer rigoureusement les mêmes méthodes «masculines» de pouvoir, de sélection et d'exclusion. Même la violence physique était possible, et je me rappelle le cas d'une auto-stoppeuse qui s'était laissée «violer» par deux camionneurs, toute heureuse d'avoir un prétexte pour les mutiler ensuite.

Ces milieux «alternatifs» n'existent plus aujourd'hui, mais on remarquera que c'est eux qui sont à l'origine du «politiquement correct» et de ses absurdités.

 

 

Tout ceci démontre très clairement qu'une simple inversion des valeurs masculin-féminin, comme proposé par les féministes dualiste, ne résoudrait rien. Le résultat serait exactement identique à ce que l'on critiquait au départ.

 

 

Haut:
HARMONIE
Diagramme quadripolaire des sexes
Haut: Entente,
Bonheur
Milieu:
COMPROMIS
Milieu: protection,
mais aussi
limitations
Bas:
DUALITE
Bas: conflit,
souffrance
  HOMMES FEMMES  
 

 

(1) est la bien grosse phallocratie classique, domination violente du sexe masculin sur le féminin.

(2) est la société occidentale actuelle, un état de droit qui assure une protection minimum mais aussi des compromis ou des limitations. Elle a encore une dominante masculine modérée.

(3) est le déplacement effectué par les féministes dualistes, vers une dictature des femmes sur les hommes, symétrique de (1) et aussi douloureuse.

(4) est le travail accompli par les féministes pragmatiques pour la parité hommes-femmes, tout en restant dans l'état de droit actuel.

(5) est l'utopie de l'harmonie totale, ou de l'union libre, sans limites ni compromis, mais accessible seulement après avoir effectué un travail psychologique ou spirituel d'élimination de toute haine, esprit de clan, dualisme, désir de pouvoir, etc... (Le mot «utopie» doit toujours être utilisé dans le sens de «projet» ou «vision», comme l'avait défini son créateur Thomas More en 1517. L'utiliser pour dire «impossible» ou «irréalistic» est de la novlangue, comme expliqué dans le livre «1984» de Georges Orwell.)

6) est le déplacement proposé par cette page.

 

(Pour des explications détaillées sur ce diagramme de Logique Quadripolaire© voir la première partie de mon livre «Epistémologie Générale»)

 

 

RACISME A REBOURS

 

Comme avec le sexisme, les faiblesses mentales qui amènent certains Blancs à détester les autres races sont en fait répandues à peu près également dans toutes les races. En tout cas aucune recherche scientifique n'a jamais pu mettre en évidence de différences intellectuelles ou psychologiques entre les races. Il faut donc s'attendre à ce qu'il y ait aussi des racistes chez les Noirs, les Arabes, les Orientaux. Et c'est effectivement ce que l'on observe.

On pourrait choisir de nombreux exemples; l'actualité m'en a mis un sous la main, m'incitant à créer cette page.

 

 

Un exemple récent est une conférence internationale sur le racisme, qui a eu lieu à Bridgetown, Barbade, le Jeudi 3 Octobre 2002. A cette conférence, les délégués ont voté pour l'exclusion des participants Blancs ou Asiatiques. Plus grave encore, les délégués ont débattu «des meilleures manières pour punir les nations européennes pour le commerce des esclaves» envisageant «d'attaquer en justice l'Allemagne, la Grande-Bretagne, la France et la Belgique pour les méfaits commis contre les nations africaines». (The Associated Press, vendredi 4 octobre 2002).

 

Je me permet de ne pas être d'accord avec cet objectif.

 

Bon, bien sûr, on ne peut, quelle que soit notre race, que être sincèrement choqué par les souffrances des esclaves arrachés à leur famille et transportés dans des conditions effroyables. On peut souhaiter punir les responsables de ces actes ignobles, simples hommes de main pataugeant dans les cris et les excréments, ou gros trafiquants bourgeoisement installés dans les hôtels luxueux des grandes villes d'Europe. C'est ce sens de la justice qui a conduit à créer des tribunaux internationaux pour condamner les nazis, ou plus récemment milosévic.

Toutefois ces actions en justice ont toujours visé les PERSONNES INDIVIDUELLES RESPONSABLES et non pas les NATIONS. Même les actions les plus inflexibles contres les anciens nazis ont toujours été inséparables de la réconciliation avec le peuple Allemand. C'est cette non-dualité qui est à la base de l'Europe aujourd'hui. (Le même raisonnement mène aussi à la condamnation de Papon, bien qu'il soit français, seuls les imbéciles n'ont pas compris pourquoi). Dans le cas de la Yougoslavie, les forces de la KFOR ont chassé les fachistes serbes du Kosovo, mais elles sont ensuite restées pour protéger les autres Serbes de toute vengeance! Cela est admirable, et, là encore, seuls les pervers ne comprennent pas. Même, en cherchant un peu, on trouverait, à la toute première étape de la traite des Noirs, des roitelets nègres qui n'hésitaient pas à vendre leurs propres sujets contre quelques verroteries. Faudrait-il pardonner ces Papons africains parce qu'ils étaient Noirs?

Ainsi il est clair que, d'un point de vue philosophique largement suivi par le droit international, seules les personnes individuelles sont responsables, jamais les peuples en général, et on ne peut imputer aucune responsabilité à qui que ce soit sur la seule base de son appartenance nationale ou raciale. D'ailleurs, au sein même de la conférence de la Barbade, les délégués de Cuba et de la Martinique ont eux_mêmes rappelés que CETTE IMPUTATION DE RESPONSABILITE SUR LA SEULE BASE DE LA RACE EST LA DEFINITION MEME DU RACISME.

Donc on ne pourra que débouter la conférence de la Barbade de son ahurissante prétention à vouloir punir des gens qui ne sont absolument pour rien dans ce qui s'est passé.

Cette dérive raciste de l'antiracisme est ce que je dénonce comme «révolution illusoire» dans mon livre «Epistémologie Générale» (chapitres I-4 et I-5) ou dans mon roman «Les Planètes Manquantes» (Chapitre 4).

Plus généralement on ne peut que constater que les mouvements néo-fachistes «libertaires» actuels, tels que les bandes des cités, les «beurs», le rap et le hip-hop, sont des mouvements profondément discriminatoires, puisque la place qu'ils attribuent aux gens est déterminée uniquement par la situation sociale, la race et le sexe. D'ailleurs les bandes se regroupent et s'affrontent par races, excluent les femmes, et leurs moeurs sont les mêmes que ceux des SS les plus classiques: hiérarchie, statut social, intimidation, vulgarité, clans, territoire... Je tiens particulièrement à dénoncer cette escroquerie intellectuelle comme quoi les Noirs, les Arabes et les jeunes «doivent» forcément avoir des expressions sales, vulgaires ou violentes, ou tentant de «justifier» des actes de délinquance par la répression policière! Ces mouvements (racistes à rebours) fonctionnent en fait en synergie complète avec l'extrême droite classique (racisme direct) et tout ce que fait l'un des deux profite immédiatement à l'autre.

Aux Etats Unis, une mesure très «politiquement correcte» a été de donner les diplômes plus facilement aux Noirs, pour compenser leur plus faible niveau moyen. Mais en réalité, c'est un diplôme au rabais que l'on donne ainsi aux Noirs! Toujours dans ce pays, les mouvements antiracistes bénéfiques, dans le style admirable de Martin Luther King, sont toujours récupérés par ces tendances de racisme à rebours, comme le parti d'extrême droite «Black Panthers». Les Blancs honnêtes qui acceptaient d'habiter Harlem en ont souvent été les victimes étonnées.

Partout dans le monde où ont lieu des conflits raciaux ou religieux, Afrique, Moyen Orient, Inde, on trouve toujours à la base des partis politiques ou politico-religieux intransigeants, que les commentateurs qualifient d'extrême droite.

Même le lutte contre l'antisémitisme a ses excès, trop faciles dans une Europe où le traumatisme des camps de concentration est encore très fort. D'autres voix que la mienne se sont déjà élevées pour appeler à plus de modération, et on se souvient de l'incroyable lynchage médiatique organisé contre l'Abbé Pierre, pour son soutient imprudent à un livre qu'il n'avait lu qu'en diagonale. Il est clair que certains étaient bien plus choqués par la Charité de l'Abbé que par l'holocauste.

 

 

L'Afrique du Sud est un exemple étonnant. Lors des élections qui ont mis fin à l'apartheid raciste et porté Nelson Mandela au pouvoir, les partis racistes ou d'extrême droite n'ont guère obtenu que 5% (sauf au Zoulouland) (A comparer avec la France...). Il semble que le long travail spirituel de Nelson Mandela a préparé les Sud Africains à ne plus voir l'ennemi dans l'autre race, mais bien dans le racisme lui-même. Ainsi les Sud Africains ont voté contre cet incroyable apartheid qui ruinait leur bonheur, au lieu de partir dans une lutte des races forcément douloureuse et stérile. C'est une victoire admirable de tous les Africains du Sud, à la portée bien plus grande que de seulement remplacer un gouvernement.

 

Mise à jour Avril 2013 La LICRA (ligue contre le racisme et l'antisémitisme) se porte partie civile aux côtés d'une victime de racisme anti-blancs. Je pense que c'est un précédent intéressant, un tabou «politiquement correct» brisé, et la reconnaissance d'un fait: tout le monde peut être raciste. Le racismme n'a jamais été le problème d'une race spécifique.

 

 

En tout cas les excès de l'anti-racisme ne m'empêcheront pas de dénoncer le racisme direct sous toutes ses formes, que ce soit dans mes actes, dans mes prières ou dans mes livres, où l'on ne manque jamais de rencontrer des Noirs, des Arabes, des Musulmans, même si ils sont juste là pour embêter les racistes. J'ai même trouvé le moyen de faire arriver un Arabe (peut-être même Irakien, héhé!) jusque sur la merveilleuse planète Aéoliah, à des milliards d'années-lumière de toute forme de bêtise humaine.

 

 

Haut:
HARMONIE
Diagramme quadripolaire racisme et racisme à rebours Haut: Entente,
Bonheur
Milieu:
COMPROMIS
Milieu: protection,
mais aussi
limitations
Bas:
DUALITE
conflit,
souffrance
  BLANCS NOIRS  
 

 

(1) est le racisme classique, domination violente des Blancs sur les Noirs.

(2) est le racisme à rebours, tel qu'on peut l'observer dans les bandes fachistes des cités ou chez certains partis politiques d'extrême droite, rejet violent des Blancs par les Noirs ou par les Arabes.

(3) est le travail admirable de gens comme Luther King ou Mandela, la voie de l'amour qui accepte les différences.

(4) était l'apartheid, régime séparant les Noirs des Blancs, avec dominante blanche «modérée».

(5) La sortie de l'apartheid vers l'état de droit égalitaire, ou à légère dominante Africaine.

 

(Pour des explications détaillées sur ce diagramme de Logique Quadripolaire© voir la première partie de mon livre «Epistémologie Générale»)

 

 

DISCRIMINATIONS RELIGIEUSES OU PHILOSOPHIQUES

 

Sans parler des si inutiles conflits entre religions différentes, le désaccord entre religieux et athées a donné lieu à un incroyable jeu de balançoire entre opinions opposées, mais tout aussi dogmatiques. Il en est résulté une épouvantable somme de souffrance qui n'a jamais rien rapporté à personne.

 

 

La France a été pendant des siècles la patrie d'un violent fanatisme «catholique» que l'on qualifierait aujourd'hui d'«intégrisme» religieux, voire de terrorisme: inquisition, croisades, massacres et persécutions contre les Cathares, les Templiers, les Protestants... Certaines idées perverses de cette époque existent encore aujourd'hui, par exemple que le plaisir, surtout sexuel, serait un péché. Et il est assez comique de voir tous nos scientifiques, politiciens et hommes d'affaires d'aujourd'hui, bien athées et bien matérialistes, continuer à porter les vêtements sombres et tristes qu'avait imposé ce refus «religieux» du plaisir et de la beauté!!!

La période révolutionnaire, malgré ses apports indéniables dans d'autres domaines, n'a malheureusement amené dans le domaine spirituel qu'une simple inversion des valeurs, avec des idéologies athées toutes aussi perverses et violentes que la religion dévoyée qu'elles contestaient: matérialisme, rationalisme, doctrines égocentriques et anti-morales de sade, qui sont encore à la base de la société de consommation d'aujourd'hui. Quant aux persécutions et massacres, ils n'ont nullement cessé, ils ont juste changé de cible! Les conséquences du fanatisme antireligieux de la Révolution Française sont encore très visibles de nos jours: refus de la science d'étudier les phénomènes de l'esprit (spiritualité, parapsychologie, phénomènes mystérieux, voir mon livre «Epistémologie Générale»), décisions administratives coupées des réalités humaines les plus élémentaires, discriminations sociales (voir ma page sur le droit des enfants) ou simple inertie hypocrite (des concerts de rock dans des cathédrales...)

L'évolution du jeu de balance en France a suivi une courbe complexe; ainsi la fin du 19eme siècle matérialiste et bourgeois a vu une intense activité dogmatique de Rome et un élan de création artistique, alors qu'au même moment l'état harcelait les religieux, parfois violemment (expulsion de force des Chartreux en 1903, qui n'ont pu retrouver la liberté d'utiliser leur domaine que... sous l'occupation en 1942). Plus récemment, quand j'étais enfant (1959) il était mal vu de ne pas aller au catéchisme, alors que mes propres enfants (1999-2000) ont subi de fortes pressions contre leur religion.

 

L'existence de sectes dangereuses a provoqué une réaction bénéfique contre ce problème; mais, là aussi, les athées intégristes on sauté à pied joints sur cette occasion d'attaquer d'un seul bloc toute forme de spiritualité avec des moyens tout aussi pervers que ceux des sectes.

 

Dans les pays musulmans, l'irruption du matérialisme athée a été un choc culturel insupportable, qui s'est traduit par un repli sur un petit ensemble de règles islamiques traditionnelles. Malheureusement, ce retour s'est fait d'une manière dualiste, menant à des dictatures, des régimes fachistes (talibans) ou à des violations des droits de l'homme (Iran). Mon souhait pour les pays musulmans est qu'ils sachent protéger leur culture et leur spiritualité face aux agressions matérialistes, tout en acceptant plus largement la liberté et les aspirations des gens.

(Ajouté en Mai 2011: le Printemps Arabe promet de remplir ce souhait)

Les mots «intégrisme» ou «fondamentaliste» sont souvent utilisés pour désigner des mouvements comme les talibans. Je n'aime pas ces mots, car ils sont en quelque sorte «nés novlangue». En français cela donnerait: être intègre, vivre honnêtement ses valeurs religieuses, revenir au fondement, revenir à l'intuition altruiste et généreuse des prophètes. C'est justement ce dont le monde à besoin, des gens réellement intègres, des fondements éthiques valables, qui élimineraient à la base tous ces absurdes conflits «religieux».

 

Dans les pays marxistes, le refus de toute spiritualité a mené à des persécutions effroyables. A mon avis ce fameux matérialisme marxiste à la base des politiques communistes n'est autre que le matérialisme bourgeois du 19eme siècle, juste retourné: au lieu de défendre le clan des patrons, il soutient le clan des ouvriers. Mais c'est toujours un clan, c'est toujours le même esprit dualiste et discriminatoire, qui a conduit tant de brutes populistes au pouvoir. Quant à l'idéal merveilleux de solidarité sociale à la base des utopies communistes, il n'a jamais pu être réalisé, pour une raison extrêmement simple: les techniques et les connaissances qui auraient permis de le réaliser sont du domaine spirituel, que précisément les communistes rejetaient. Ainsi ils prétendaient avancer, tout en se clouant eux mêmes au sol. Ah, si mao zedong avait écouté le Dalaï Lama, au lieu de seulement tenter de l'utiliser, la Chine serait aujourd'hui une fantastique réussite et un exemple pour le monde...

 

Aujourd'hui en France, le souci d'éviter les discriminations ou les clans a conduit à déconseiller le port d'objets religieux à l'école. Cet argument est pertinent, mais il me semble que les rodomontades récurrentes contre le foulard islamique sont davantage motivées par un refus brut de la chose religieuse, de la part de gens qui sont des athées matérialistes bien avant d'être des démocrates ou des laïcs. Il me semble qu'une société vraiment laïque est une société qui accepte tous ses membres. En effet, avoir une pratique spirituelle, ce n'est pas seulement «croire» ou «avoir une opinion», c'est aussi s'engager pour des valeurs morales, un mode de vie, et des objectifs à cette vie. Et cela se voit forcément dans le monde, au même titre que la race ou le sexe se voient. On ne peut le cacher! Une société où l'on est libre de «croire» en privé, mais où il faut s'habiller et se comporter «normalement» en public, ce n'est pas une société laïque; c'est une société athée intégriste, c'est une société de lâches et de robots. L'école publique, l'administration, le travail, l'hôpital, doivent accueillir les gens pour ce qu'ils sont: sexe, race, religion, rêves, engagements. Chacun doit pouvoir aller à l'école sans subir pressions ou brimades, ni des professeurs, ni surtout des autres élèves (merci à la ministre Ségolène Royal qui a interdit le bizutage!). Je ne suis pas musulman, et je suis même franchement opposé à certaines coutumes sexistes qui prétendent définir l'Islam. Mais, malgré cela, quand je vois des jeunes filles subir des pressions à cause du foulard, je ne peut m'empêcher de penser aux brimades que j'ai moi-même subies pendant toute ma scolarité, ou à mes propres enfants végétariens qui passaient l'après-midi le ventre creux, parce qu'un principe sadien tel que manger de la viande est une obligation légale dans les cantines scolaires.

Et la soi-disant loi sur la «laïcité» récemment votée en France est de toute façon en opposition avec l'article 18 de la Déclaration Universelle des Droits de l'Homme «Toute personne a droit à la liberté de pensée, de conscience et de religion ... la liberté de manifester sa religion ou sa conviction seule ou en commun, tant en public qu'en privé, par l'enseignement, les pratiques, le culte et l'accomplissement des rites.». Cette loi est donc nulle et non avenue, et tous ceux qui la «feront respecter» se mettront dans la même situation que papon. Cette collusion entre un parti de «droite» (aux nombreux membres racistes, et au directeur condamné en justice) et un parti matérialiste de «gauche» n'est d'ailleurs que la suite logique de nombreux autres sales coups en commun (nucléaire, heure d'été, etc...). Voir aussi sur l'illustration ci-dessous la réaction efficace contre cette «loi».

A mon avis, vouloir cacher les choix religieux à l'école ne fera qu'empirer les choses. Une école vraiment laïque serait bien au contraire un lieu où chacun pourrait venir avec ses propres choix spirituels, où chacun pourrait vivre ses engagements sans crainte d'aucune rétorsion, où les enfants pourraient discuter et échanger sur ce sujet, si ils le désirent. A mon avis les jeunes en sont parfaitement capables, sitôt que la règle du jeu est clairement posée, sitôt qu'ils ne verront plus la religion discréditée ou laissée aux fanatiques, sitôt qu'ils ne verront plus leurs parents victimes de discrimination ou de pauvreté. Par contre il est indispensable d'intervenir avec la plus grande fermeté aussitôt qu'apparaissent les pressions, les brimades, les conflits, le prosélytisme, les sectes, les clans dualistes «identitaires». Mais il faudra pour cela faire preuve de beaucoup plus d'intelligence et de discernement qu'il n'en faut pour juste niveler la société par le bas.

 

 

En ce 21eme siècle spirituel, TOUT LE MONDE sait maintenant que la connaissance de notre esprit est la clé de notre bonheur, tant au niveau individuel qu'au niveau de la société. Donc tout le monde sait que l'étude et la pratique spirituelle authentique sont des nécessité sociales au même titre que l'éducation ou l'écologie. Quant aux sectes et autres formes de terrorisme «religieux», c'est finalement une bonne nouvelle de les voir combattus de par le monde. Mais le vrai remède n'est pas du tout la guerre, c'est la suppression de ce terrible état d'esprit dualiste qui nous fait voir des ennemis là où il n'y a que d'autres êtres humains comme nous.

 

 

Haut:
HARMONIE
diagramme quadripolaire spiritualité et laïcité Haut: Entente,
Bonheur
Milieu:
COMPROMIS
Milieu: protection,
mais aussi
limitations
Bas:
DUALITE
Bas: conflit,
souffrance
  ESPRIT MATIERE  
 

 

(1) est le fanatisme religieux violent (ce que certains appellent «intégrisme»).

(2) est le fanatisme athée violent, tel qu'illustré en France lors de la Révolution ou dans les pays «communistes».

(3) est la société laïque, état de droit qui ne favorise pas le domaine spirituel, mais qui garantit à chacun la liberté d'étudier ou de pratiquer une discipline spirituelle. La société actuelle est en gros en (3), malgré certains excès dans un sens ou dans l'autre.

(4) est le trajet accompli par la France au cours de son évolution. Tout en bas à gauche on est au Moyen Age, dans le fanatisme violent (1). Avec la Renaissance, puis le Siècle des Lumières, le point se déplace vers le milieu, horizontalement, car on reste dans le domaine des croyances affirmées a priori. Avec l'immoralisme de sade on ne risque pas de monter, mais on arrive cette fois à droite en (2), le matérialisme intégriste violent de la Révolution. Le 19eme siècle voit encore un sentiment antireligieux, mais plus mesuré. Le matérialisme investit la science: c'est le dogme matérialiste, encore puissant aujourd'hui. Puis le niveau monte enfin, avec l'apparition des notions de démocratie et le respect des personnes. Toutefois on refait un crochet à gauche vers le puritanisme bourgeois des années 1870. Enfin dans la seconde moitié du 20eme siècle on rejoint (3).

(5) est la véritable démarche spirituelle, qui part d'une réflexion pour monter vers la connaissance. Le dogmatisme et les sectes inversent ce mouvement vers (1), le fanatisme religieux

(6) est la véritable démarche scientifique, qui part d'une réflexion pour monter vers la connaissance. Le dogme matérialiste empêche la science de monter plus haut que (3), et souvent elle descend vers (2), par exemple avec la technocratie, forme d'intégrisme matérialiste.

Pour les victimes de l'Islamophobie (2) en France il est très important de ne pas répondre par (1) (fanatisme) mais par (5) (spiritualité authentique). Ainsi l'énergie stupidement dépensée à combattre l'esprit humain et la conscience iront en fait les renforcer.

 

(Pour des explications détaillées sur ce diagramme de Logique Quadripolaire© voir la première partie de mon livre «Epistémologie Générale»)

 

 

 

 

 

 

 

 

test